Jump to content
black&white

6 + 5 ?

6+5 ?  

22 members have voted

  1. 1. Seriez vous pour ou contre un 6 + 5 appliqué dans tous les clubs Européens ?

    • Pour
      16
    • Contre
      6


Recommended Posts

Contre le 6+5.

 

Ce serait une régression de contraindre les entraîneurs à aligner des équipes en fonction de postes réservés à une « nationalité ». Seuls les 11 meilleurs doivent débuter la rencontre.

 

Mais je ne serais pas contre un 15+10 (ou au moins un 10+15) concernant l'effectif.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deja 5+6 quoi? moi je suis pour un minimum de joueur formé au club (sans histoire de nationalité) pour avoir une identité de jeu.. genre par exemple 8/10 joueurs formés au club minimum par feuille de match.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Contre le 6+5 sur base nationale (de toute façon contraire au droit). Pour un 6+5 où l'on parle de 6 joueurs formés au club par exemple.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui 6 joueurs formes au club c'est bien. Restreindre les clubs en fonction de la nationalite c'est aussi "punir" certains pays qui n'ont pas un vivier de joueurs assez important.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cependant j'aime que les clubs gardent un minimum d'identité nationale. Dans ce cas, on pourrait faire un 6+5 avec les joueurs formés au club en parallèle d'un 3+8 (au minimum) avec la nationalité.

 

Ce que tu dis Calo, ce sera vrai au début. Mais l'avantage, c'est que ça poussera alors les clubs à former plus de joueurs nationaux et donc faire grandir aussi l'équipe nationale.

 

Mais bon après c'était juste pour avoir le ton du forum. Une telle règle (que ce soit joueurs formés ou nationalité) est complètement impossible dans le contexte économique et politique actuel, surtout quand on voit son évolution. Au contraire, il y'aura encore plus de dérégulation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

6 + 5 ?

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

:ninja:

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

:ninja:

Déjà faite en page 1 par Rango, faut lire !

Share this post


Link to post
Share on other sites

(de toute façon contraire au droit)

Contraire au droit européen, oui. Si Brexit il y a, nous verrons combien de temps ça tiendra.

Après tout, les quotas ont duré des décennies, sans que ça ne choquât personne.

Et puis, si les clubs se remettent à former correctement, le 6+5 (et +) se fera peut-être même sans nécessité de légiférer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Contraire au droit européen, oui. Si Brexit il y a, nous verrons combien de temps ça tiendra.

Après tout, les quotas ont duré des décennies, sans que ça ne choquât personne.

Ça ne choquait personne et le football pratiqué était de meilleur qualité (et pas qu'en série a d ailleurs).

Vu que les clubs ne pouvaient aligner que 3 étrangers dans les onze de départ, ils avaient plutôt intérêt à en recruter des bons (et ils avaient aussi intérêt à former des bons joueurs locaux).

Les clubs privilégiaient la qualité à la quantité.

Sans même parler de la série a (y a pas que l Italie dans la vie après tout),regardez la différence de niveau entre les joueurs étrangers des années 80-90 en ligue 1 et ceux d aujourd hui (et ne me parlez du psg actuel qui est une goutte d eau artificielle dans un océan de médiocrité).

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et que dire de la PL. Quand tu vois des clubs comme Newcastle lâcher 12 millions pour un Thauvin, qu'on nous dise pas qu'ils sont pas foutus de former des joueurs aussi mauvais eux memes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et le prêter au club qui leur a mis une banane :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et que dire de la PL. Quand tu vois des clubs comme Newcastle lâcher 12 millions pour un Thauvin, qu'on nous dise pas qu'ils sont pas foutus de former des joueurs aussi mauvais eux memes.

Excellent exemple!

Share this post


Link to post
Share on other sites

A propos de la Super Ligue, du FPF... et peut-être d'un big bang prochain dans le foot européen.

 

http://ecosport.blog.lemonde.fr/2018/01/01/faut-il-demanteler-la-ligue-1-en-2018/

 

 

Faut-il démanteler la Ligue 1 en 2018 ?

 

Il y a un an, le football européen enregistrait un premier indice d'une concentration accrue dans le secteur. Pour la première fois, les 16 clubs présents en huitièmes de finale de la Ligue des Champions représentaient seulement 6 nations : les 5 premières au classement UEFA (Espagne, Allemagne, Angleterre, Italie, France) et le Portugal (fraîchement devancé par la Russie à la 6ème place de ce même classement). En ce début d'année 2018, si 3 nations sont parvenus à réintégrer le Top 16 (Ukraine, Turquie et Suisse), un autre record est battu : 5 équipes anglaises prennent part à ces huitièmes, puisque le vainqueur de l'Europa League (Manchester United en 2017) a obtenu lui aussi un billet pour la compétition continentale phare. Ce second record est plus emblématique que celui de la saison précédente car il illustre de façon éclatante l'impact de la prodigieuse progression des droits TV de la Premier League (2,75 milliards d'euros distribués au 20 clubs de la ligue en 2016-2017).

 

Une NBA du football

 

Ce déséquilibre accru entre une quinzaine de clubs européens et la grande masse de leurs poursuivants fait resurgir l'idée d'une super ligue européenne qui serait l'égale de la NFL (football américain), de la MLB (baseball) ou de la NBA (basket). Les championnats nationaux, dépourvus de leur cadors, deviendraient alors, de fait, des ligues mineures, susceptibles de s'organiser elles-mêmes de façon transnationale. Cette perspective a connu un regain de vraisemblance ces dernières semaines avec le verdict de la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager selon lequel une fédération sportive est infondée à infliger des sanctions à des athlètes ayant participé à des compétitions non organisées sous l'égide de ladite fédération sportive (voir le post : « Un nouvel arrêt Bosman ? »). En d'autres termes, si l'Association Européenne des Clubs (ECA) décidait de créer une super ligue à la rentrée 2018, ni l'UEFA, ni la FIFA ne pourraient sanctionner les joueurs y prenant part.

 

Une concentration réellement accrue ?

 

Mais cette intuition d'une concentration accrue au sommet des ligues nationales est-elle conforme à la réalité ? Pour le savoir, il est possible de calculer un indicateur de déséquilibre compétitif se focalisant sur la « part de marché » (le pourcentage de points obtenus) des 4 ou 5 premières équipes de chaque ligue. Dans les travaux académiques, on étudie ainsi beaucoup le « C5 », ou indice de concentration fondé sur la part de marché des 5 premiers. Nous allons ici privilégier un C4 (part de marché des 4 premiers), plus approprié pour étudier la situation des 5 principales ligues européennes (le « Big 5 »). Sans entrer dans les détails, précisons que ce C4 est mesuré après avoir recalculé les classements finaux dans un système où seulement 2 points sont attribués pour une victoire (mesure non biaisée) et en effectuant une correction pour la Bundesliga (ligue à 18 clubs seulement). Précisons enfin que, dans une ligue à 20 clubs parfaitement égalitaire, le C4 serait égal à 0,20 et, dans une ligue parfaitement inégalitaire, le C4 serait égal à 0,368. Dans le graphique ci-dessous est présenté l'évolution du C4 moyen des 5 principales ligues depuis 2005.

 

Même si les résultats de 2015 et 2016 semblaient invalider l'idée d'une progression continue du déséquilibre compétitif, les résultats de la saison 2016-2017 confortent la thèse d'une fracture entre quelques cadors nationaux et la masse de leurs poursuivants. Jamais le C4 moyen n'a été aussi fort depuis la création de la ligue des champions (en 1993)…

 

Et si le projet d'une super ligue dynamitait la menace du Fair Play Financier ?

 

Le démantèlement des ligues nationales au profit d'une super ligue européenne semble s'inscrire dans un processus incontournable. Jusqu'ici, l'UEFA était parvenu à calmer les ardeurs des grands clubs en leur accordant la plus grosse part du gâteau continental. Mais ces derniers savent qu'ils pourraient obtenir une fraction plus importante du paquet « droits TV nationaux + droits continentaux ». Le big bang du football européen est peut-être imminent. C'est peut-être fort de cette conviction que le Paris Saint Germain semble aborder sans crainte particulière les échéances du Fair Play Financier : être exclu de la Ligue des Champions n'est pas si grave… si l'on s'apprête à jouer en super ligue européenne ! Dans quelques mois, la Ligue 1 aura peut-être perdu 2 ou 3 de ses têtes d'affiches. Il en ira de même pour la Liga, la Bundesliga, la Serie A. Il reste à savoir ce que les têtes d'affiche de la Premier League décideront : rejoindre les cadors de la scène continentale ou « Brexiter » en pariant sur une suprématie planétaire du football joué entre Londres, Manchester et Liverpool. Une fois encore, les anglais seront tiraillés entre leur esprit voyageur et la tentation du repli insulaire…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si j'en crois les résultats des élections italiennes, l'opinion semble trancher de plus en plus en défaveur de l'UE. Si les choses continuent dans ce sens, un Itaxit ou Itexit sera sans doute envisageable à moyen terme, et permettra de rendre les manettes à la fédé, pour les quotas entre autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×