Francesco Caputo, la confirmation

Par Arno Tarrini publié le 05 Août 2020

Arrivé à Sassuolo l’été dernier après une première saison réussie dans l’élite avec Empoli, à 32 ans, Francesco Caputo a confirmé cette saison qu’il avait le potentiel pour être l’un des meilleurs attaquants de Serie A.

Éclosion tardive, talent indéniable

Comme nombre d’attaquants de la botte, Francesco Caputo a d’abord fait ses preuves en Serie B, où il est devenu une référence à son poste, avec une capacité folle à empiler les buts. Après 118 buts en 300 matchs, et 8 saisons de Serie B, le natif des Pouilles a découvert la Serie A en 2018-2019 avec Empoli en tant que titulaire (il avait joué quelque mois en Serie A avec Bari il y a 10 ans), une fois avoir permis aux Toscans de remonter dans l’élite, en finissant meilleur buteur de Serie B avec 26 buts. À 31 ans, il surnage dans une équipe qui ne parviendra pas à se maintenir, malgré la présence de bonnes individualités dans son effectif (Bennacer, Di Lorenzo, Traoré…) et ses 16 buts en 38 rencontres.

Décisif, malin, adroit devant le but, et parfois altruiste, Caputo faisait alors figure de recrue idéale pour Sassuolo, qui sortait d’une saison décevante (11e) et qui manquait d’un buteur efficace pour accompagner Berardi en attaque. Les Neroverdi débourseront donc 7,5 millions d’euros pour s’attacher les services de l’ancien Capocannoniere de Serie B. Un pari gagnant, puisque le numéro 9 vient tout simplement de devenir le meilleur buteur de l’histoire du club sur une saison en Serie A, avec 21 buts en 36 matchs, soit un but toutes les 140 minutes. 4e meilleur buteur du championnat, derrière Immobile, Ronaldo et Lukaku, Caputo fait même partie des 15 meilleurs buteurs d’Europe, en ayant inscrit seulement 2 buts sur pénalty. Comme l’écrivait récemment le journaliste italien Daniele Manusia, « Caputo n’a pas les moyens sportifs ou techniques de transformer sa lecture du jeu en quelque chose de dévastateur comme Cristiano Ronaldo ou Immobile, pour représenter une menace à chaque fois que le ballon arrive dans sa zone. »  

Toujours à la limite du hors-jeu, « Il a un talent plus proche de celui de Filippo Inzaghi : la capacité d’être trouvé au bon endroit au bon moment, et la capacité simultanée de pouvoir s’adapter à la situation. Caputo ne gagne pas les duels auxquels il fait face, il les évite, il ne bat pas son marqueur en un contre un, il lui échappe. »

Insaisissable donc, mais aussi généreux, et bon joueur d’équipe, il a permis à Jérémie Boga et Domenico Berardi de s’épanouir autour de lui. Ces ingrédients, couplés avec l’excellente gestion sportive de Roberto De Zerbi et son jeu collectif, ont mené Sassuolo à réaliser la deuxième meilleure saison de son histoire, en terminant 8e, à quelques points de l’Europe. Avec 8 buts en 13 matchs après l’arrêt du championnat, Francesco Caputo a confirmé sa très bonne première partie de saison, en continuant à être décisif quasiment à chaque match.

Taillé pour la Nazionale ?

Alors, après une telle saison, comment ne pas penser à lui pour une place en équipe nationale ? Si Ciro Immobile et Andrea Belotti paraissent indéboulonnables devant, une troisième place dans l’effectif de Roberto Mancini reste totalement accessible pour Caputo, s’il est capable d’effectuer une nouvelle saison de haut niveau avec Sassuolo. Son âge n’est en rien un problème pour le sélectionneur italien, qui avait par exemple convoqué Fabio Quagliarella, en pleine bourre il y a 2 ans avec la Sampdoria, pour une courte pige en Nation’s League, à 35 ans. Mieux, dans un effectif plutôt jeune, « Ciccio » Caputo pourrait accompagner l’évolution des Zaniolo, Berardi ou Orsolini, comme il l’a fait à Sassuolo. En vue d’une compétition continentale comme l’Euro, Mancini aurait tort de se priver d’un buteur de qualité, qui pourrait apporter son expérience et sa fougue au groupe. À lui de prouver qu’il peut enchainer une troisième saison de haut niveau en Serie A, à (bientôt) 33 ans.

Arno Tarrini

Étudiant en journalisme, passionné de sport, d'économie et de politique. Amoureux du ballon rond.



Lire aussi