Fiorentina : Rachid Ghezzal ne brille pas

Par Leonardo Baldocci publié le 27 Nov 2019

Cet été, les dirigeants de la Viola ont décidé de rebâtir les fondations de l’équipe. Beaucoup de jeunes joueurs ont été recrutés, c’est pourquoi il a fallu investir également dans des profils expérimentés. L’un d’entre eux est Rachid Ghezzal, qui a quitté Leicester en direction de la Toscane après une saison chez les Foxes. Titularisé face à Parma, l’ancien lyonnais n’a pu espérer mieux que le banc de touche pour le moment. Retour sur un début de saison assez mitigé.

3-5-2, oui mais …

Dans la tête de Vincenzo Montella, le 4-3-3 était le schéma tactique parfait pour redonner de l’ambition aux siens. Cependant l’absence d’un vrai numéro 9 a mis la puce à l’oreille de l’entraineur, qui a rapidement fait marche arrière vers un 3-5-2. Les nouvelles recrues ont aussi joué un rôle dans ce changement tactique. C’est notamment l’arrivée de Franck Ribéry, âgé de 37 ans, qui a poussé Montella à revoir ses choix afin d’exempter le Français des tâches défensives. Les qualités offensives du Brésilien Dalbert et de l’Espagnol Lirola ont aussi tapé dans l’œil de Montella dès le premier entrainement. Les Toscans ont fini par axer leur jeu sur la vitesse de Chiesa, l’endurance des arrières, la technique de Castrovilli et le génie de Ribéry. Résultat des courses, Rachid Ghezzal a pris l’habitude de chauffer le banc pour ses coéquipiers.

Une cohabitation facile à vivre ?

Les mauvais résultats de l’équipe ont fini par remettre en question les choix de Vincenzo Montella, qui a tout de même fait appel à l’ancien monégasque à 6 reprises. Lorsqu’il est entré sur le terrain, Rachid Ghezzal s’est souvent placé sur le côté droit, son habitat naturel. A ce poste, il a fait la connaissance de Riccardo Sottil : jeune, rapide, droitier et plutôt doué techniquement. Hormis l’Italien, l’équipe ne dispose pas d’ailiers offensifs, ce qui n’a pas facilité la tâche de l’Algérien pour autant. La Viola sait bien que Ghezzal est arrivé sous la forme d’un prêt, c’est pourquoi Montella a appris à doser son temps de jeu avec soin. De plus, contrairement à Ghezzal, Sottil est capable d’évoluer à la fois en attaque et dans le couloir droit. De quoi encourager Montella à travailler son 3-5-2.

Un verdict reporté

Pour l’instant, il est encore trop tôt pour faire un bilan de cette expérience transalpine. Ghezzal n’est pas dans une position confortable mais il a encore beaucoup de temps devant lui pour faire ses preuves au sein de l’équipe. A la veille du match face à Hellas Vérone, les deux suspensions qui ont touché Pulgar et Castrovilli ont poussé l’entraineur à piocher dans l’effectif. D’après Montella, Ghezzal aurait été l’un des candidats au poste de milieu axial pour palier à ce manque. De manière générale, le temps de jeu de l’ailier dépendra probablement des deux conditions suivantes. Si la Viola assistait enfin à l’éclosion de Vlahovic (ou Pedro), alors Montella pourrait envisager trois attaquants dans la compo de départ. Ainsi, en cas de blessure de Ribéry ou de Chiesa, Ghezzal pourrait enfin apparaître dans la composition de départ. Côté droit, bien évidemment.

Leonardo Baldocci



Lire aussi