Fiorentina : Riccardo Sottil serait-il la surprise ?

Par Kévin Gasser publié le 29 Juil 2019

Lentement mais sûrement, la Fiorentina poursuit sa mue entamée début juin avec l’arrivée du milliardaire italo-américain Rocco Commisso aux commandes du club. Son bras droit, Joe Barone, et Daniele Pradè, un ancien de la maison de retour au poste de directeur sportif, s’activent pour modeler un effectif à la hauteur des attentes des tifosi. Et alors que Veretout, Lafont et Vitor Hugo ont quitté la Toscane, l’attaque est également à la peine. La faute à un secteur offensif en leasing qui a vogué vers d’autres cieux (Mirallas, Muriel, Pjaca et Gerson), un Fede plus que jamais sur le départ et les Français Théréau et Eysseric poussés vers la sortie. Une aubaine pour les jeunes pousses de retour de prêt qui disposent d’un boulevard pour séduire Vincenzo Montella et faire partie de la mouture 2019/2020 de la Viola. Parmi eux Riccardo Sottil, cru 99, arrivé à maturité pour se frotter aux défenseurs de Serie A.

« Insouciance et audace »

Né à Turin, Riccardo Sottil est le fils d’Andrea, ancien défenseur également passé par le Torino et la Fiorentina et désormais entraîneur. A l’inverse du papa, par contre, Riccardo attaque et provoque. Droitier adroit, plus à l’aise en tant qu’ailier gauche pour repiquer dans l’axe, sa pugnacité et son envie balle au pied rappellent fortement Federico Chiesa. Plus qu’une présomptueuse comparaison, Riccardo Sottil s’inspire directement de la pépite de Florence. « Federico est un exemple. Il est plein de valeurs, un garçon humble. Je suis content d’avoir ses louanges, ça me fait toujours plaisir de jouer avec lui, surtout pour moi qui joue à son poste et suis donc en mesure de m’inspirer de ses prouesses », déclarait-il à Moena le 11 juillet.

Seulement Chiesa en 2017, l’année de ses 20 ans, empilait déjà les pions en Serie A et débloquait son compteur en Europa League. Sottil, quant à lui, ne peut se prévaloir que d’une saison pleine avec la Primavera lors de l’exercice 2017/2018 (13 buts et 9 passes décisives) ainsi que d’une expérience de six mois à Pescara en Serie B. Pas de quoi inquiéter le jeune ailier qui ne souhaite pas griller les étapes. « Chaque joueur a un parcours différent. Fede a eu la chance de trouver la confiance de Paulo Sousa (saison 2016/2017). Je ne sais pas ce qu’il me manque. Tout dépend des saisons et des entraîneurs. Passer de la Primavera à la Serie A est un grand tour de force. » Andrea, premier conseil, n’a pas tari d’éloges à son sujet lors d’une interview accordée en avril à Luigi Di Marzio. « Ses qualités ? L’insouciance de ses initiatives et son perfectionnisme. […] Je lui répète toujours qu’il faut oser, ne jamais en avoir peur. »

Sottil restera t-il ?

Parfaitement intégré dans les formations offensives telles que le 4-1-4-1 et le 4-3-3 testées lors de l’International Champions Cup, Sottil devra encore convaincre de son apport défensif dans le système de jeu favori de Vincenzo Montella, le 3-5-2. Titulaire et incisif lors de ces trois sorties amicales, Sottil aimerait ainsi se faire une place dans la rotation de l’effectif pour la saison à venir. « Ce serait fantastique de rester à Florence. Je cherche tous les jours à mettre l’entraîneur en difficulté dans ses choix. Jouer en Serie A est l’objectif ultime pour un jeune de 20 ans. » Cependant Pescara est à l’affût pour obtenir le prêt de l’ailier une saison entière cette fois-ci. Option validée par le père : « Je préférerais qu’il finisse son processus de croissance en jouant une saison complète à Pescara. » La balle est désormais dans le camp des dirigeants toscans et dans les pieds de Sottil !

Kévin Gasser

Rédacteur



Lire aussi