Emre Can, le guerrier allemand

Par Enzo Caia publié le 15 Avr 2019

Arrivé fin juin, tout droit de Liverpool pour la modique somme de 0€, Emre Can a su mériter sa place de titulaire ces derniers mois, ce qui est la conséquence directe de sa détermination et de son envie immuable de s’améliorer physiquement et techniquement. Ses débuts n’ont pas été si facile mais l’allemand est désormais un pilier de ce milieu turinois et son absence face à l’Ajax en a fait trembler plus d’un. Comment Can est devenu essentiel à la Juventus et pour les plans d’Allegri ?

Une adaptation en crescendo

Bien évidement, arriver en Serie A, où la rigueur tactique est la plus grande caractéristique, avec comme dernière référence la Premier League n’est pas une mince affaire. « Je me suis déjà plaint des entraînements à Liverpool, mais l’entraînement ici à la Juventus est un peu plus difficile. Nous devons courir encore plus, faire plus de musculation. » a déclaré Emre lors d’un entretien accordé à DAZN récemment. Son début de saison est ainsi pénible et légèrement frustrant étant donné que son partenaire, Rodrigo Bentancur effectue un début de saison de feu et qu’il connait déjà « la maison ». Emre pedala et ne bronche pas. Il joue quelques minutes par ci par là et sait que son travail et son abnégation donneront des résultats et feront pencher la balance de son coté. Malheureusement, son processus d’adaptation est entravé par un vilain problème médical : c’est vers la fin octobre que les médecins de la Juve lui découvrent un nodule thyroïdien, il devra se faire opérer et manquera une dizaine de matchs entre championnat et Champions League.

De retour sur les terrains début décembre, l’ex milieu des Reds commence à apporter beaucoup plus à l’équipe et trouve plus facilement ses marques au sein du football italien. Son premier but arrive finalement contre le Chievo dans une victoire 3-0 où il dispute l’intégralité de la rencontre, ce qu’il reproduira les matchs suivants. Les absences répétées de son compatriote Khedira et la baisse de régime de Bentancur permettent à Can de gagner des minutes de jeu et avec sa stabilité enfin trouvée au sein de l’effectif, il mister Allegri peut songer à varier ses positions sur le terrain pour l’exploiter au maximum.

Sa polyvalence si appréciée

Si la plupart des joueurs sont et se mettent à la disposition de leur entraîneur, lorsque le votre s’appelle Allegri, vous devez être prêt à occuper toute sorte de position sur le terrain. À 25 ans, Emre a déjà expérimenté de nombreux postes, à Liverpool il jouait à certains moments milieu offensif comme il a joué défenseur central. Des rôles totalement opposés qui nécessitent des qualités divergentes mais où il a toujours su répondre présent. Allegri le place même devant la défense, ce qui permet de laisser Miralem Pjanic au repos mais ne garantit pas les mêmes résultats car il n’a pas encore les habitudes de jeu d’un numéro 6. On le compare souvent à Khedira quelques années auparavant, avec en plus une capacité à repartir vers l’avant avec la balle beaucoup plus rapide et efficace que l’ancien international allemand. Sa prestance physique est bien plus impressionnante que celle de Bentancur, facilitant les contacts physiques avec les adversaires notamment sur la scène européenne. Il fait donc le bonheur de son coach qui d’ailleurs n’hésite pas à le descendre sur le terrain au poste de défenseur central dans une défense à 3, le match retour contre l’Atletico en est le parfait exemple.

Ce 3-0 face aux Colchoneros

Beaucoup attribuent ce résultat à la prestation de Ronaldo (qui n’est pas mise en discussion loin de là) mais en oublient trop facilement celle de Can, c’était lui le véritable taulier de ce milieu ! Sans doute le match le plus impressionnant de toute sa carrière  sous tous les aspects possibles : il a répondu présent dans tous les duels face aux espagnols et est quasiment sorti à chaque fois vainqueur, techniquement il récupérait et redistribuait les ballons à ses coéquipiers avec une facilité déconcertante. Avec Chiellini et CR7, il a fait parti des leaders de cette équipe de la 1ère à la dernière minute.

Sur le terrain, lorsque la possession du ballon est turinoise, il se positionne en tant que défenseur central droit au sein de la défense à trois accompagné de Bonucci et de Chiellini. Il combine énormément avec Cancelo sur le flan droit, ce qui cause d’énormes difficultés à l’Atlético.

Certains journaux italiens lui attribuent même la note de 10 après la rencontre. Ce match a littéralement fait prendre conscience à tous ses énormes qualités à tout les niveaux. Il a ensuite disputé tous les matchs titulaire jusqu’à sa torsion à la cheville face au Milan AC qui l’a contraint de sortir.

Can a réussi à conquérir ses supporters et ceux qui le suivent en général en n’ayant jamais fait de vagues et en travaillant sans relâche, sa présence sur le terrain donne une autre dimension au milieu et sera probablement remis et disponible pour le match retour face à l’Ajax, une excellente nouvelle pour la Juve.

Enzo Caia



Lire aussi