Jump to content

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 02/16/11 in all areas

  1. 23 points
    Une annonce a vous faire partager un petit juventino vient de naître aujourd’hui je suis un papa comblé les amis 😍😍😍
  2. 16 points
    Un ou une MiniBob va venir au monde dans 9 mois 🙏 je partage la nouvelle avec vous les amis 😍
  3. 15 points
    Je suis Papa les amis! Depuis ce matin 😍 ça y est!!!
  4. 13 points
    ma queue sur vos fronts de voleurs bande de fdp
  5. 13 points
    Roma en LDC Espagne-Italie (euro 2012) Napoli depuis 8 ans avec le scudetto La Juve en finale de LDC La Lazio avec l'arbitrage en Italie
  6. 12 points
    Salut les Kids, comparer l'argentin à Amauri est vraiment mal venu. L'argentin est champion d'Italie, alors qu'avec Amauri, même sous Conte ou Allegri, on aurait même pas remporté le trophée Birra Moretti. Quant à Iaquinta, je rappelle qu'il avait le meilleur ratio but / temps de jeu, alors qu'il ne se plaignait jamais de partir du banc, et en plus, ses buts étaient variés et franchement souvent très bons. Je trouve que c'est trop facile de salir des joueurs qui ont fait du bien au club. Et en ce qui me concerne, un attaquant qui est capable de tenir toute la saison quasiment plein régime, sans devoir sortir du terrain la gueule toute rouge, sans se blesser, ça ne se refuse pas. Iguain, c'est du solide, il connait la maison, il a largement fait ses preuves, et libéré de l'équipe nationale, il peut franchement apporter beaucoup. Je rappelle cette saison l'équipe a fini sur les genoux, deux mois de plus de compétition et on perdait le titre. Si Sarri n'en voit pas l'utilité dans son modèle, ça je peux le comprendre, mais en parler comme d'un mal-propre... Ensuite, pour ce qui est de la question du contrat... le travailleurs lambda, tu lui proposes un meilleur contrat en face, il y signe, point-barre (mais la question ne se pose plus, car grâce à notre démocratie UE et son modèle libéral inscrit dans sa pseudo-constitution-de-mes-deux, même avec le plein emploi le travailleurs (moyen, une fois de plus) n'a plus le loisir de négocier son contrahahah). Alors oui, on était champions à noël (façon de parler), mais finalement on a fait moins bien qu'avant, parce qu'on était encore plus sur les rotules que l'année de la finale contre le Real. C'est pour ça que ça m'a solidement fait chier que l'année dernière Allegri ne fasse pas monter Cuadrado pour planter a quatrième à Madrid, perce que pour une fois, je sentais qu'on allait finir la saison "in gamba". Quand on a annoncé la venue de CR7 l'année dernière, j'avoue que ça m'a fait drôle, je ne savais pas quoi penser. Mais je me suis dit une chose : maintenant qu'on a le joueur le plus "fit" du monde, j'espère que tout le monde va apprendre de lui, à commencer par notre staff qui s'occupe de la préparation physique. je me suis dit que si CR7 avait un coach personnel, c'était encore mieux, pour apprendre bordel parce que vraiment, le physique est notre plus gros point faible. Mais bam ! après un premier tour de formule 1, on fini en rampant. Même Mandzukic était tristement cramé bien trop tôt. Résultat, on a fait pitié contre les juniors amstellodamois. Je me suis demandé comment un tel paradoxe ? Ben, c'est con et je partage mon avis uniquement histoire de causer, mais c'est comme si tout le monde avait été inspiré par CR7, ses entrainements, ses efforts, sauf que CR7 est habitué à son rythme, depuis toujours et jusqu'au terme de la saison (et il vient encore de gagner un trophée cela dit en passant le bougre) : il est fait comme ça et pour ça. Les autres se seraient donc un peu brulés en voulant faire le maximum comme lui, sauf qu'ils ne sont pas lui, comme Lambert (Poelvoorde) sur son vélo la première fois avec ses fléchettes (ici les fléchettes seraient replacées par l'émulation naturelle que provoque la présence de CR7) : départ canon pour terminer dans le fossé... Il n'y avait plus vraiment de jeu, de lucidité, de mental, et encore, j'ai pas vu les trois derniers matches... C'est étrange, mais quoi que ce soit, j'espère que le staff a bien identifié le problème. Un nouveau membre du staff médical vient d'arriver aujourd'hui selon la GDS, j'espère que c'est un bon. Pour le reste, je voulais partager aussi mon avis concernant Max : c'est fou le manque de respect que lui ont témoigné certains. Mais putain, on a l'impression que ça a été cinq saisons de mauvais jeu. On dirait la quatrième dimension où les juventini seraient devenus des napolitains inversés. Putain, c'est pas parce que certains s'inventent un titre du beau jeu, qu'il faut faire le contraire. Certes, la fin de la dernière saison a été pénible, j'ai évoqué pourquoi, c'est d'ailleurs le même problème qui nous a niqué la finale contre Madrid alors qu'ils étaient clairement à notre portée. Mais faudrait pas oublier tout le reste. Dès sa venue, on a eu du jeu de qualité avec un 352 que Conte m'avait fait sortir par les yeux lors de sa dernière saison (et dès la fin de la deuxième d'ailleurs, j'avais écrit sur ce forum que si on ne prenait pas Diamanti pour jouer en 4312, alors le meilleur transfert aurait peut-être été, selon les disponibilités du marché du moment, un certain... Ancelotti.). Max nous a souvent offert du très bon jeu, mais surtout, il a toujours été capable de s'adapter aux nouvelles circonstances, et de changer le jeu. Ce que Conte ne sait que très peu faire. Alors parfois ça a été un peu long parce que c'était moins facile, mais excepté la fin de la saison dernière (mais de toute façon ça ne servait plus à grand chose), il le faisait bien. Alors oui, quand Marchisio s'est blessé, ça a été chiant pendant longtemps, jusqu'à ce qu'il réinvente l'équipe avec un 4231 pour compenser l'absence dudit joueur (qui me manque beaucoup cela dit en passant), mais il y est parvenu et on a eu droit à du bon, très souvent. Faudrait pas l'oublier. Je sais que dans nos société mercantiliste, on consomme à la vitesse de l'éclair en trouvant tout banal, mais parler de Max comme s'il n'avait jamais été rien chez nous, comme s'il n'avait jamais rien proposé de bien ou de sérieux pendant cinq saisons... C'est le meilleur que j'ai connu à la Juve avec Lippi. J'aurais juste voulu qu'il ne fasse pas jouer dès le début Pirlo contre Barcelone (et laisser Vidal à sa place), qu'il gueule sur le brésilien (qui est parti au PSG et dont le nom m"échappe) pour qu'il ne laisse pas trop d'espace entre lui et Barzagli qui ne pouvait pas suivre contre Madrid en finale, qu'il fasse monter Cuadrado contre Madrid l'année dernière pour enfoncer la quatrième. Pour le reste, la déconnade d'Evra à Berlin, c'est pas sa faute, et Cancelo qui offre une balle fatale à l'Ajax, sans parler de Bernadeschi qui offre un hors-jeu, ce n'est pas de sa faute non plus. En partant, quelqu'un peut me dire comment on bloque un forumeur. Pour fêter la 10.000ème page, j'ai envie de m'offrir un luxe : plus de mulet , plus d'intériste, plus de perte de temps. Allez à bientôt les Kids, j'espère que cette saison on va bien se marrer, et surtout, que ça jouera avec lucidité jusqu'à la dernière minute.
  7. 11 points
  8. 11 points
    Arbitrage monodirectionel de la part de Banti, scandaleusement nécessaire aux club Fiat pour que les racistes de leurs tifosi continuent à croire d'être un grand club et de pouvoir battre n'importe qui. Je ne repondrai a aucun des commentaires qui me seront adressés car je ne veut pas de contacts avec des supporters de la tumeur du calcio .
  9. 11 points
    Ou alors que Bonucci aille ce faire enculé
  10. 10 points
    Avec Acerbi il y'a toujours une couille de toute façon
  11. 10 points
    Je me permet de copier coller un article sur un de mes joueurs très préférés de la Juve. Paolo Montero en 10 citations jeudi 27 septembre 2018 Des défenseurs de talent, la Juve en a connu. Mais Paolo Montero restera à jamais une personnalité unique et inimitable. Il est difficile de cerner l’arrière uruguayen en quelques mots mais voici dix citations pour mieux connaître ‘Pigna’ Montero. 1 La terreur des attaquants David Trezeguet est un homme chanceux. Il n’a jamais eu à affronter Paolo Montero en match. Et il s’en réjouit presque. « C’était une très belle personne. Il était l’un des éléments les plus importants du vestiaire. Il te faisait comprendre ce qu’était la Juventus. Pour lui, il n’y avait que le dimanche qui comptait : pendant la semaine tout le monde était libre mais le dimanche, tu savais que tu pouvais compter sur un gros joueur. Les adversaires avaient peur. Je voyais la terreur dans les yeux des attaquants, ils s’écartaient quand il y avait Paolo dans les parages. Sa technique était la suivante : la première intervention devait toujours être dure pour tout de suite marquer son territoire. Et il parlait constamment à ses adversaires, il les rendait fous. Il était vraiment très craint ». Grand romantique, Paolo déclare sa flamme à Zamorano. 2 Le code d’honneur Paolo Montero est un homme de principes. Avec un « code d’honneur » comme le raconte Carlo Ancelotti : « Un matin, à quatre heures du matin à l’aéroport de Caselle, alors que nous revenions d’Athènes, où nous venions de jouer un très mauvais match de Ligue des Champions contre le Panathinaikos, nous avons rencontré un groupe de garçons qui ne nous voulait pas que du bien. Au passage de Zidane, ils l’ont poussé et cet acte les a condamnés. Pas à mort, mais presque. Montero a vu la scène de loin, il a enlevé ses lunettes avec une élégance que je ne lui connaissais pas puis les a mises dans une boîte. Un beau geste mais un terrible signal parce qu’en l’espace de quelques secondes, il s’est mis à courir vers ces ingrats et les a recouverts de coups, bien aidé aussi par Daniel Fonseca, un autre qui ne se faisait certainement pas prier. Paolo adorait Zizou, et moi j’adorais Paolo, il avait le coeur et l’esprit sain. C’était une canaille mais il avait son code d’honneur ». Zidane toujours reconnaissant envers son « bodyguard » 3 Soirée trop arrosée (1) Preuve de l’amour d’Ancelotti envers Montero, il intervient en personne pour sauver sa tête après une soirée un peu trop arrosée. « Une fois, pendant la pré-saison, Ancelotti nous avait laissé une soirée libre. Moi j’ai exagéré et le jour suivant, je me suis présenté à l’entraînement dans de piètres conditions. A tel point que la société avait dit aux journalistes que j’étais malade. Ils voulaient me virer mais heureusement, le mister a insisté pour que je reste et il m’a sauvé ». 4 Football vintage Paolo Montero, c’est aussi une époque révolue. Quand les querelles entre joueurs se réglaient à l’abri des regards. « A la fin des matchs contre certaines équipes, nous allions toujours dans le vestiaire adverse pour chercher la baston. Une fois, je me suis pris la tête avec Toldo et, lui qui était beaucoup plus gros que moi, a cherché à me donner un coup de poing. Heureusement, il ne m’a pas touché parce que je me suis baissé. Donc je lui ai rendu son coup mais lui aussi l’a évité. A la fin, Davids Tudor, Iuliano et tous les autres sont venus mais il n’y avait aucun problème. Ca arrive toujours ce genre de choses. Notamment avec la Salernitana, quand Gattuso y jouait par exemple. Contre le Milan en revanche, il y avait le plus grand respect, on ne s’est jamais cherché ». Du genre impatient, Montero n’attendait pas toujours d’être rentré au vestiaire pour distribuer les pains. 5 Un type dur mais pas méchant… Ne luis dîtes pas qu’il est méchant ! « Je suis comme ça. Mais ne dites pas que je suis méchant. Ca, il n’y a que mes parents qui peuvent le dire. Le fait est que je joue toujours pour gagner : dans les vestiaires, je serre la main de mes adversaires mais sur le terrain, il n’y a pas de cadeaux ». 6 … Et qui assume ses responsabilités Dans les grands matchs, il y a ceux qui tremblent. Et ceux qui assument leurs responsabilités. En 2003, Montero a tiré mais raté. Comme on dit, il n’y a que ceux qui tentent qui échouent. « J’y ai tellement repensé. Je n’en avais encore jamais tiré en matchs officiels. Mais à la fin du match, le coach Lippi vient vers moi et me dis ‘Paolo, tu t’en sens capable ?’. Qu’est-ce que j’aurais pu répondre ? J’aurais tout fait pour gagner ce soir-là. Tout ». En 2003, Montero avait pourtant marqué en Ligue des Champions un de ses sept buts avec la Juventus. 7 Soirée trop arrosée (2) La charnière Iuliano-Montero devait faire des ravages en boîte de nuit ! On en regrette presque l’absence des réseaux sociaux. « A chaque fois qu’on gagnait, on prenait tout de suite la voiture pour Milan. J’en ai vécues des fêtes, mais aujourd’hui je suis marié et je ne peux rien raconter. Que de soirées avec mon ami Mark (Iuliano ndlr). C’était un vrai dragueur, et moi j’étais son ailier. Quand on allait danser et qu’on rencontrait des tifosi de la Fiorentina et du Torino, il se passait toujours quelque chose. Une fois, à Viareggio, on en est venu aux mains et ils nous ont sorti de la boîte de nuit mais heureusement, j’ai convaincu Mark de laisser tomber parce qu’ils étaient une dizaine et ils nous auraient recouverts de coups ». 8 Record et Dignité Paolo Montero détient un record en Serie A : il est le joueur le plus expulsé. 16 cartons rouges pour lui dont 13 directs. « J’ai peut-être le record d’expulsions mais moi au moins j’ai une dignité : je n’allais pas pleurer vers les journalistes comme certains le font aujourd’hui… » Certains de ses cartons rouges sont sévères. Ici, on voit bien qu’il joue le ballon. 9 Chouchou d’Agnelli Quand on demande à Andrea Agnelli qui est son joueur préféré, ce dernier répond Paolo Montero. « Pablo est le numéro un » disait-il chez Sky en juin 2016. « Je remercie Andrea. Quand je l’ai connu, il était adolescent et maintenant il fait des choses incroyables à la tête de l’équipe. Il aurait pu préférer Zidane, Del Piero ou n’importe quel autre fuoriclasse et pourtant il a choisi quelqu’un de ‘normal’ comme moi. Peut-être parce que, d’une certaine manière et je le dis avec beaucoup d’humilité, ‘je suis’ la Juve. Dans le sens que je représente toute l’envie de lutter et gagner de ce grand club ». 10 L’esprit Montero en une phrase « Ou le ballon passe, ou la jambe passe. Mais jamais les deux ».
  12. 9 points
    La photo qui en dit long... Stend' sur une plage en solitaire, fixe hagard l'horizon brumeux. Celui-là même qui entoure le Milan, tel un bateau sans voile ni rame, emporté au grès des vagues pour une destination inconnue si ce n'est l'échouage sur des terres désolés ou emporté au fond des limbes de l'océan. Toute la détresse d'un homme ayant commencé à perdre ses cheveux puis ses illusions. Symptôme de celui qui, arrivé à mi-vie, s'interroge sur ce qu'il n'a pas réussi et ce qu'il ne pourra jamais réaliser. Constat d'échec, mélancolie, regrets et tristesse se confondent au son du doux clapotis des vagues sur les galets qui sont autant de pierres formant le mur dans lequel s'enferme irréversiblement cette malheureuse âme perdue.
  13. 9 points
    Stam aussi il paraît.
  14. 9 points
    J'oubliais 7 Olives dessus
  15. 9 points
    La Roma est définitivement un club de tennis
  16. 9 points
    Sinon, z'avez vu les photo du repas de Noël du club ? Enorme, entre... Le petit mafieux roumain qui pense diriger la 'Ndrangheta Strako, c'est comme Léodagan, il devrait pas sourire, c'est malsain. Les temps sont durs pour les intermittents du spectacle, les chanteurs de comédies musicales sont obligés de faire des duos avec Les prêtres de TF1. Idem pour les prêtres américains qui font du gospel. Justin Bieber n'a plus de succès avec les filles. Lotito non plus. Quoique, finalement il a trouvé sur place. Basta aussi. Tintin et la Castafiore. La femme de Caicedo : la truffe humide et le regard vif. Le capitaine avec sa poupée inanimée taille réelle. Ils ont l'air très proches, Jordão et Neto, ils partagent beaucoup de choses.
  17. 9 points
  18. 9 points
    Ce qui suit, je l'ai trouvé dans un commentaire sur Youtube, signé par un certain Paulo La Joya Dybala . Si le compte youtube est faux, cet amoureux de notre perle argentine a réalisé un récapitulatif très réaliste de la saison, en quelques mots. Tout est factuel et vérifié, souvent strictement cité. AVERTISSEMENT : Il est vivement déconseillé de lire le tout en une fois, au risque de s'éclater la rate, voire de mourir de rire, ce qui peut arriver, généralement amorcé par une crise cardiaque. Ménagez donc des pauses. Voici donc le texte complet , qui nous rappelle combien la saison a été dure. Bonne lecture et à la prochaine ! Texte original : È l’anno del VAR. Super coppa alla Lazio. Bonucci al Milan. Spalletti all’Inter. Le milanesi senza coppe sono da scudetto. “Quest’anno vince il Napoli.” È l’anno del VAR: “finalmente un campionato regolare!!” Prime due giornate, due rigori contro. “È cambiata la musica!!” Il Napoli del maestro rivoluzionario Sarri parte fortissimo, e in poco tempo fa incetta di trofei: -Scudetto del bel gioco. -Urlo champions. -Sarrismo. -Abbiamo un sogno nel cuore. -Vincitori morali. -Sempre a testa alta. Napoli primo, Inter seconda, Roma terza e Juventus quarta. “È un campionato bellissimo, finalmente “ “È l’anno del Napoli.” Ora c’è il VAR. In alcuni campi non funziona mai, ma finalmente c’è il VAR. A Bergamo si superano, annullano il gol di Mandzukic dopo un quarto d’ora. Il VAR può sbagliare perché è umano. Auriemma, Varriale, Alvino, Pistocchi, Ziliani e Caressa si sbrodolano. Napoli-Juventus 0-1 (Higuain) Scudetto del possesso palla per il Napoli. Noi da -4 a -1. Il campionato italiano non è più così bellissimo. L’atmosfera intorno alla Juventus è serena: ogni presidente, di ogni squadra che sta per affrontare la Juve, si augura che lo scudetto lo vinca il Napoli. I media non sono di parte: -Lo scudetto lo deve vincere il Napoli. -Se il Napoli vince lo scudetto è un bene per l’Italia. -Se il Napoli vince lo scudetto l’Italia va ai mondiali. -Se il Napoli vince lo scudetto torna la pace nel mondo. -Se il Napoli segna in modo irregolare il gol è valido perché bisogna premiare la bellezza dell’azione. -I gol della Juventus vanno annullati perché la Juve gioca male. Juventus-Sassuolo 7-0: il Sassuolo si scansa. Napoli-Benevento 6-0: il Napoli meglio dell’Olanda del 74, del Barcellona di Guardiola e della Muppet di Holly e Benjy. Napoli fuori da Champions League, Europa League, coppa Italia per concentrarsi solo sullo scudetto. Mertens a Crotone tutto regolare. Bernardeschi a Cagliari contesto sociale, polizia, arrestate tutti. Campionato italiano nuovamente scadente. Lazio-Juventus 0-1 ore 18:00 Napoli-Roma 1-4 ore 20:45 È il sorpasso. La Juventus gioca prima del Napoli, quindi Juventus favorita. Milan-Napoli 0-0 ore 15:00 Juventus-Sampdoria 3-0 ore 18:00 La Juventus gioca dopo il Napoli, quindi Juventus favorita. Scontro diretto. Juventus-Napoli 0-1 -Fuochi d’artificio. -Caroselli. -Festa Nazionale. -Tutti a Capodichino. -Abbiamo un sogno nel cuore. -Insigne, abituato a trionfi nazionali e internazionali, parla. Auriemma, Pistocchi, Alvino, Caressa, Bergomi, Ziliani in tripudio. Napoli sempre a -1, ma già campione d’Italia. Prefetto e Sindaco già all’opera per preparare la festa scudetto. Inter-Juventus 2-3 sabato sera. Fiorentina-Napoli 3-0 domenica pomeriggio. Il Napoli ha perso perché la sera prima la Juventus ha vinto. Il campionato l’ha deciso Orsato che ha un fratello,che ha un cugino,che conosce un amico, che ha un conoscente, che è juventino. Il giallo a Pjanic episodio determinante. Il rigore su Matuidi no. Tagliavento segna nel recupero. Ah no è Higuain. La Juve ruba. Scudetto perso in albergo. La contemporaneità. Campioni morali. Scudetto meritato. Scudetto dell’onestà. Scudetto sul campo. Roma-Juventus 0-0. Ora è matematico. Chiellini vi demolisce in 3 minuti di intervista. Anche quest’anno lo vincete l’anno prossimo. 7 anni di fila. S-E-T-T-E Abbiamo vinto con il VAR. Senza scuse. Senza alibi. Contro tutti. #SUCA7E
  19. 8 points
    jimagine trop la scene De laurentiis : "bon on vous file l'une de nos pipe pour votre meilleur joueur Manolas. Diawara, Verdi ou Rui" Pallota : "lequel de Rui ? Fabian ? De laurentiis : "non lui c'est Ruiz" Je parle de Mario Rui le moustachu" Pallota : "Ah ok. Sinon Mertens non ?" De Laurentiis : "Non" Pallota : "Ok. Bon, je ne sais pas au hasard, le Diawoura là…"
  20. 8 points
    Eh oui, Moïse a toujours divisé
  21. 8 points
    Wow. Franchement si on connait pas du tout Allegri l'article le fait passer un connard de service qui ferait passer Mourinho et Van Gaal pour des gars humbles. Faut relativiser quand meme. On lui reproche de ne pas changer de style de jeu. Mais quel entraineur change sa philosophie de jeu? Il a ses idées, bonnes ou pas, il va pas tout changer parcequ'il n'a gagné "que" le scudetto cette saison. Je vois personne dire a Guardiola qu'il devrait changer sa philosophie de jeu parcequ'il a pas gagné la C1 depuis 2011, ni meme joué une finale. On lui reproche de ne pas se remettre en question. Qu'est-ce qu-on en sait? Personne n'arrive a ce niveau sans se remettre en question. C'est pas parceque ca le saoule de répondre a des no names qui le critiquent a longueur de temps a la télé pour faire parler d'eux qu'il ne se remt pas en question en privé. J'espere pour lui qu'il trouvera un autre grand club rapidement. Allegri c'est pas vraiment mon style de football mais son management et ses résultats ont parlé pour lui. Et surtout, on aura vécu des soirées de fou en Europe et en Italie. Pele-mele, Real 2015, Bayern 2016, Barca 2017, Inter et Real 2018, Atletico 2019, sans compter la remontée folle de 2016. Bref faudrait édulcorer un peu les avis sur lui je trouve.
  22. 8 points
  23. 8 points
    Vu que Hamilcar se sent négligé, je vous présente en exclusivité votre nouveau logo :
  24. 8 points
    via Imgflip Meme Generator
  25. 8 points
    Une pensée pour nos 39 anges qui ce sont envolés un 29 mai à Bruxelles.
×