Felice Evacuo, Bomber silencieux

Par Aurélien Bayard publié le 11 Mar 2020

Le 10 mars 2019, Felice Evacuo battait un record, celui de Gianni Califano. Contre Casertana, l’attaquant de Trapani s’élance et transforme un penalty. Il marque ainsi son 164ème but en Serie C, devenant le meilleur buteur de tous les temps de cette division. En tout, Evacuo a trompé plus de 200 fois la vigilance d’un gardien mais jamais en Serie A. Portrait d’un bomber efficace mais discret.

Footballeur par surprise

Lorsque Felice Evacuo arrêtera sa carrière, il aura joué presque 600 matchs. Impressionnant pour un homme qui ne se voyait absolument pas footballeur professionnel. Dans sa Campanie natale, le jeune Felice tape le ballon avec ses petits camarades, avec comme seuls spectateurs des parents surveillant leurs bambins ou des animaux passant par hasard. Il n’ose pas imaginer, qu’un jour, il serait au milieu du stade, scruté par des milliers de personnes. Preuve qu’il préfère l’insouciance à la performance, Felice occupe tous les postes possibles sur le terrain même celui de gardien. « Devenir professionnel était une chance, une éventualité qui est venue soudainement. Je ne jouais pas avec la pression d’atteindre le niveau professionnel » confiait-il à ForzaParma en mars 2019. Il préfère se diriger tranquillement vers des études d’ingénieur. Il s’inscrit dans l’Istituto Tecnico Industriale Statale à Scafati. Malgré cette non-envie de faire du football son métier, il intègre les équipes jeune de Turris et s’entraîne après les cours. Il dispute même ses premiers matchs lors de la saison 2000-2001 et déflore son compteur en Serie C2. La Lazio le remarque et le rapatrie dans le Latium.

Prise de conscience à la Lazio

Evacuo est alors comme dans un rêve. La fameuse Lazio de Cragnoti, celle remplie de champions. Nesta en défense, Mihajlovic et Simeone au milieu et surtout Crespo, Salas et Lopez en attaque. Les Biancocelesti disposent d’un effectif cinq étoiles et c’est ce qui cause la perte de Felice. Ses deux petites apparitions lui font comprendre qu’il ne fait pas partie de cette dimension. Le natif de Pompéi a beau les regarder pour imiter leurs gestes, le gap technique est trop grand. La mue en « buteur des campagnes » se réalise à ce moment-là. Au bout d’un an il quitte déjà la Serie A qui ne le reverra plus jamais. S’il a marqué autant en Serie C, c’est que l’antichambre du football italien a aussi donné l’impression de le bouder. Juste après sa saison romaine, il se retrouve en prêt à la Fiorentina. Les Toscans obtiennent leur promotion mais ne cherche pas à renouveler le prêt de Felice. Par deux fois, en 2005 et 2007, Avellino laisse son bomber sur le carreau une fois l’accession à l’étage supérieur obtenue. En 2008, Felice file à Benevento alors qu’il venait de réaliser une saison correcte avec Frosinone en Serie B.

Une année 2019 riche en émotion

Véritable globe-trotter, Felice Evacuo n’est jamais resté plus de trois ans dans un club. Ce qui ne l’a pas empêché de vivre des bons moments. Son expérience avec Trapani est sûrement la plus belle de ses histoires. Vittorio Morace, l’homme qui a sauvé le club granata en accueillant les joueurs sur son bateau il y a quelques années, se retrouve empêtrer dans un scandale financier à cause de sa société Liberty Lines. Par amour pour cette équipe, il trouve les fonds nécessaires pour l’inscrire en Serie C. Malgré cela, la situation rocambolesque laisse des traces et ne laisse rien présager de bon. Felice Evacuo l’expliquait très bien à gianlucadimarzio.com en mars 2019 : « C’était surréaliste, nous n’avions que six joueurs et aucun entraîneur. Heureusement les arrivées du directeur sportif Raffaele Rubino et de Vincenzo Italiano ont permis de construire quelque chose de grandiose ». Grâce à une victoire en play-off, les granata refoulent les pelouses de Serie B cette année. La belle histoire s’arrête là car ils sont englués en bas de classement. En cas de relégation, Felice Evacuo retrouverait alors sa Serie C, sûrement pour son plus grand bonheur.

Aurélien Bayard



Lire aussi