EURO U21 : Scamacca pour guider les Azzurrini ?

Par Rafaele Graziano publié le 26 Mar 2021

Depuis son arrivée en Nazionale U21, il affole les compteurs, son physique imposant donne des sueurs froides aux défenseurs de Serie A alors qu’il se rend protagoniste avec le Genoa, Gianluca Scamacca porte en lui l’espoir d’une génération, celui du retour tant attendu du bomber à l’italienne. Engagés à l’Euro cette année, notamment face à l’Espagne, les Azzurrini ont-ils trouvé leur guide ?

Le présent : entre talent et instinct

Gianluca fait ses débuts en nationale espoir le 25 mai 2018 en match amical, un petit quart d’heure alors qu’il n’est âgé que de 19 ans. Il s’en retournera avec les U20 afin de prendre encore ses marques – et marquer la bagatelle de 5 bus en 12 rencontres. À son retour, le jeune attaquant formé à l’AS Roma s’impose d’emblée : une titularisation face à la Moldavie en amical – un but. Un second match, face au Luxembourg – un second but. L’ex PSV s’adonnera, depuis, à une course au but effrénée si bien qu’il est impliqué directement dans 10 réalisations pour son équipe en seulement 13 rencontres (8 buts et 2 passes décisives).

Rapidement donc, Scamacca prend les rênes de la Nazionale U21 et cela fait du bien, les Azzurrini comptent 8 victoires, 3 nuls et 2 défaites depuis son arrivée. Prédominant sur le front de l’attaque, il ratisse les défenses adverses, évolue sur les couloirs comme dans la surface, marque, fait jouer les autres et sait profiter de son 1m95. Intraitable sur les duels aériens, il se montre aussi vif dans sa conduite de balle (en pivot) qu’efficace face au but, une qualité qui se faisait rare dans le monde azzurro et qui n’est pas rappeler un certain Christian Vieri ou encore, comme il se plaît à s’identifier, à Ibrahimovic. Pas mal, comme élément de comparaison.

L’avenir : pour l’espoir et la gloire ?

Buteur à 4 reprises en Serie A cette saison alors qu’il ne compte que 9 titularisations, le jeune homme sait se montrer décisif, en Coppa Italia ou avec la Nazionale Espoirs. Nul doute que le géant italien saura faire l’étalage de ses aptitudes au sein d’un effectif plus compétitif tant le potentiel est flagrant. À 22 ans, Gianluca fait l’objet de convoitises européennes ; de France d’abord, avec l’Olympique de Marseille et Rennes, mais aussi du Portugal alors qu’il est visé par le Sporting Braga, pourtant son avenir semble bien se dessiner en Italie : si l’on en croit les médias, l’AC Milan et la Juventus en feraient une priorité au prochain mercato.

Véritable tremplin, la Nazionale U21 est le théâtre de l’éclosion d’un talent brut qui manque depuis trop longtemps au football italien. Un avant-centre pur et dur n’ayant jamais été trouvé depuis le départ de Conte, cela pourrait même faire les affaires de la sélection majeure si les résultats des Azzurrini venaient à satisfaire Roberto Mancini, toujours à l’affût et friand de jeunes talents. Buteur encore face à la République Tchèque dans une rencontre frustrante pour ses coéquipiers, le joueur de propriété du Sassuolo garde son sang froid, sur le front de l’attaque, il est partout : 1 but, 4 tirs dont 2 cadrés, il faut au moins cela pour sauver les siens d’une mauvaise passe mais les Azzurrini peuvent compter sur lui.

L’Euro tombe à pic, donc, pour celui dont l’expérience à l’étranger favorise son adaptation aux effectifs et usages adverses, l’occasion de prouver que le n°9 italien n’est pas enterré mais qu’il renaît de ses cendres. Et c’est un grand Scamacca dont la U21 aura besoin pour cette compétition, notamment demain face à l’Espagne alors qu’une qualification en phases finales semble déjà se décider. L’avenir sera peut-être radieux pour le ragazzino, mais d’abord il s’agit de rendre fière sa nation.

Rafaele Graziano



Lire aussi