Giampaolo au Milan AC, bilan négatif?

Par Marco Pacini publié le 05 Oct 2019

Plus de trois mois après son arrivée à Milan, Marco Giampaolo voit sa place de plus en plus remise en question. En effet, avec son arrivée les tifosi ont pu se sentir rassurés. L’héritier de Sarri, représentait le beau jeu, et l’amour du football. Malheureusement, pour les milanistes ce début de saison n’est pas réellement à la hauteur des attentes. Des compositions très ressemblantes à celle de Gattuso, un jeu très pauvre (la plupart du temps) et des résultats plus que médiocres. Giampaolo est-il en danger? Son arrivée n’est-elle qu’un énième flop pour le club?

Bilan négatif?

Certains tifosi milanais, souhaitent déjà la démission du coach afin de ne pas perdre de temps et d’utiliser cette saison pour reconstruire les bases du club. Néanmoins, il est nécessaire de rappeler qu’il est compliqué pour un entraineur d’instaurer réellement un jeu en si peu de temps. Par ailleurs, lors du match contre le Torino (perdu 2-1 par les rossoneri), le Milan AC a prouvé qu’il était capable de produire un jeu agréable et de se procurer des occasions. Dans ce match l’entraineur du club lombard avait montré que son équipe savait jouer, et la défaite de ce match, repose plus sur l’incapacité de certains joueurs à conclure leurs actions plutôt que sur Giampaolo qui se jour là semblait presque irréprochable.

Évidemment, l’ex-entraineur de la Sampdoria devient de plus en plus difficile à défendre. La défaite du derby (qui reste sans appel) pèse lourd contre lui et le reste des matchs a été loin d’être plus convaincant. Sur 6 matchs de Serie A, le club milanais n’a gagné que 2 matchs et en a perdu 4. Ainsi mathématiquement le bilan est largement négatif, on peut donc dire que si l’entraineur ne réussit pas à donner de bons signes, sa place deviendra menacée.

« Ma philosophie est : tête haute et jouer au foot. Je ne fais pas de différence entre les mauvais et les bons, les titulaires et les remplaçants. Ce que j’apprécie, ce sont les joueurs qui sont motivés et qui veulent que l’on se rappelle d’eux car ils auront écrit l’histoire du club. Le projet sportif est d’offrir du beau jeu, et que les résultats l’approuvent. Je construis pas à pas. Promettre moins pour gagner plus. »

Et dans le jeu?

Malheureusement, on attendait plus du jeu de l’entraineur italien, un football prolifique notamment. Qui s’est finalement traduit par un seul but inscrit dans le cours du jeu, 2 autres buts ont été inscrits par Piatek sur penalty. Giampaolo est aussi vivement critiqué par les supporters, vis à vis de ses choix, Biglia s’est vu attribué une place de titulaire dans la majeure partie des matchs, pourtant c’est sans aucun doute un des pires joueurs de ce début de saison. On repère le même cas avec Rodriguez, mais il semblerait qu’après quelques matchs ces problèmes ait été résolus.

Le réel problème du jeu de Giampaolo c’est son côté stérile. Le Milan AC fait tourner essaye de construire, mais cela s’arrête ici, comme la saison dernière il n’y a aucune prise de risque utile et le jeu est extrêmement stéréotypé. Le secteur le plus en difficulté reste l’attaque. De fait, dans les deux dispositifs utilisés par Giampaolo il y a des failles; dans le 4-3-3 avec Suso sur l’aile, le jeu est trop stéréotypé pour pouvoir surprendre l’adversaire et, en plus, les rares centres n’aboutissent pas car Piatek est seul sans la surface. Dans le 4-3-1-2, Suso n’arrive pas à s’adapter au poste de numéro 10, et le joueur semble trop important aux yeux de Giampaolo pour pouvoir être mis sur le banc.

Un pari sur le futur?

Si Giampaolo reste c’est car il est clair qu’avec le temps il arrivera à relever le niveau de son équipe. Mais la grande question c’est est-ce que cet homme arrivera un jour à rendre sa splendeur au Milan AC. Sur cela, on émet des doutes, lors de la dernière journée contre la Fiorentina, le club lombard a encore montré ses failles, les joueurs semblent mal préparés et le plan de jeu intenable.

Néanmoins il y a quelques (rares) points positifs, Rafael Leao est une véritable révélation, l’ex-buteur du LOSC transféré cet été montre vraiment de bonnes choses. Exilé sur le côté gauche par son entraineur, le portugais réussi à être perforant, son but contre la Fiorentina est l’allégorie de son aisance technique. Piatek peut donc commencer à se faire du souci, entre Leao et Rebic la concurrence commence à apparaitre, surtout que le jeu du buteur polonais est moyennement compatible avec celui de Giampaolo, où le buteur doit par moment venir chercher bas les ballons.

La grande critique à faire sur l’équipe, c’est le manque d’âme, les joueurs sont jeunes et pour la plupart n’ont pas de leadership. Il manque un homme qui tire ses partenaires vers le haut, qui hurle et qui se bat. Cutrone représentait ce joueur, la situation actuelle peut pousser à le regretter. Gattuso finalement, avec son jeu plus que médiocre avait au moins le mérite d’avoir donné la grinta à ses joueurs. Ce qui a totalement disparu sous Giampaolo. Les prochains matchs seront décisifs pour l’avenir de l’entraineur à Milan, et pour la course aux coupes européennes.

Marco Pacini

Rédacteur pour Calciomio.



Lire aussi