Jump to content

L_Artiste

Members
  • Content count

    297
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by L_Artiste


  1. Bruxelles les amis... Cette ville a autant de coté horriblement moche que magnifiquement beau.. tout ca concentré dans un périmètre aussi petit que la poche arrière droite de mon 501.


  2. il y a 20 minutes, Caprizzu' a dit :

    Je me souviens d'un départ en feu de sa part puis il s'est éteint de match en match à en devenir presqu'un boulet

    Suite à une grosse blessure aussi non.. ? Je pense qu’on aurait du lui laissé sa chance sous Conte mais ça ne s’est Malheureusement pas fait.. je le vois comme un talent gâché.


  3. il y a une heure, sebo_lavie a dit :

    j'ai envie de dire Elia et Krasic, mais... ont-ils vraiment eu leur chance chez nous....???

     

    Sinon pour le coach, ben, y a juste a dire Bienvenue a lui...

    Krasic il l a eu sa chance.. il a d ailleurs fait 6 premiers mois de feu où il nous sauvait le cul.. a l’epoque Il était apellé la furia serbia et les journaux le comparaient à Nedved même si la comparaison n avait pas lieu d’eyre.. par contre Elia lui n’a jamais eu sa chance et je trouve ça dommage il aurait peut être pu faire mieux.. peut être que conte le kiffait pas...


  4. Il y a 6 heures, Barza 973 a dit :

    Iaquinta , Bendtner , isla... j'en garde pas un bon souvenir mais le pire c'est quand même

     

    Résultat de recherche d'images pour "FELIPE MELO"

    🤢

    Tient d’ailleurs , quel est pour vous le pire joueur qui ai porté notre maillot ces 10 dernières années ?

    Respectez Liaquinta svp.. c’est Amauri le pire.

    • Upvote 1

  5. Je suis probablement celui qui a passé le meilleur week-end du forum.

     

    Ma femme m'a fait une surprise en nous réservant un week-end à Milan. Là bas,j 'ai réussi à la pousser à accepter d'aller à San Siro avec moi. Je lui ai fait comprendre qu'on peut pas venir en Lombardie sans passer par là blablabla.. :whistle:

    J'aurais voulu assister à un match du Milan mais vu qu'ils jouaient dimanche et que je partais dimanche matin... On était plus ou moins obligé d'aller voir l'Inter. Dans un stade plein d'Intériste (Bouuuuh) :confused:

     

    Finalement l'après-Midi a été un délice: J'ai assister à une défaite Interiste (qui plus est la première de la saison c'est encore plus jouissif)

    Le comble, c'est qu'on en a profiter 24h plus tard en signant un joli 3-0 :bien: :bien: :bien:

    • Upvote 1

  6. juventus-17-18-home-kit-2.jpg

     

    Officiel, ça fait année 80 avec le col ouvert, mais ça peut être sympa, à voir quand il est porté.

     

    A la réflexion je trouve que ça fait plus tee-shirt passe-partout que maillot de foot à cause du logo et du col

     

    Qu'est ce qui te fais dire qu'il est officiel ??? :confused1:

     

    Il est beau, j'aime bcp mais il l'aurait été tellement plus avec notre logo


  7. Ca parlait d'Allegri et du fait qu'il n'a jamais entrainer un top club..

    Billy a fait un papier intéressant sur le sujet pour eurosport.fr

     

    Ligue Europa - OL-AS Rome : Spalletti mériterait un banc encore plus prestigieux

     

     

    LIGUE EUROPA - Luciano Spalletti réalise un quasi sans-faute depuis son retour à la Roma, qui se déplace à Lyon jeudi (21h05), en 8e de finale aller. Mais son contrat touche à son terme et son avenir dans la capitale est incertain. Se profile ainsi l'occasion d'intégrer un club à la hauteur de son talent. Et il serait temps.

     

    Chers tifosi de la Roma, ne vous méprenez pas, votre équipe est la deuxième force italienne depuis trois saisons et la diriger est l'occasion d'ajouter une très belle ligne à un CV de coach. Mais là n'est pas la question. Faits à l'appui, Luciano Spalletti est un des entraineurs les plus complets du panorama footballistique mondial et…le fait qu'il n'ait pas encore eu l'opportunité d'officier dans un des 10 Top clubs européens à 58 ans (il vient d'ailleurs de les fêter) est une anomalie.

     

     

    Le Toscan mériterait d'intégrer ce club fermé des techniciens qui passent d'un banc prestigieux à l'autre, les Conte, Ancelotti, Guardiola, Mourinho, Klopp et consorts. J'ai beau me creuser, je ne lui trouve pas de points faibles, en tout cas rien de rédhibitoire afin d'aspirer à ce statut de Top coach. Et pour ceux qui ne seraient pas convaincus...

     

    Spalletti le tacticien

     

    Bon, c'est une équation très stéréotypée : entraineur + passeport italien = stratège, mais c'est vraiment le cas. Il incarne à la perfection la flexibilité tactique enseignée à l'école de Coverciano. Spalletti n'est pas un "intégriste" et maîtrise tous les schémas de jeu voire en invente. On se souvient tous de son 4-2-3-1 lors de son premier passage à la Roma, Simone Perrotta m'en avait récemment parlé pour So Foot :

     

    "Cassano était exclu du groupe et Nonda et Montella blessés, il ne restait que Totti. Spalletti m'annonce que je jouerai milieu offensif axial. Je l'ai regardé stupéfié et lui ai dit que c'était le poste de Totti. Il me répond : 'Lui joue devant et toi derrière lui, interprète ce poste avec tes caractéristiques.' Je devais aider l'équipe sans le ballon et m'insérer dans les espaces en phase de possession lorsque Totti descendait. Francesco réussissait parfaitement à interpréter ce rôle atypique de faux neuf. Avec Mancini et Taddei sur les côtés, nous ne donnions aucun point de repère à nos adversaires. C'est une tactique qui a été beaucoup copiée ensuite."

    Francesco Totti et Simone Perrotta en 2008, durant le premier passage de Luciano Spalletti à la Roma

     

     

    Un coup de génie, le "falso nueve" avant l'heure catalane. Or, identifier Spalletti uniquement à cette tactique est réducteur. A l'Udinese, il avait opté pour la défense à 3, aujourd'hui, il a choisi celle à 3 et demi avec un latéral qui coulisse selon si ses coéquipiers ont la balle ou pas. Sous ses ordres, un joueur apprend à dominer phase défensive et offensive et à interpréter plusieurs postes. L'équilibre n'est jamais négligé, ni la qualité du jeu, le tout donne un très bon compromis.

     

    Spalletti le communicateur

     

    C'est ce qui me fascine le plus chez ce bonhomme. Difficile de résister à son "charme". Un peu provocateur sur les bords mais juste ce qu'il faut, sans excéder. Adepte de l'ironie et du second degré afin de dédramatiser des situations qui n'ont aucune raison de l'être. Toujours lucide et critique envers son travail et l'environnement particulier dans lequel il l'exerce. Jamais à la recherche d'excuses faciles ou d'alibis pour justifier des contre-performances.

    Luciano Spalletti, l'entraîneur de la Roma, en conférence de presse

     

     

     

    Capable de garder son sang-froid, prendre du recul et de la hauteur avec ce sourire narquois qui le caractérise. Difficile de le déstabiliser. Spalletti n'est pas un bon client pour tous les médias, ceux à la recherche de déclarations tapageuses à imprimer en gros caractères en Une seront déçus, en revanche, ceux friands de références culturelles, de bons mots, seront comblés. Joueur, subtil, respectueux. Son retour dans le football italien après plus de 7 ans d'absence a été un véritable vent de fraîcheur.

     

    Spalletti le gestionnaire

     

    Afin de compléter sa (s)palette, et un aspect de plus en plus crucial pour les entraineurs. Et de la gestion de vestiaire et d'égos, Spalletti n'a pas arrêté d'en faire lors de cette seconde expérience giallorossa. C'est lui qui a l'ingrate tâche de gérer la fin de carrière de Francesco Totti, et c'est allé jusqu'au clash il y a un an lorsque le légendaire capitaine a livré ses états d'âmes dans une interview non-autorisée à un moment où son équipe avait le vent en poupe.

    Luciano Spalletti et Francesco Totti

     

     

    Le Toscan n'a pas hésité une seconde, exclusion des convoqués et explications. Résultat, touché dans son orgueil, Totti est devenu un redoutable joker à utiliser en cours de match pour assommer des adversaires fatigués, tandis que - parallèlement - Dzeko a pu retrouver confiance en ses moyens. Dans le but de sauver les meubles du capitaine, les détracteurs de Spalletti ont fait passer cela pour une crise d'autoritarisme. Sournoise inversion des rôles, car le bon Luciano n'a fait que son travail.

     

    Spalletti le gagnant

     

    Alors tout ça c'est bien beau, mais quid de la finalité ultime, à savoir les trophées ? Demande légitime, mais qu'on se le dise, son palmarès est en parfaite adéquation avec les clubs qu'il a entrainés. 7 trophées nationaux conquis entre le Zenit Saint Pétersbourg et la Roma sans oublier une multitude d'accessits et notamment 4 places de dauphins en championnat.

     

    Manque une vraie belle performance sur la scène européenne, c'est vrai, néanmoins, les deux quarts et les deux huitièmes de Ligue des champions atteints respectivement avec les Romains et les Russes, méritent d'être cités. En outre, en Italie, ses pairs l'ont reconnu trois fois de suite meilleur technicien de la Botte, c'était de 2005 à 2007. Enfin, depuis 2002 et son second passage à l'Udinese, il a gagné 54 % de ses matches.

     

    Spalletti le juventino ou l'anglais ?

     

    Il a lié sa permanence à Rome à la victoire d'un trophée cette saison, c'est compromis pour le scudetto et la coupe nationale, et l'Europa League est trop aléatoire. S'il dit vrai, on peut donc commencer à réfléchir à son prochain club, d'autant qu'un jeu des bancs musicaux est à prévoir cet été. Des postes de travail seront à pourvoir à Barcelone, probablement à Arsenal, peut-être à l'Inter et à la Juve.

    Luciano Spalletti et Massimiliano Allegri lors de Juve-Roma, le 24 janvier 2016

     

     

     

    Prendre la succession d'Allegri à la Vieille Dame est une éventualité aussi risquée que suggestive. Atterrir en Angleterre lui permettrait d'acquérir cette dimension internationale qu'il mérite et qui lui a échappé en 2008. En effet, dans son autobiographie, Carlo Ancelotti avait révélé qu'il était en concurrence avec Spalletti pour être embauché à Chelsea. Depuis, Grant, Villas Boas, Rodgers, Hodgson, Dalglish, Moyes, Martino, Del Neri ou Leonardo pour ne citer qu'eux, se sont assis sur les bancs des plus prestigieux clubs d'Europe, mais pas lui. Alors, convaincus ?


  8. Intérieur sport (excellente émission) sur Pat' Evra :

     

    http://www.canalplus.fr/sport/pid2708-interieur-sport.html

     

    Extrait :

     

    "Quand j'étais à Manchester, j'avais l'impression d'être en vacances pendant 9 ans, pourtant j'ai gagné beaucoup de titres. Mais avec la Juve maintenant je sais c'est quoi le travail"

     

    Haha je sais pas si vous vous en souvenez mais il y'a quelque mois Pogba avait aussi parlé de la Juve en parlant de vacances... Ca avait créer une espèce de mini polémique sur laquelle il était revenu.

     

    C'est marrant qu'Evra ait dit ca en chemin inverse. :D


  9. Perso, j'ai pensé que si le Club a accepté d'autant touché à notre emblème pour des raisons marketing, pourquoi ne toucherait il pas un jour à nos couleurs ?

     

    Par exemple en gardant les tons noirs et blancs mais en supprimant les rayures car jugées "has-been".

     

    Ça fait peur.


  10. Diego avait montré de belles choses et aurait pu en montré de plus belles j'en suis sûr... Il me semble qu'il avait été blessé pendant un long moment ce qui l'a éloigné des terrains. Del Neri avait fini par le faire jouer en second attaquant je pense, ca commençait à lui réussir. Enfin, pour moi on l'a gâché..

     

    Il a pas débarquer au meilleur moment.


  11. Si Mandzukic décide de partir cet été pour une dernière expérience quelque part en tant que titulaire, le retour de Zaza tomberait à pic: on aurait un remplaçant qui accepterait probablement mieux ce statut.


  12. Cuadrado seconde pointe licht def central alors qu'il y'a rugani sur le banc

    Hernanes je comprends pas il doit taille des pipes

     

    Je pense que le faire jouer, c'est le seul moyen pour qu'un club veuille nous l'acheter

×