EURO 2020, NAZIONALE : Comment éviter le piège autrichien ?

Par Rafaele Graziano publié le 26 Juin 2021
Crédits

L’Italie et l’Autriche s’affrontent ce soir en préambule des 8èmes de finale de l’Euro 2020. Une confrontation dont les hostilités sont assumées, si les déclarations de l’entraîneur de la sélection autrichienne se veulent aussi ambitieuses qu’acérées, l’entreprise italienne depuis l’ère Mancini se veut plus sérieuse et clinquante. Attention à ne pas tomber dans le piège autrichien pour autant, voici quelques tuyaux pour démanteler les espoirs des voisins alpins.

Pressing et possession

Par deux fois lors d’Autriche-Macédoine du Nord, les hommes de Franco Foda se sont infiltrés derrière la défense avant de tromper le gardien. Il aura fallu attendre le dernier quart d’heure pour voir les Autrichiens renverser la situation et finalement asseoir leur domination. De quoi intriguer les Azzurri qui, affamés de buts, suivent davantage une ligne directrice impliquant un avantage précoce et une gestion pérenne des débats. Contre cette Wunderteam, il s’agit de resserrer l’étau dans le coeur du jeu afin de faire sauter les milieux et empêcher les transmissions.

Pour la faire courte, l’axe Alaba-Grilitsch-Baumgartner se révèle comme la danger zone autrichienne. Dans un 4-2-3-1 ou un (bizarre) 3-1-4-2 (le premier schéma étant plus attendu) les hommes de Foda aiment garder la balle et n’ont pas encore été réellement poussés dans leurs retranchements, ça tombe bien, l’Italie made in Mancini en a fait sa spécialité. De par la possession et le pressing, le milieu de terrain italien a de quoi faire exploser son vis-à-vis autrichien où de grands espaces entre défense et attaque sont volontiers laissés (notamment dans le second schéma évoqué). C’est là que des milieux rapides seront efficaces et que la dualité Insigne-Immobile doit se faire sentir. L’Italie qui a maintes fois tenté de passer dans l’axe face à la Turquie mais en vain, aurait peut-être ses chances. Un 4-3-3 bien huilé, donc, asphyxiant et offensif.

Cibler les individualités

Plusieurs profils sont ainsi à suivre à commencer par Christoph Baumgartner, le jeune milieu offensif d’Hoffenheim reconverti attaquant pour l’Autriche n’est pas le plus prolifique de sa catégorie mais à 21 ans, il a le don de séduire Manchester United et Chelsea, rien que ça ! Un touché de balle aux petits oignons, une vitesse de course impressionnante et une fâcheuse tendance à se projeter vers l’avant pour servir ses camarades, il doit être la cible de Locatelli et Barella qui ont tous les deux les poumons et les jambes pour non seulement ralentir le jeune piston autrichien mais aussi continuer à distiller les ballons.

D’autre part, c’est incontestablement la star de l’équipe, David Alaba, qu’il faudra surveiller. Tantôt arrière-gauche, tantôt ailier, le vétéran autrichien a fait les beaux jours du Bayern Munich, il faudra un grand Di Lorenzo et probablement un Berardi volontaire (si titulaire à droite) pour prévenir les centres de néo-madrilène ! Systématiquement présent dans les actions dangereuses de l’Autriche, Alaba promet de faire gravir le plus d’échelons à sa nation. La science du placement des attaquants italiens sera donc mise à l’épreuve mais on connaît la hargne de Berardi et Chiesa au service du collectif.

Dernier homme à surveiller, l’attaquant Arnautovic, passé par l’Inter, qui par son gabarit, se plaira à donner du fil à retordre aux défenseurs italiens. À Bonucci et (vraisemblablement) Acerbi ou Bastoni de museler le n°9 autrichien.

Être fidèle à ses nouveaux principes

Marquer. Marquer. Marquer. Les récents résultats de cet Euro sont le reflet d’un football moderne où rien n’est donné pour acquis. Si Mancini a apporté un vent de fraîcheur sur l’Italie, avec son lot de révolutions culturelle et tactique, il serait bien dommage de balayer de tels préceptes au gré d’une hardiesse exacerbée. D’autant plus que si l’Europe entière craint l’Italie, c’est qu’elle reste humble. Autrement dit, la confiance : oui, l’excès : non.

En somme, si l’Italie fait ce qu’elle sait faire depuis le début de l’Euro, elle devrait pouvoir décrocher son ticket pour les quarts de finale, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.



Rafaele Graziano



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.