Gabriel Barbosa attend son heure

Par Cesco publié le 31 Oct 2016

gabigolAnnoncé en trombes par l’Inter à coup de spots vidéos et de conférences de presses XXL, Gabriel Barbosa doit devenir la nouvelle star de l’Inter et du football brésilien/italien. Arrivé pour près de 30 millions d’euros à Appian Gentile, l’attaquant en provenance de Santos arrivait pour casser des reins et fracasser des cages. Seul hic pour l’instant, les seules cages de fracassées, c’est contre Lugano et Renate en amical.

Une arrivée tardive dans un club qui doute

La première raison a sa non-intégration au onze titulaire de l’Inter peut être son arrivée tardive dans l’équipe. Il n’a pas fait la préparation estivale avec le groupe – comprenez qu’il n’a pas connu Mancini – et est arrivé courant septembre après avoir fait son match d’adieu à Santos. Dès lors, une longue période d’adaptation et d’acclimatation à l’Italie s’enchaine. Si l’on se rappelle des cas Neymar ou Lucas, ils sont arrivés à peu près au même âge en Europe et ils ont été plongés tout de suite dans le grand bain. Pourquoi ne fait-on pas pareil avec Barbosa ? Tout simplement parce que l’Inter n’est pas au mieux en ce moment et reste sur 5 défaites en 11 matchs de championnat. Insérer Gabigol dans ce contexte ne pourrait pas être bénéfique ni pour lui, ni pour le club. De Boer l’a pourtant fait rentrer à San Siro contre Bologna dans le dernier quart d’heure, mais à ce moment là, l’Inter restait sur une belle spirale de 3 victoires consécutives et pouvait aller chercher un 4ème succès. Depuis ce jour, le club de Thohir a sombré petit à petit au point de cumuler 4 défaites sur les 5 derniers matchs de championnat. Compliqué. Insérer un nouveau joueur dans de telles dispositions relève du casse tête et pour Gabigol, il vaut surement mieux continuer la préparation loin du pré, au calme du centre d’entrainement des nerazzurri que s’exposer d’emblée aux foudres de tifosi qui n’en peuvent plus.

A quel poste ?

Gabriel Barbosa, ce n’est pas un pur 9. Ce n’est pas non plus un ailier, c’est un second attaquant. Le genre de poste qui ne peut pas s’utiliser n’importe comment et n’importe quand. Avec De Boer et son 4-3-3 écarté, Gabigol n’a pas vraiment de place attitrée. Il doit apprendre à jouer sur le côté droit de l’attaque pour rentrer sur son pied gauche et faire la différence. Un schéma très rigide qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer. D’autant plus que devant, Icardi semble indéboulonnable avec ses 8 buts et 2 passes décisives en 11 matchs. Le coach hollandais l’a d’ailleurs déclaré : « Gabriel doit apprendre beaucoup de choses avant de pouvoir prétendre à faire partie du groupe régulièrement. » N’allons pas dire qu’il souffre du syndrome Jovetic, mais avant de pouvoir prétendre à une place de titulaire, le Brésilien de 20 ans va devoir acquérir toutes les bases nécessaires à son épanouissement dans un Calcio toujours plus rigoureux. A lui désormais de travailler et de prouver à De Boer (ou à un autre), qu’il a sa place. En cas de venue de Laurent Blanc ou de Leonardo sur le banc, il se pourrait que son nom figure plus souvent sur la feuille de match. Affaire à suivre, en tout cas les tifosi de l’Inter aimeraient bien pouvoir crier son nom plus souvent.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]