Jump to content
Calciomio

La lettre d’adieu d’Inzaghi

Recommended Posts

bon ben tout le monde s'en va. zanetti et totti vont rester les derniers mohicans...

c'est pas le milan qui perd quelque chose, c'est le calcio

  • Upvote 1

Share this post


Link to post

Je me rappèlerai toujours de la final gagné contre Liverpool dans tput le match pippo avait tiré une fois au but et avait mis 2 buts, juste INCROYABLE les stats quoi…

 

C'ÉTAIT PIPPO…

Share this post


Link to post

bon ben tout le monde s'en va. zanetti et totti vont rester les derniers mohicans...

c'est pas le milan qui perd quelque chose, c'est le calcio

N'oublie pas Ambro. D'accord sur la dernière phrase, en tout cas.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post

Nesta, Del Piero, Inzaghi... On savait que ça arriverait un jour, bien-sûr, mais c'est dur quand-même, surtout en même temps. Merci les champions, vous pouvez être fiers de vous. :hi:

Share this post


Link to post

N'oublie pas Ambro. D'accord sur la dernière phrase, en tout cas.

 

avec tout le respect qui lui est du, j'ai du mal à le mettre au même niveau et c'est même pas une question de fuoriclasse

Share this post


Link to post

Ok, perso je le mets au même niveau sans problème, mais chacun son point de vue.

Share this post


Link to post
:cry: :cry: :cry: :cry: :cry: C'est trop, trop d'un coup. Avoir vu jouer Gattuso, Nesta, Inzaghi et Maldini restera eternellement mon plus beau souvenirs.

Share this post


Link to post

Même en marquant du cul il exultait plus que Maradona après avoir traversé tout le terrain ! :lol:

 

 

C'est ça qui est trop bon. :wub:

Il peut te mettre le but le plus moche du monde, il exclut totalement et on aime avec lui ! Puis j'adore, toujours là quand il faut, le placement incroyable qu'il a. Il a mis des buts magnifique, notamment celui contre le Barça sur la magnifique passe de Seedorf est juste sublime.

Share this post


Link to post

:cry: :cry: :cry: :cry: :cry: C'est trop, trop d'un coup. Avoir vu jouer Gattuso, Nesta, Inzaghi et Maldini restera eternellement mon plus beau souvenirs.

 

Moi j'ai aussi eu la chance de voir Savicevic, Van Basten, Baresi, Gullit, Rijkhard... J'espère que l'AC pourra proposer à nouveau un jour une telle excellence, d'autant que je suis convaincu que sans un Milan fort, pas de Juve forte, et vice-versa. :icecream:

Share this post


Link to post

avec tout le respect qui lui est du, j'ai du mal à le mettre au même niveau et c'est même pas une question de fuoriclasse

 

Je pense que le fait que Zanetti, Del Piero, Totti et consorts ont eu le Milan pour eux tous seuls durant plusieurs saisons y jouent beaucoup...

 

Ambrosini a cohabité avec des monstres comme Costacurta et Maldini, il n'a jamais eu le Milan que pour lui, ça sera une première pour lui dès la saison prochaine...

Share this post


Link to post
Guest Dante

je suis pas trop d'accord , Zanetti a côtoyé d'immenses joueurs

 

Del Piero Idem , ils n'ont jamais été seuls dans leurs clubs

Share this post


Link to post

Je pense que le fait que Zanetti, Del Piero, Totti et consorts ont eu le Milan pour eux tous seuls durant plusieurs saisons y jouent beaucoup...

g pas compris cette phrase...

Share this post


Link to post

Ce que je veux dire Dante et Sebo, c'est que si Ambrosini était le dernier survivant il y'a de cela 10 ans (et pas seulement maintenant)...comme l'ont été Del Piero (Conte) ou Zanetti (Bergomi)...beaucoup plus de monde aurait mis Ambrosini sur le même pied d'égalité que les dus sus-cités.

Share this post


Link to post

Je ne t'oublierais pas Inzaghi! Et quand plus tard, on me demandera ce qu'est un renard des surfaces, je leur parlerai de toi ;)

Très belle plume en tout cas!

Share this post


Link to post

Ambrosini, on en parle pas beaucoup dans la presse, il est souvent snobé, mais ca n'en reste pas moins une bandiera de Milan. Même si il a pas l'aura d'un Zanetti ou d'un Del Piero, ce joueur est très important pour notre équipe. Bon maintenant quand je dis bandiera, c'est une classe en-dessous de Maldini et Baresi (entre autre), mais voila faut pas le sous-estimer. Son départ sera aussi une grande perte pour le Calcio.

 

D'ailleur, personne n'en parle, mais le départ de Di Vaio est aussi pour moi une belle perte pour notre championnat, c'était un très bon joueur.

Share this post


Link to post
Guest Dante

ah si on en a parlé de Di Vaio ... moi je l'ai fait , j'adore ce joueur ( et cet homme )

Share this post


Link to post

Ciao champion ! un grand ! une légende !

Share this post


Link to post

de giovani

merci super pippo tu nous a fait rêver et vibrer bien sincèrement.toi seul pouvait faire basculer un match.

ça nous manque aujourd hui un italien comme toi rapide réactif malin ...

félicitation pour ta carrière et ta fidélité

tu sera une légende et un exemple ...

giovani

Share this post


Link to post

Je savais bien que ce jour arriverais, mais là, 3 départs en même temps ça fait quand même beaucoup :crying_anim02:

Celui de Genaro me touche un peu moins, celui de Nesta me travaille d'avantage, mais le pire, c'est bien celui de SuperPippo :crying_anim:

 

Pippo, l'homme qui m'a fait naitre des sentiments contradictoire à chacun de ses buts: de l'énervement, du dégout, de l'injustice, de l'incompréhension, du mépris, de la jalousie, des frissons, de la joie, de l'envie, de l'admiration, de l'émerveillement, de l'étonnement...

 

Pippo, celui que tous le monde déteste mais que tous le monde craint comme le loup blanc. Celui que tous le monde méprise mais que toutes les équipes adverses redoutaient.

Aujourd'hui, tous les plus grands gardiens et défenseurs vont enfin faire la fête: Pippo ne poignardera plus personne :crying_anim:

 

Voici un hommage que j'ai découvert d'un fan sur internet, je me permet d'en faire part aux calciomistes (en le remaniant un peu..)

 

""Pippo : 1m81, 74 kilos, une dégaine d'héroïnomane, un brin d'arrogance toute latine dans le regard, les cheveux gominés et tirés vers l'arrière, un air de forain un rien vicelard. Usé par les blessures, il traîne sa carcasse maladive sur les pelouses italiennes depuis ses 18 ans.

La moitié de sa vie, Pippo l'a donc passé à jouer au foot. Et 90% de sa vie de footballeur, Pippo l'a passé dans un périmètre qu'il affectionne particulièrement, à moins d'un mètre de la ligne des buts adverses.

 

Le positionnement, c'est le truc de Pippo. Il ne sait rien faire de ses pieds, marquera du genou, des talons, de la hanche ou du menton, dans des postures toutes plus improbables les unes que les autres, mais c'est lui qui sera là, et pas un autre.

 

Quand on fait la liste de ses qualités de joueur, il flotte comme un parfum de mystère. Un physique de dialysé, une technique de palefrenier, une vitesse somme toute moyenne, qu'est ce qui peut bien faire la force de Pippo ? La pugnacité peut-elle tout expliquer ?

Quel organe, quelle fonction est-elle pleinement développée chez lui et quasiment absente chez des joueurs aux profils opposés?

 

Alors on ne dirait pas comme ça, mais Pippo est un énorme travailleur, il bouge tout le temps durant un match, et surtout ne quitte pas le ballon des yeux. Ça paraît bête, mais ça fait une différence énorme. Pippo ne regarde pas le but : sinon il se placerait dans l'axe et frapperait des 20 m. Pippo fixe l'action et s'efforce d'ajuster son positionnement à la tournure potentielle des évènements, si un centre arrive, il ne va pas l'attendre sereinement au point de pénalty, comme d'autres moins fins que lui. Il saura faire preuve de patience, se positionnera en décalage, à l'affut sans en avoir l'air, et attendra le point de rupture : un dégagement chaotique, un cafouillage, un ballon mort, qu'il exploitera besogneusement. Pippo n'est pas de la race des grands fauves : c'est un charognard.

 

Joueur détestable pour beaucoup, qui verraient en lui, un peu rapidement, l'incarnation du mauvais jeu à l'italienne, Inzaghi est un grand mal aimé du monde du football. Peu lui importe. À 34 ans, revenu d'une blessure qui l'a éloigné des terrains deux ans durant (2003-2005), il répond encore présent, quand la plupart des attaquants de talent sont carbonisés à l'approche des trente ans.

 

Né en position de hors-jeu, Inzaghi est devenu immortel le 4 décembre 2007, en inscrivant son 63ème but en coupe d'Europe, battant ainsi le record détenu depuis plus de trente ans par un autre renard des surfaces, “Der Bomber†Gerd Müller. Paolo Rossi ne s'y est pas trompé en adoubant Inzaghi, en qui il voyait son successeur.

Aucun autre attaquant n'a peut-être plus fait que lui pour Milan ces dernières années, surtout en Ligue des champions, où son expérience fait souvent la différence.""

 

 

Aujourd'hui je pleure Pippo, je pleure de ne plus le revoir sur un terrain, de ne plus connaître tous ces sentiments étrange qu'il faisait naitre en moi.

Je pleure au nom du calcio de perdre autant d'un seul coup. Je pleure de nostalgie, je pleure les anciens, je pleure ce type de joueurs que personne ne peux même pas imiter!

 

Messi et l'autre portugais ont beau être des joueurs hors-normes, mais ni eux, ni Rooney, ni Tevez, ni personne me donneront ce que notre Super Pippo m'a donné.

 

Au revoir Pippo, tu seras toujours pour moi le plus grand attaquant de ta catégorie si particulière.

 

Désolé pour le pavé, mais j'en ai gros sur la patate :cry:

Share this post


Link to post

Y a pas de problèmes, tu peux paver ! :thumbsup:

Share this post


Link to post

J'ai pleurer... C'est trop dur de le(s) voir(s) partir... Et puis cette lettre... Pfiou...

Share this post


Link to post

N'oublions pas ses 25 buts en Nazionale(dont seulement deux pénaltys)! Il est une légende.

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×