Flop 5 : les adaptations difficiles du mercato estival 2015

Par Cesco publié le 21 Fév 2016

hernanes5ème : Ivan (tout droit) Perisic

C’est un fait, du fantasque ailier de Wolfsburg, il ne reste pour le moment que des centres. Alors qu’il devait faire oublier l’échec Shaqiri, il ne fait que le raviver. Entre incohérence de jeu et maladresse folle, le Croate semble bien loin du niveau qui était le sien en Bundesliga. Ceci étant, il défend très bien, mais ce n’est pas pour ça qu’il a été acheté. Pourtant il tente, mais courir tout droit après un passement de jambes sur le côté gauche ne suffit pas toujours.

4ème : Edin (poteau) Dzeko

Quand il signe à l’AS Roma, on se dit que la Louve tient enfin un vrai numéro 9. Ce qu’on ne savait pas c’est que le contrôle/passe en retrait était son plus bel enchainement cette saison. Peinant à trouver ses marques, Dzeko se montre par intermittences et ne pèse pas assez pour aider son équipe. Limité tactiquement, Spaletti lui préfère même Perotti contre le Real. Bah oui il fallait de la vitesse.

3ème : Luiz (aller-retour) Adriano

Un joli coup en provenance du Shakhtar pour seulement 8 millions d’euros, quelques belles entrevues mais surtout un départ avorté en Chine qui fait tâche. Du coup il est revenu au Milan AC, Galliani s’est déclaré ravi en disant « C’est comme ci c’était un nouveau transfert« . Ridicule. Depuis ? Pas grand chose puisqu’il n’a pas rejoué en Serie A depuis plus d’un mois (match nul 1-1 contre l’AS Roma).

2ème : Geoffrey (trop cher) Kondogbia

Un des plus gros transferts de l’histoire de l’Inter, mais une irrégularité chronique qui lui joue des tours en ces temps où les Nerazzurri cherchent de la stabilité au milieu. En galère tactiquement, Geoffrey enchaine les matchs sans âme malgré une petite embellie ces derniers temps. En même temps à l’Inter en ce moment c’est pas difficile de paraitre bon.

1er : Hernanes (qui ?)

Le bidon de la saison pour le moment. À moins d’une improbable volte face en fin de saison, Hernanes sera le plus gros flop de ce mercato estival. Arrivé en dernier recours à la Juventus qui se cherchait un milieu créateur (oui oui créateur), il joue quelques matchs puis disparait sans avoir apporté quoi que ce soit. Il n’a joué que deux matchs complets avec sa nouvelle équipe, celle qui contrairement à l’Inter a connu la B, comme il le disait. Lui malheureusement ne connaitra que le banc. Cruel destin.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi