Eusebio Di Francesco à l’Hellas, une dernière chance comme entraîneur en Serie A ?

Par Ben Soffietti publié le 27 Août 2021
Crédits

Après le départ d’Ivan Jurić pour le Torino, l’Hellas lui a choisi comme remplaçant Eusebio Di Francesco. Proposant un jeu léché du temps où il était à Sassuolo, l’entraîneur vient d’enchaîner trois évictions en cours de saison. Après l’AS Roma et la Sampdoria, Di Francesco a quitté Cagliari, en février dernier, alors que les Sardes étaient englués dans la zone rouge. Finalement, Di Francesco a rapidement retrouvé du travail dans une équipe connue pour être séduisante depuis son retour en Serie A. Un pari risqué pour le club de Vérone tout comme pour son nouvel entraîneur, qui en cas de mauvaise issue, pourrait perdre tout son crédit en tant que mister de l’élite italienne.

De la hype aux échecs

Après ses débuts à Lanciano, Di Francesco obtient sa première promotion avec Pescara, de la Lega Pro à la Serie B. Treizième en championnat avec les Delfini, il attire l’oeil de Lecce avec qui, il découvre la Serie A. Une découverte manquée puisqu’au bout de treize matchs, l’aventure prend fin. Le mister décide alors de reculer pour mieux sauter en revenant en Serie B, à Sassuolo. Dès la première saison, les Neroverdi sont champions et promus. Malgré quelques sueurs froides lors de la première saison en Serie A, Di Francesco parvient à développer un 4-3-3 séduisant qui permet d’inscrire le club émilien dans la continuité en Serie A. Sixième en 2016, les Neroverdi découvrent même l’Europe pour la première fois.

Ce bon travail permet au mister de prendre les commandes de l’équipe première de l’AS Roma en 2017. Un club qu’il connaît bien pour y avoir évolué comme joueur pendant quatre saisons et y avoir remporté un Scudetto en 2001. Si la première saison est bien menée, avec notamment une demi-finale de Champions League, dès la seconde, sa position s’effrite, à tel point qu’il est limogé à la 27ème journée. Il tente de se relancer avec la Sampdoria, mais après sept petits matchs et une place de lanterne rouge, il est contraint de céder sa place à Ranieri. Enfin, l’aventure à Cagliari a aussi tourné court. À l’issue de la 22ème journée, les Sardes étant relégables, il est démis de ses fonctions. Très étonnant donc, de le voir sur le banc de l’Hellas quatre mois plus tard, où il prend la suite d’Ivan Jurić, réputé comme entraîneur moderne.

Une succession difficile

Adepte du 3-4-1-2 (ou 3-4-3), Jurić laisse un héritage délicat à Di Francesco. En effet, le technicien croate, élève de Gasperini, développe un pressing haut et prône un jeu offensif, loué la saison dernière par la presse italienne. Si le Hellas, promu en 2019, a réussi à terminer neuvième puis dixième de Serie A, c’est en grande partie grâce aux idées de Jurić. Difficile donc de lui succéder, plus encore quand cela arrive après trois licenciements en cours de saison. Di Francesco, qui n’a pas forcément de schéma unique comme peut l’avoir Sarri par exemple, privilégie une défense à quatre et n’a donc que très peu employée une défense à trois au cours sa carrière. Ce fut donc étonnant de le voir débuter dans cette organisation avec les Gialloblù, pour la première journée de Serie A contre… Sassuolo.

Comme si inhibé par ses récents échecs, Di Francesco avait choisi ce système par défaut, parce qu’il a fonctionné sous Jurić. Ou peut-être, il l’a employé car c’est celui qui s’adapte le mieux aux qualités de ses joueurs. Par exemple, Mattia Zaccagni, très à l’aise dans un schéma avec deux trequartiste, a pu avoir suffisamment d’espaces pour s’exprimer. Le mister peut aussi s’appuyer sur des pistons de métier, Lazović et Faraoni, précieux la saison dernière. Enfin, malgré le départ de Lovato pour l’Atalanta, il dispose de suffisamment d’axiaux pour composer une défense à trois, même si cette dernière a montré de nombreuses largesses contre Sassuolo.

Comme pour ses débuts avec la Sampdoria, Di Francesco a manqué ceux avec l’Hellas. Ce soir, la réception de l’Inter offrira une opposition très relevée et une défaite mettrait déjà en danger la position de l’entraîneur de 51 ans.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.