Flop : Les 5 équipes qui ont le plus déçu cette saison

Par Rafaele Graziano publié le 13 Avr 2020

5ème : Fiorentina

Elle s’est voulue joueuse et ambitieuse, mais le destin l’a rattrapé. La Fiorentina, qui s’était totalement manquée sur la fin de saison dernière (16ème seulement) s’est imposée pendant le mercato estival comme un challenger sur qui il fallait compter en cette édition 2019/20. Forte d’un projet de « retour au sommet » fondé sur le maintien de Federico Chiesa et l’arrivée de Ribéry pour ne citer qu’eux, la Viola a pourtant fait pale figure cette saison, une déception à la hauteur de ses ambitions et qui n’est pas sans agacer les tifosi fiorentini, habitués à mieux. La blessure de Ribéry, la timidité de Chiesa, l’énième déception Montella… Bref, une saison déjà à oublier.

4ème : Milan AC

Si ce n’était pas pour un certain Ibrahimovic, le Milan AC en serait encore à broyer du noir. Les Rossoneri se sauvent, in extremis, d’un classement bien plus grave tant les déceptions s’enchaînent cette saison encore. Si les tifosi sont au bout du rouleau depuis des années, chaque saison vient enfoncer un peu plus de couteau dans la plaie : Montella, Gattuso, Giampaolo… tous ont eu leur lot de sueurs froides sur le banc milanais. Mais cette année particulièrement, la déception fut importante : avec un énième projet de restructuration, le rameutement des légendes, une nouvelle direction, un nouvel entraîneur, le Milan AC avait tout pour convaincre. Sauf que cette année, c’est surtout : la déception Piatek (le Pistolero sans munitions), Boban (parti aussi vite qu’il est arrivé) ou encore Suso (génie incompris ?). Difficile de voir un club aussi légendaire pâtir autant.

3ème : AS Roma

Un classement mérité tant les déceptions s’accumulent pour les Giallorossi ! Si l’on compare ses 5 dernières années, leur chute est aussi inexorable qu’évidente : en 2015/16, les Romains cumulaient à la 3ème place, à deux petits points du Napoli de Sarri. L’année suivante, les hommes de Spalletti réalisaient leur record de point en Serie A (87) dans leur histoire. Depuis lors, les blessures, la perte de talents (Salah, Alisson) et les investissements infructueux ont conduit la Louve à son déclin : entre irrégularité sportive et instabilité sociétaire, le club de la capitale ne parvient plus à remonter la pente, lui qui se hisse dans le top 10 depuis au moins 10 ans. Cette saison surtout, malgré l’arrivée de Fonseca et une variété de joueurs impressionnante, l’AS Roma déçoit. Les blessures en nombre n’y sont pas pour rien, certes, mais la cohésion, surtout, manque. En gros, cette Roma a tout pour plaire, mais elle ne sait plus y faire.

2ème : Napoli

C’est sans doute l’équipe la plus décevante au vu de ses capacités. Personne ne s’attendait à une telle chute cette année ! À l’entame de la saison, le Napoli avait tout pour réaliser, enfin, son rêve : faire tomber la Juventus. Son groupe est en parfaite cohésion, son mercato est loin d’être décevant et son statut est sur le point de passer, définitivement, un cap (merci Carlo Ancelotti). Comment ne pas rêver d’un Scudetto, qui serait d’ailleurs mérité ? À cette question et contre toute attente, les Napolitains, habitués à régaler les tifosi, répondent par un spectacle des plus déroutants ! Les résultats ne suivant plus, la cohésion pêche au sein de la société, rapidement, les joueurs s’insurgent, le conflit président-entraîneur fait des ravages et le club se déchire. Une scène que le monde du football n’était pas prêt à vivre. Entre le départ d’Ancelotti – ambassadeur d’une nouvelle ère de domination, pourquoi pas même européenne – et les échecs constants en championnat, cette saison est un réel cauchemar pour les Napolitains, sans conteste la pire depuis leur arrivée sur le devant de la scène italo-européenne.

1er : Torino

Mais que se passe-t-il à Turin ? Si d’un côté de la ville, les Juventini sont à la fête, du côté granata, l’ambiance est nettement plus morose. Avec 7 défaites sur ses 7 derniers matchs, le cauchemar que sont en train de vivre les Turinois est aussi saisissant qu’inattendu. C’est clairement leur saison la plus désastreuse, eux, qui avaient brillé l’an dernier au point même de s’offrir un billet pour l’Europa League. S’il s’effondre, c’est que le Torino n’a jamais trouvé ses marques avec Mazzarri (limogé en février) : en début de saison déjà, les résultats n’étaient que décevants, malgré une flopée de petits (et grands) talents, les Belotti, Sirigu, Falqué et cie. n’ont pu que constater les dégâts à mesure que les journées se suivaient. Si, finalement, la saison venait à s’arrêter, ce serait peut-être une aubaine pour les Granata.

Rafaele Graziano



Lire aussi