Gerson et la Fiorentina pris au piège mutuellement

Par Leonardo Baldocci publié le 06 Mar 2019

Prêté par l’AS Roma l’été dernier, le jeune brésilien âgé de 21 ans est arrivé en Toscane dans la stupeur générale. Titularisé très régulièrement dans le onze de Stefano Pioli, les performances de Gerson font l’objet de nombreux débats dans l’actualité sportive de la Fiorentina. Retour sur les raisons qui ont poussé à son transfert.

A la recherche du football champagne

Le transfert devenu officiel au mois de juillet, de nombreux supporters ont alors songé aux dernières pépites qui ont porté le maillot de la Viola: Juan Cuadrado, Joaquin, Mohamed Salah… Autrement dit, rapidité, gestes techniques et une bonne dose d’élégance. Alors que ces souvenirs semblent plutôt lointains dans l’esprit des tifosi, le club semble avoir l’intention de couper les ponts avec les « paris risqués » connus au grand public sous les noms de Gil Dias, Riccardo Saponara, Simone Lo Faso ou encore Cyril Théréau. En vue de redonner de l’engouement au public pour leur équipe de coeur, les dirigeants de la Fiorentina ont alors opté pour un profil jeune et talentueux. Le choix est alors retombé sur Gerson, en quête de temps de jeu mais prometteur dans ses performances. Auteur d’un grand match avec un doublé inscrit face à la Fiorentina la saison passée, le Brésilien a séduit pour sa conduite balle au pied et les qualités techniques dont il a fait preuve sous les couleurs de l’AS Roma.

Un talent à peaufiner

Comme tout bon stagiaire qui cherche à impressionner en entreprise, Gerson aura occupé quasiment tous les postes du milieu de terrain. Victime du tourbillonnement de schémas tactiques qui a frappé l’entraineur, Gerson a été employé comme milieu relayeur, offensif et latéral. Hélas, il ne semble pas avoir trouvé chaussure à son pied dans aucun de ces postes. Plutôt rapide, il a tenté le box-to-box sans pour autant arriver arriver à livrer la dernière passe décisive. Dans l’axe offensif, il s’est avéré trop mou et a fini par se faire piquer le ballon à plusieurs reprises. Enfin, il n’a pas su offrir d’alternatives sur le flanc du terrain et a été incapable de déborder pour centrer comme il se doit. Bien que Gerson ait tout pour plaire, il reste à ce jour un joueur pas au point pour le championnat de Serie A. Utilisant exclusivement son pied gauche, on lui reproche de manquer de concentration et de s’absenter trop souvent du match.

L’emblème d’une politique managériale défaillante

En rupture avec la tendance des derniers mercato, cette nouvelle recrue est tout de même révélatrice d’un choix stratégique spécifique. S’il est vrai que le club semblerait en quête de qualité, il faut cependant rappeler que son but principal reste de s’autofinancer avec ses propres moyens. Sur le plan sportif, le club met en oeuvre les moyens nécessaires au maintien dans une position de milieu de tableau, tout en gardant un oeil sur les finances de la société. L’arrivée du Brésilien n’est rien d’autre qu’une façon de combler les lacunes à court terme, dans l’optique de finir entre la 7ème et la 10ème place du classement. Prêté sans option d’achat, le milieu brésilien n’a aucun avenir dans le club toscan. Or, au vu des 24 apparitions sous les couleurs de la Viola, dont 19 titularisations, Gerson semble occuper un rôle clé dans les choix de Pioli. La question est alors la suivante : est-ce une erreur de calcul ou une décision du club?

Leonardo Baldocci



Lire aussi