EURO 2020 : Les internationaux italiens qui ont brillé

Par François Lerose publié le 05 Mar 2019

Après un bon week-end de football marqué par de nombreux matchs et quelques performances notables, coup d’oeil sur les internationaux italiens qui ont brillé cette semaine en vue des éliminatoires de l’Euro 2020 et de la liste de Mancini qui arrivera très prochainement.

Belotti, le réveil du coq !

On attendait un but en 2019, il est enfin arrivé. Andrea Belotti a guidé les siens vers une victoire précieuse face au Chievo. L’Italien est dans le doute depuis une saison et demie et peine à retrouver son niveau de jeu. Nul doute que ce but inscrit lui redonne des couleurs (au même titre que Zaza, qui lui part de beaucoup plus loin) en vue d’une probable sélection. Il va falloir continuer en ce sens, car le chemin est encore long pour celui qui avait inscrit 26 buts en Serie A lors de la saison 2016/2017. L’attaque de la Nazionale cherche un héritier, et avec la baisse de forme notable d’un Ciro Immobile qui cache la forêt avec des penalties, il y a peut-être encore un coup à jouer ?

Fabio Quagliarella, l’immortel !

En voilà un qui ne s’arrête plus. Un doublé face à la SPAL pour guider les siens vers le succès et surtout une place de co-meilleur buteur du championnat avec 19 buts, à égalité avec … Cristiano Ronaldo, mais avec un match en moins (25 contre 26), excusez du peu. Si Mancini avait déclaré qu’à terme il n’y avait pas forcément de place pour le napolitain en Nazionale du fait de son âge avancé, nul doute qu’avec de telles performances, l’attaquant aux 26 sélections et 6 buts, pourrait s’offrir un petit chant du cygne pour aider les siens tout en accompagnant la nouvelle génération de buteurs en Nazionale. A méditer.

Sirigu, recordman

En voilà un qui revit formidablement. Salvatore Sirigu. Après le PSG et un prêt dramatique en Espagne, le voilà de retour à son meilleur niveau. Si le choix du Torino a fait survenir quelques doutes, ils se sont vite dissipés aujourd’hui quand on voit les performances du portier dans les buts. Même si Donnarumma conserve une longueur d’avance pour le poste de titulaire, il inscrit dans la durée son poste de numéro 2 tandis que Mattia Perin continue de cirer le banc du côté de la Juventus. Un bon choix de carrière confirmé par le record d’invincibilité du Torino battu (517 minutes). Il dépasse Luciano Castellini.

Plus Romagnoli que Bonucci

Si le transfuge du Milan AC peine encore du côté de la Juventus avec quelques erreurs défensives qui auraient pu couter cher aux siens face au Napoli, Romagnoli lui ne semble pas faiblir, dans une équipe du Milan AC qui a retrouvé de sa superbe en se hissant à la 3ème place de la Serie A. Le capitaine rossonero a réalisé une superbe partition face à un Sassuolo qui a su faire déjouer par moments les hommes de Gattuso. La fébrilité du début de saison semble bien loin, lui aussi est désormais un roc. Aux côtés de Chiellini, et si c’était lui le défenseur parfait pour guider la Nazionale ? Mancini nous le dira.

Mario Balotelli, le nouveau réveil

Son arrivée à l’OM a été salvatrice. Mario Balotelli semble retrouver son niveau de jeu après un début de saison catastrophique, marqué par un faux départ de Nice et une condition physique déplorable. L’Italien en est à 5 titularisations et 4 buts du côté de la Ligue 1, dont le dernier d’une belle volée en pivot face à Saint Etienne. Lui aussi sait qu’il a une carte à jouer et Mancini serait bien inspiré de s’en saisir. Balotelli n’est pas mort, loin de là.

 

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi