G. Donnarumma, sauveur de meuble

Par Julien Camarda publié le 16 Fév 2020

Né en 1999 à Castellammare di Stabia dans le bassin napolitain, Gianluigi Donnarumma débute sa carrière footballistique chez les juniors du Club Napoli en 2003. Recruté en 2013 par le Milan AC pour intégrer la Primavera, Gigio se fait remarquer avec les Azzurrini lors de l’Euro 2015 des U17 en Bulgarie. Malgré la défaite de l’Italie contre la France en quarts de finale (3-0), le gardien Italien sera l’une des révélations de la compétition. Doté d’un physique avantageux (1,96m), Gianluigi va multiplier les bonnes prestations et sera lancé dans le grand bain deux ans plus tard par le coach du Milan AC, Siniša Mihajlović. Avant de pouvoir légalement boire, conduire ou voter, Donnarumma a choisi de vêtir la tunique numéro 99 chez les Rossoneri. Retour sur l’ascension incroyable de la pépite italienne.

Des débuts très jeune

Récent vainqueur de la Champions League avec le Real-Madrid (2014), Diego López débarque en Lombardie. Après une première saison où il a pris l’avantage sur Christian Abbiati, le portier Espagnol compte bien garder sa place. Mais la nomination au poste d’entraineur de Siniša Mihajlović va redistribuer les cartes. Effectivement, le numéro 1 rossonero débute la nouvelle saison là où il avait quitté la précédente, dans le fauteuil de titulaire. Mais les résultats ne suivent pas, le Milan AC encaisse trop de buts et l’entraîneur Serbe décide d’aligner Donnarumma le 25 octobre 2015 face à Sassuolo (victoire 2-1). Agé d’à peine 16 ans et 8 mois, Gianluigi Donnarumma devient le deuxième plus jeune gardien de Serie A, après Pacchiarotti (16 ans et 192 jours) qui avait démarré le 9 mars 1980 dans les cages de Pescara face à Perugia. « C’est un très bon gardien. Même s’il est jeune, il est déjà très sûr de lui, aussi bien dans les buts qu’avec ses pieds, ce qui est très important dans le football moderne », dit de lui l’ancien portier Biancazzurri, Gianluca Pacchiarotti. Gigio intègre ainsi directement le top 10 des plus jeunes gardiens à débuter en Serie A devant un certain Gianluigi Buffon. Évidemment, toute la presse transalpine voit Gigio prendre la rélève de Gigi (même si ce dernier semble éternel) et c’est bien parti.

Une valeur sûre pour le Milan AC…

Avec lui entre les poteaux, le club lombard a retrouvé une certaine stabilité. Lors du dernier trophée milanais en 2016, Donnarumma fait un match plein devant Higuain et Mandzukic avant de stopper le penalty décisif de Dybala. Timide dans le jeu au pied, il a su au fil du temps corriger ses défauts mais aussi monter en compétence sur sa ligne. L’an dernier, Donnarumma a réussi 13 clean sheet en 36 matchs (36,1 %), derrière les expérimentés Sirigu (15) et Handanovic (17). Pour l’instant cette saison, le géant italien devance Strakosha (Lazio) et Silvestri (Hellas). La seule ombre au tableau concerne sa prolongation de contrat en 2017. Après des longues négociations entre le club et Mino Raiola, Donnarumma signera pour cinq saisons supplémentaires à 6 millions d’euros par an. La prolongation du Golden Boy ne plaît pas aux tifosi, qui n’hésitent pas à lui faire savoir avec une banderole « DOLLARUMMA » lors du match Italie-Danemark à l’Euro U21 (2-0). Une chose est sûre, dans les moments de doute, Gianluigi peut s’appuyer sur son frère aîné, Antonio, qui est lui aussi gardien de but chez les Rossoneri depuis 2017.

Et pour la Nazionale

En septembre 2016, lors du match amical Italie-France (1-3), Gian Piero Ventura remplace Buffon par Donnarumma. Comme un signe du destin. Lors des qualifications pour l’Euro 2020, l’Italie a brillé. Effectivement, la Squadra Azzurra a réalisé un sans faute et a terminé la campagne de qualification avec 30 points. L’Italie n’a encaissé que quatre buts (2 contre lui), pour six clean sheet (3 en sa faveur). En concurrence avec Meret ou Sirigu, Donnarumma partage pour l’instant les sélections avec le portier du Torino. Mais la spirale négative, 18 buts encaissés sur les quatre derniers matchs par le Toro (Serie A et Coppa Italia confondus), pourrait avoir fait pencher la balance côté Donnarumma. Nul doute que ce lundi, en clôture de la 24ème journée de Serie A, le coach italien observera le duel à distance des deux portiers.

A l’aube de ses 21 ans, Gigio a encore de longues années devant lui pour tuttoyer les sommets et devenir le Numero Uno.

Julien Camarda

Rédacteur



Lire aussi