Fiorentina : Maudit printemps

Par Benoit Mahé publié le 26 Mar 2016
Crédits

FiorentinaMalgré un bon début de saison, ce n’est pas encore cette année que la Fiorentina va passer un cap. Après les deux chocs décevants contre Naples (1-1) et l’AS Roma (défaite 4-1), les deux matchs plus abordables contre l’Hellas (1-1) et Frosinone (0-0) ont beaucoup déçu. Si ce bilan est moins grave que celui du mois d’avril dernier (4 défaites successives), il a pourtant les mêmes conséquences : il entraîne la naissance d’un large écart entre la Fiorentina et le 3ème, la Roma. À moins d’une excellente fin de saison il sera difficile pour la Fio de recoller au podium.

Nous avions déjà évoqué les problèmes défensifs récurrents de la Fio qui semblent loin d’être réglés, tout comme la panne de Kalinić. Ces deux phénomènes ont évidemment une forte incidence sur les résultats mais ils n’expliquent pas à eux seuls le très mauvais mois du club. Il faut donc explorer les autres raisons de l’incapacité de la Fio à afficher toute une saison le très bon niveau qu’elle est capable d’avoir.

Un manque d’ambition des dirigeants

Pour tenir sur la durée il faut un effectif avec lequel on peut faire tourner quand certains joueurs sont fatigués, sans pour autant baisser le niveau de l’équipe. Pourtant, force est de constater que la Fiorentina est limitée de ce point de vue. Elle a certes de bons joueurs à chaque poste mais on se rend compte que les remplaçants, comme Tomović par exemple, sont rarement au niveau attendu.

Ce manque de profondeur de banc est dû à de mauvaises sessions de mercato. Le départ non comblé de Savic illustre très bien le manque de réactivité du club qui ne se donne pas les moyens de viser les premières places. Ce manque d’ambition avait été critiqué par Vicenzo Montella lorsqu’il était entraineur de la Fio. Son successeur, Paulo Sousa, s’est lui aussi plaint de l’absence de renforts malgré ses demandes répétées. Face à cela les dirigeants ont répondu par la nécessité de diminuer la masse salariale du club dans le cadre du fair play financier. Ils ne semblent pas aptes à faire les efforts nécessaires pour que l’équipe finisse sur le podium.

Des cadres qui ne répondent pas présent

À cause de ce manque d’ambition, l’équipe n’a pas été renforcée par des joueurs stars. Cela se ressent en fin de saison. Il n’y a pas un meneur pour pousser l’équipe à se transcender aux moments clés de la saison. Par exemple face à Naples l’équipe s’est relâchée juste après le but et ensuite elle n’a pas été assez tueuse. Dans ce match, un joueur de classe internationale aurait fait la différence et aurait permis à la Fio de remporter une rencontre cruciale.

Le seul joueur qui incarne ce rôle est Borja Valero, à tel point que le club dépend de ses performances. Cependant on ne peut pas compter sur un joueur de 31 ans pour porter à lui seul un candidat au podium. D’autres cadres ne sont d’ailleurs pas en forme. En effet, on a pas mal parlé de la panne de Kalinić mais depuis février Ilicic a lui aussi disparu. Hormis son but sur penalty contre la Roma, il n’est lui non plus, plus décisif. Cette mauvaise passe conjuguée aux deux éléments clés du secteur offensifs de la Fio qui ne répondent plus présents est préjudiciable, notamment en vue de la fin de saison.



Benoit Mahé



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.