Jump to content
Sign in to follow this  
yuri

1988-1999,le calcio "roi du monde".

Recommended Posts

Oui ?

Et ben j'attends des explications et des argumentations par rapport à ce que tu viens de dire !...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah j'avais pas pigé.

 

Un Barça présomptueux comme pas deux, je détestais le personnage de Cruyff, Stoichkov une tête à claque, la victoire sur la Samp en finale de Coupe d'europe.

 

J'ai tellement détesté cette équipe.

Quelle fut ma joie quand savicevic scella leur destin d'un énième tour de magie.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Stoichkov une tête à claque

inexistant en finale de c1 94,inexistant en demi-finale du mondial 94.

et c'est à lui qu'on a donné le ballon d'or,alors que baggio et maldini avaient fait une année et un mondial en tout points exceptionnels.

une honte!

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah j'avais pas pigé.

 

Un Barça présomptueux comme pas deux, je détestais le personnage de Cruyff, Stoichkov une tête à claque, la victoire sur la Samp en finale de Coupe d'europe.

 

J'ai tellement détesté cette équipe.

Quelle fut ma joie quand savicevic scella leur destin d'un énième tour de magie.

Moi, j'aimais bien ce Barça et sa philosophie de jeu mais quand ils ont joué contre le Milan, en finale de la Coupe des Champions en 1994, j'étais à fond pour les "Italiens" !!! À l'époque, j'effectuais mon service militaire et j'ai suivi le match dans la salle tv commune... J'étais le seul à supporter le Milan AC !... :lol: Tout comme j'ai été, la même année, le seul à supporter la Squadra Azzurra contre le Brésil !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enzo Francescoli

Cagliari(1990-1993)-Torino(1993-1994)

 

Je relance ce sujet afin d'évoquer un joueur qui a considérablement marqué mes jeunes années de spectateur et téléspectateur.

Enzo était un numéro dix à l'ancienne, à la fois meneur de jeu et buteur de son équipe, comme l'étaient Michel Platini, Diego Maradona ou Roberto Baggio. Je l'avais découvert sous le maillot de l'Uruguay, lors de la Coupe du Monde 1986. Mais c'est surtout son arrivée au RC Paris qui m'a fait adorer El Principe.

Vivant à Paris, mon père m'emmenait souvent voir jouer le club ciel et blanc, avec toutes ses stars dont Francescoli fut le seul à vraiment briller, sans parvenir à lui tout seul à éviter un des plus gros fiasco du football français. Enzo savait combiner le talent et l'efficacité avec l'élégance et la grâce. C'était un artiste qui donnait envie aux amoureux de beau jeu de venir le voir évoluer.

Sa carrière aurait pu être beaucoup plus médiatique s'il avait accepté l'offre de la Juventus, qui souhaitait le voir remplacer Platini, fraîchement retraité, à l'été 1987. Francescoli devait vraiment croire en l'aventure du RC Paris pour avoir décliné l'offre des bianconeri.

A l'été 1989, il signe à Marseille où il devient champion de France, atteint les demis en C1, et fait très forte impression sur un certain Zinedine Zidane, qui prénommera son fils ainé Enzo en hommage à l'artiste uruguayen.

Francescoli rejoint finalement l'Italie à l'été 1990, en posant ses valises en Sardaigne, où il réalisera trois saison pleines avec Cagliari, aux cotés de ses compatriotes José Oscar Herrera et Daniel Fonseca. Il fait d'ailleurs partie du Hall of fame du club sarde.

Il termine sa carrière italienne par une saison au Torino, avec lequel il atteint les demis en Coppa Italia (battu par Ancona !).

Il retournera ensuite en Argentine, au club de River Plate, avec lequel il avait déjà évolué avant de venir en Europe. Il compte 73 sélections en équipe d'Uruguay, au cours desquelles il a inscrit 17 buts. Avec la Céleste, il a disputé deux phases finales de Coupe du Monde (1986 et 1990) et remporté deux Copa America (1987 et 1995).

Parfois, j'aimerais remonter le temps afin de revoir jouer des virtuoses du ballon rond comme lui. Je regrette aujourd'hui qu'il n'est jamais rejoint la Lazio, pour retrouver son compère Ruben Sosa. Et puis les similitudes entre la tunique de l'équipe d'Uruguay et celle de la Lazio est évidente, non ?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vivant à Paris, mon père m'emmenait souvent voir jouer le club ciel et blanc

 

Ça nous fait un point commun, déjà.

 

%25C3%2589ric%2BCantona%2Ba%2Bbeau%2Bse%2Bd%25C3%25A9mener%2Bau%2Bmilieu%2Bde%2Btrois%2BParisiens%252C%2Ble%2BMatra%2BRacing%2Bs%2527impose%252C%2Bau%2BParc%2Bdes%2BPrinces%2B87-88.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça nous fait un point commun, déjà.

à mon avis,vous en avez un autre stend.

je suis sur que toi aussi tu appréciais beaucoup Gascoigne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Francescoli :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Francescoli :wub:

Ha voilà ! Je savais bien qu'un supporter de Cagliari finirait par réagir à mon hommage au grand Enzo ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les 20 meilleurs joueurs de la Serie A dans les 90s d'après le Daily Mail. Ce ne serait pas mon classement (d'autant qu'un mec comme Mancini mériterait davantage sa place dans le top 20 qu'un Veron, par exemple), mais il y a du beau monde : http://www.dailymail.co.uk/sport/football/article-5557787/Serie-greatest-players-90s-Maldini-Zidane-Baggio-No-1.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve ca dommage de mettre des joueurs comme Buffon, Cannavaro,Zidane, Thuram ou Nesta dans un classement des années 90, au detriment de Gullit, Rijkaard, Albertini, Van Basten Peruzzi, Pagliuca pour ne citer qu'eux, qui sont vraiment des joueurs des années 90.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les trois hollandais sont à cheval sur les années 80 et 90. Et d'ailleurs pour Gullit et Van Basten, ils ont été au sommet à la toute fin des années 80 et au tout début des 90. Mais les problèmes physiques de VB l'ont obligé à se retirer prématurément.

 

C'est comme Zidane. Le meilleur Zidane c'est celui des années 2000 au Real et non celui de la seconde moitié des années 90 avec la Juve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comment ce classement peut-il oublier signori, alors que c est le joueur qui a marqué le plus de buts en serie a durant cette décennie 90 ?

 

autre grand oublié: savicevic.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×