Gabigol, l’histoire qui n’a jamais commencé

Par Frédéric Marjary publié le 21 Oct 2019

Coup médiatique incroyable, une présentation inspirée de celle d’Il Fenomeno Ronaldo, plusieurs milliers de maillots vendus… Arrivé en Italie en grande pompe durant l’été 2016, Gabriel Barbosa voulait devenir une légende de l’Inter et faire partie de l’histoire du club. Mais aujourd’hui, trois ans après sa signature, son avenir semble bien loin de Milan.

A la conquête de l’Europe ?

Brésilien, jeune, attaquant… Si Gabigol était présenté comme l’héritier potentiel de Ronaldo et Adriano, il n’en a malheureusement rien été. Le numéro 96, en référence à son année de naissance, trouve Frank de Boer en tant qu’entraîneur, dans une équipe qui commence déjà à collectionner les erreurs de casting. Les occasions de briller sont rares pour lui puisqu’il ne joue quasiment jamais malgré l’engouement et les attentes élevées des tifosi. Bilan de sa première saison ? Dix matchs joués, 200 minutes passées sur le terrain et un seul but. Un rendement famélique en somme, mais peut-on blâmer le joueur lorsque l’on ne lui donne pas sa chance ?

Malgré la situation, Gabigol noue une belle relation avec le public milanais. Scandé à chaque fois qu’il part à l’échauffement, ovationné lorsqu’il rentre sur le terrain, applaudi sur ses prises de balle… L’affection que lui porte San Siro le touche et le pousse à se transcender lorsqu’il vêtit la tunique nerazzurra. Élu Bidone d’Oro 2017 (plus gros flop de la saison en Serie A), il est transféré le dernier jour du mercato estival 2017 à Benfica avec option d’achat à 25 millions d’euros. Même constat au Portugal qu’en Italie, le joueur ne parvient pas à s’adapter. Il joue peu, ne marque pas et ses entraînements ne convainquent pas son coach de le garder. Résultat, il revient à l’Inter après une nouvelle expérience européenne décevante.

Au bercail, la résurrection

L’Inter trouve un accord avec Santos lors du mercato hivernal 2018 et Gabigol revient donc dans le club qui l’a lancé et où il a si bien réussi. En 53 apparitions, il inscrit 27 buts dont 18 en championnat ce qui fait de lui le meilleur buteur de la compétition. Le retour dans son pays natal marque une véritable renaissance pour l’attaquant brésilien qui retrouve le plaisir de jouer au football. Son prêt expire en décembre mais Santos ne peut pas le garder, expliquant que le montant demandé par l’Inter est trop haut. L’effectif nerazzurro étant à l’hiver 2019 déjà complet, Gabigol n’a pas sa place et se voit une nouvelle fois rentrer au Brésil, du côté de Flamengo. Avec le club de la ville de Rio, il explose les compteurs et redevient le joueur sublime et fulgurant qu’il était avant de venir en Europe. « Je pense que Flamengo est la meilleure équipe dans laquelle j’ai joué. Elle a une immense qualité et les joueurs excellent dans tous les secteurs du terrain. »

Gabigol est épanoui et régale le public brésilien. Preuve en est, il est convoqué par le sélectionneur national Tite lors du dernier rassemblement de la Seleçao. Selon la Gazzetta dello Sport, Gabigol, qui a déjà marqué 24 buts et délivré cinq passes décisives en 29 matchs cette saison, est évalué à 22 millions d’euros par l’Inter. Flamengo aurait proposé environ 18 millions d’euros au club lombard. Une offre qui aurait été validée par Marotta grâce à un pourcentage de 20 à 25% à la future revente. Si Flamengo a accepté cette proposition, le principal intéressé n’a pas encore donné son accord. Une chose est sûre, les tifosi garderont toujours un goût amer de son passage à l’Inter, lui qui n’aura jamais pu laisser son talent s’exprimer. Peut-on dire que les histoires d’amour finissent mal lorsqu’elles n’ont même pas commencé ?

Frédéric Marjary



Lire aussi