Everton : la magie Ancelotti !

Par Boris Abbate publié le 23 Fév 2020
ancelotti-everton

C’était le 11 décembre dernier. Quelques minutes après avoir qualifié son Napoli pour les huitièmes de finale de Champions League, Carlo Ancelotti était démis de ses fonctions à la tête de l’équipe napolitaine. Embourbé depuis des semaines et des semaines dans un conflit interne explosif avec sa direction, le mythique entraineur italien était alors le premier à payer les lourdes sanctions du président De Laurentiis. Sans club et dans l’impossibilité d’exprimer au mieux sont talent, le natif de Reggiolo avait ensuite surpris tout le monde en débarquant dans la foulée sur le banc d’Everton. Et après deux mois passés en Angleterre, le constat est simplement sans appel : oui, Carlo a fait le bon choix en signant chez les Toffees, et oui, Everton devient tout doucement une valeur sûre de Premier League.

Seule équipe à suivre le rythme de Liverpool

Après son éviction du Napoli, Carlo avait en réalité beaucoup trop envie de continuer à entrainer. Et celui qui empilait alors les gros noms sur son CV (Real Madrid, Chelsea, Juventus, Bayern, Milan AC) , en surprenait alors plus d’un en s’engageant avec Everton à la fin décembre ! En difficulté et empêtré dans une lutte effrénée pour le maintien, le club anglais offrait alors un salaire affolant de 13,5 millions d’euros (troisième entraîneur le mieux payé de Premier League !) pour convaincre l’Italien. Sans oublier les rêves d’un projet à très long terme, avec un effectif de qualité et un budget conséquent pour les prochains mercato ! Tenté et séduit, le bon vieux Carlo s’est alors lancé sans trop réfléchir dans ce défi assez fou. Et la magie a tout doucement fait son effet !

En réalité, le technicien italien a aussi bénéficié d’un petit coup de pouce du destin dès son arrivée. Ou plutôt d’un petit coup de pouce de Duncan Ferguson, qui avait alors remplacé Marco Silva à la tête de l’équipe le 7 décembre, et qui avait déjà entamé la reconstruction du club avec 11 points en 5 matchs. Sans faire de fioritures, Ancelotti a donc continué les travaux de celui qui est aujourd’hui resté dans le staff du club. Sans rien chambouler, il a tout d’abord gardé le système de jeu de l’Ecossais, l’adaptant simplement en cours de match, en passant d’un 4-4-2 à un 4-3-3 hybride dans certaines situations. Il a aussi su recréer du lien avec les joueurs, et a notamment divisé le temps des séances d’entrainements. Le tout en axant son travail principalement sur la confiance des joueurs, en les incitant à garder beaucoup plus le ballon. Un travail confirmé par Michael Keane, central d’Everton, qui affirmait récemment que « Ancelotti avait changé peu de choses dans la façon de jouer », et qu’il voulait simplement « plus de mouvements et de passes entre les lignes ».

Une méthode de travail plutôt efficace, puisque depuis son premier match le 26 décembre face à Burnley, Ancelotti affiche alors un bilan impressionnant. En 8 matchs de championnat jusqu’à la trêve de février, Everton n’a perdu qu’une seule fois (à Manchester City) et a gagné 5 matchs, tout en restant invaincu sur les 5 derniers ! Pour faire simple, sur cette même période, seul Liverpool fait mieux ! Des chiffres impressionnants, qui ont forcément une répercussion au classement !

De la relégation à un incroyable rêve européen

En pleine lutte pour le maintien, et dans le bas de tableau à l’arrivée d’Ancelotti, Everton remonte depuis à une vitesse totalement folle au classement ! A la veille de la 27ème journée du championnat, les Toffees n’étaient même qu’à cinq petits points de la quatrième place, qualificative pour la C1 ! Un fait incroyable qui place désormais Everton dans de très bonnes conditions pour accrocher l’Europe en fin de saison. Et les prochains matchs s’annoncent d’ailleurs cruciaux dans cette bataille, car Everton va affronter des concurrents directs dès aujourd’hui, avec quatre matchs successifs contre Arsenal, Manchester United, Chelsea et Liverpool ! Et si Ancelotti sort indemne de cette spirale infernale, nul doute que le club sera très probablement européen la saison prochaine ! Avec Ancelotti, la magie ne fait donc que commencer à Everton !

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi