Elles nous ont régalés !

Par Loris Meucci publié le 17 Juil 2019
femminile

En l’espace d’un petit mois, les Azzurre auront réussi à conquérir un à un les coeurs qui peuplent la Péninsule. Le pari semblait pourtant perdu d’avance. Entre scepticisme ambiant et développement tardif, difficile d’imaginer un tel scénario. La simple participation au Mondial était déjà en soi un petit exploit pour cette équipe qui n’y figurait plus depuis… 20 ans !

La fin d’une aventure

Tombées dans un groupe relevé au beau milieu de deux ogresses (Australie et Brésil), les italiennes vont dès leur premier match montrer des qualités jusqu’ici insoupçonnées et défier tous les pronostics. En venant à bout de la bande à Samantha Kerr à la dernière seconde, les Azzurre créent la sensation. Une victoire fondatrice et fédératrice de leur épopée. Gonflées à bloc, elles valident dans la foulée leur ticket pour les huitièmes de finale en disposant de la Jamaïque. Défaites par le Brésil sur un pénalty de la Reine Marta, les joueuses de Milena Bertolini terminent malgré tout en tête de leur groupe. Brave ragazze !

Alors qu’elles s’apprêtent à affronter la Chine, l’engouement qu’elles suscitent continue de se propager. Presque cinq millions d’italiens sont devant leurs téléviseurs. Un chiffre révélateur qui plus est pour un mardi après-midi. Souvent malmenées par d’habiles chinoises, les Azzurre se montrent efficaces dans les deux surfaces et s’imposent 2-0. Elles s’offrent ainsi un billet pour les quarts et sont à la une des journaux. Pour cette grande première à ce stade de la compétition, la moitié des téléspectateurs sont au rendez-vous. 44,35% exactement. Cependant, tout ce soutien n’évitera pas à l’Italie de plier face aux (futures finalistes) néerlandaises. Giacinti et consorts auront bien eu quelques cartouches avant d’accuser le coup et de finir par céder à deux reprises en fin de match. C’est donc avec beaucoup plus de fierté que d’amertume que les transalpines quittent la compétition.

A travers son remarquable parcours, la Nazionale Femminile di Calcio a su promouvoir son football. Mais plus essentiellement encore : elle a su émouvoir. Les joueuses ont, au delà de toute attente, redoré un blason en cruel manque d’éclats ces derniers temps. Bravissime ragazze !

Le début d’une histoire ?

« Le mondial vous l’avez remporté en gagnant l’opinion publique. » Le Président de la République Sergio Mattarella ne s’y trompe pas. En effet, l’intérêt général pour le football féminin en Italie grandit, et ce Mondial accélère le processus. Les demandes de licences sont en hausse un peu partout dans la Botte et devraient encore augmenter. Cet élan de popularité est palpable, les bases sont posées. Le calcio femminile est sur la bonne voie. Mais il reste encore des obstacles sur le chemin vers la professionnalisation. Dans les coulisses et au niveau structurel, le retard par rapport à certains pays est toujours conséquent. Les instances, composantes et acteurs qui gravitent autour de la planète football vont devoir instaurer de vraies réformes et vraiment investir s’ils souhaitent que ce sport franchisse encore un cap.

Sur le rectangle vers, la Squadra Azzurra n’a pas manqué son rendez-vous. Le sentiment de retard ne s’est à aucun moment fait sentir. Les Azzurre ont démontré match après match leurs qualités. Le terrain plaide clairement en leur faveur. Le mérite revient aussi à Milena Bertolini et son staff qui ont su tirer une belle quintessence de leurs joueuses. La notion de collectif n’a d’ailleurs pas pour autant empêché aux individualités de briller : la précieuse gardienne Giuliani, la solide charnière Gama-Linari, la métronome Giugliano, la buteuse Girelli et bien d’autres… Autant de talents qui, à l’exception d’Elena Linari (Atletico Madrid), évoluent en Italie. Le potentiel est donc bien présent et ne demande qu’à être exploité. La « génération tournant« , comme la proclame si bien la capitaine Sara Gama, n’en a pas encore fini de courir. Mais elle détient tous les atouts nécessaire pour négocier le virage.

 

Le Calcio dans le sang

La passion pour le football en Italie est comme chacun sait, très prononcée et très répandue. Fille ou garçon, jeune ou vieux, personne n’est à l’abris d’attraper le virus. En ce sens, l’Italie est une terre particulièrement propice pour les apprenties footballeuses. La culture y est unique. Le style inimitable. Et les Azzurre en sont les parfaites garantes. La discipline tactique dont elles font preuve ne s’invente pas, elle se transmet. L’attitude ne trompe pas non plus. Lorsqu’il s’agit de mettre un supplément d’âme pendant l’hymne national, elles répondent présentes. Lorsqu’il s’agit de mettre un supplément de coeur pour disputer un duel, elles répondent encore présentes. Elles répondent même présentes lorsqu’il s’agit de grappiller quelques précieuses secondes. Fières, généreuses, roublardes. De dignes héritières du Calcio.

Loris Meucci



Lire aussi