Freuler, le métronome helvète au service de l’Atalanta

Par Anthony Maiorano publié le 29 Mar 2018
Crédits

Quoi de plus mignon qu’un peu d’amour dans un univers faisant volontiers l’étalage de ses actes de haine et de tristesse ? L’amour justement, simple et court mot aux vastes significations, pour laquelle la dénomination du coup de foudre y est souvent affiliée. Une sensation confuse que l’on ressent lorsque l’on vient de faire une rencontre, un sentiment brusque et soudain qui prend inexorablement le dessus. Ce même ressenti de bien-être qui a d’emblée plongé l’ancien régulateur du FC Lucerne dans un océan de satisfaction. Après tant d’années de sacrifices, il a enfin réussi à s’agripper à cette locomotive le menant au haut niveau. Et le cadre est plutôt sympathique et propice à une progression sportive et sociale. Cette Atalanta, tant reconnue ces derniers temps pour sa formation intelligente et efficace des jeunes talents et un secteur de recrutement au flair bien développé. Un entourage garni de professionnels compétents et dont l’ambition se joint à merveille avec l’appétit de grandeur du club bergamasque. Du coup, le brave Remo n’a pas traîné en chemin pour s’octroyer les clés du milieu de terrain et en devenir un taulier.

Un ouvrier de l’ombre

Qualité de passe, vision du jeu notable, bonne frappe de balle. Tant de cordes à l’arc du Suisse qui a travaillé sans relâche dès son arrivée afin de trouver grâce aux yeux de Gasperini. Un technicien sage, préparé et solidement convaincu de sa propre philosophie. Celles prônant plus que jamais la progression des jeunes joueurs. Autant serein dans le jeu rapide au sol que lorsqu’il faut surprendre l’adversaire à l’aide de longues transversales, l’international helvétique a impressionné dès sa première saison. L’année dernière, il n’a disputé pas moins de 35 rencontres toutes compétitions confondues (6ème individu le plus sollicité) avec un bilan de 5 réalisations pour 4 assists. Avec la particularité d’avoir disputé, à neuf minutes près, l’intégralité des matchs depuis décembre 2016 jusqu’au terme du championnat, soit 20 parties consécutives. Très affûté physiquement, il le doit principalement à l’expérience acquise en patrie, où l’aspect athlétique est rendu primordial au sein de l’apprentissage. Les habitudes n’ont pas été bouleversées et il est pour l’instant le joueur le plus utilisé du contingent avec 3’093 minutes (4 buts et 3 passes décisives). En Europa League, il a pris part à tous les combats des Transalpins lors de la surprenante épopée des siens. Et ce jusqu’au bout. Un coup de foudre manifestement réciproque.

La Russie dans le viseur

Utile autant en récupérateur qu’en relayeur dans une configuration à 4 milieux de terrain, Freuler fait parler sa générosité et n’hésite pas à venir soutenir et soulager ses équipiers de l’arrière-garde, que ce soit dans le repli défensif ou dès le moment qu’il faut ressortir le ballon des bases de façon propre et limpide tout en se projetant vers l’avant dès qu’il en a l’opportunité. Avec une moyenne de 81 ballons caressés par rencontre et un pourcentage de réussite de 88%, il représente le réel point de fixation de son collectif. Des performances qui n’ont bien évidemment pas laissé insensible son sélectionneur et ancien coach de la Lazio Vladimir Petkovic, qui l’a intégré de suite en sélection et fait évolué à quelques reprises, notamment lors du barrage qualificatif pour le mondial russe. Même si la concurrence paraît rude dans l’entrejeu avec les présences de Xhaka, Behrami ou encore Zakaria, il aura une belle carte à jouer. Le genre de vitrine prestigieuse pour qu’un diamant brut comme lui brille comme il se doit.

 



Avatar

Anthony Maiorano

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)