Que peut espérer la Fiorentina en cette fin de saison ?

Par Jérémie Panizzoli publié le 27 Avr 2017
Crédits

La saison 2016-2017 de la Fiorentina est très dure à vivre et à suivre pour les supporters du club. Car entre les rendez-vous manqués en Europa League en  Serie A et les performances inattendues, cette équipe a fait passer ses fans par tous les états. Si plus grand monde ne se faisait d’illusions sur une nouvelle campagne d’Europa League avant la réception de l’Inter, la victoire face à un concurrent direct combiné à la chute de l’actuel 6ème a changé la donne. Depuis, il faut bien reconnaître que le club des Della Valle est encore dans le coup. Malgré la sensation de gâchis, tout n’est pas perdu pour la Viola à l’approche du sprint final. Actuellement à trois longueurs du dernier strapontin européen, les hommes de Paulo Sousa peuvent accrocher le sésame à condition de réaliser une fin de saison parfaite. Opposés successivement à Palermo, Sassuolo, Lazio, Napoli et Pescara, le programme est costaud mais pas insurmontable.

Et dans le jeu, ça donne quoi ?

Si la continuité n’est pas la marque de fabrique de cette saison florentine, le niveau de jeu pratiqué est à l’image des résultats. Inconstant. Avec des joueurs offensifs remarquables comme Bernardeschi, Kalinic, Borja Valero, Chiesa, Ilicic voire Tello et Babacar, il y a moyen de faire bien jouer ce groupe. Pourtant, en inscrivant 55 buts en 32 rencontres, soit moins de deux buts par match, le bilan est insuffisant. Certes, des cadres ont manqué ponctuellement mais le problème est ailleurs. Défensivement, cette équipe manque clairement de leaders au niveau. Si Gonzalo Rodriguez et Davide Astori sont de bons joueurs intrinsèquement, ils ne sont pas dans un état de forme optimal. Les latéraux semblent trop tendres ou pas assez en confiance. Au milieu, Sanchez n’aura fait effet qu’un temps alors que Saponara ne s’est jamais imposé depuis janvier dernier. Enfin, dans les cages, Tatarusanu a montré plus d’une fois ses limites en dépit de quelques arrêts de haut niveau. Attaque au fort potentiel mais balbutiante, une défense fatiguée et un gardien dépassé, le bilan est loin d’être enthousiasmant pour les tifosi.

Un entraîneur qui pose question

Tout le monde ou presque sait que Paulo Sousa ne sera plus le coach de la Fiorentina la saison prochaine. Incapable de s’entendre avec ses dirigeants sur une éventuelle prolongation de contrat, le Portugais a préféré ne pas poursuivre sa mission sur le banc de Viola. Si on a coutume de dire, que ce genre de conflit n’interfère pas sur les performances sportives des joueurs, cette fois le cas semble différent. Cette incertitude a sûrement coûté des points précieux en cours de championnat. On pense également à ce match d’Europa League face à Mönchengladbach où la Fiorentina a tout jeté alors que l’essentiel avait été fait au match aller. Focalisés sur un dernier objectif commun de cinq matchs, ce groupe a l’occasion de finir sur une bonne note. Grace à l’expérience de certains comme Borja, Rodriguez ou Astori, la place de sixième n’est pas uniquement un mirage pour optimiste béat surtout lorsqu’on regarde la course de tortue que se livrent les deux clubs milanais. Toutefois, pour y parvenir il faudra éviter les pertes de concentration comme celles vues face à l’Inter et bâtir sur la réaction magnifique qui a vu la Viola remonter un score défavorable de 1-2 en 5-2 en 17 minutes ! Tout un programme…

 




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Jérémie Panizzoli

Rédacteur référent pôle events & live



Derniers articles