Euro U21 – le baromètre des azzurrini après Italie-Pologne

Par Michaël Magi publié le 20 Juin 2019

Après avoir surclassé l’Espagne, les azzurrini se sont tirés une balle dans le pied en perdant contre la Pologne (1-0) une rencontre qu’ils ont pourtant maîtrisé, dans presque tous les compartiments du jeu. Le seul qui leur a échappé de la première à la dernière minute : le réalisme, sans qui, aucune victoire n’est possible…

Les tops

Chiesa : Sortant d’un retentissant doublé contre l’Espagne, le florentin a été absolument intenable en première mi-temps et a clairement fait vivre un enfer à la défense polonaise. Le cadre s’est hélas souvent dérobé. Quand il s’est offert à lui, comme sur cette splendide reprise de volée en pleine course, en seconde période, c’est Grabara, le portier polonais qui s’est interposé avec classe.

Pellegrini : Quand Chiesa a physiquement plongé, c’est le jeune romain qui est sorti du bois. Des gestes de classe, une belle activité et un missile étonnant, repoussé par un montant…

Dimarco : Le jeune arrière gauche de Parma ne ménage pas ses efforts. A l’aise pour combiner avec Pellegrini et Chiesa, il a profité à plein d’un couloir gauche qui s’avère être le côté fort de l’équipe de Di Biagio. Avec un peu plus de précision sur ses centres, son match aurait pu friser l’excellence…

Les flops

Orsolini : rencontre compliquée pour l’offensif droit, dont Bologna vient de faire l’acquisition définitive. Très discret, il aurait pu marquer le but de l’égalisation en première période, s’il avait davantage été attentif à son placement. Préféré ce soir à Zaniolo, il n’a pas saisi l’opportunité.

Cutrone : Il n’y a rien à en dire. Ce qui explique sa présence ici…

Meret : le jeune gardien napolitain ne respirait pas la sérénité hier soir. Sur le seul arrêt sérieux sur lequel il a dû s’employer, il n’a pas eu les mains suffisamment fermes et a encaissé un but qui a mis son équipe en difficulté.

Michaël Magi



Lire aussi