EDITO : Une Serie A 2017/2018 sous le signe de l’émotion

Par Cesco publié le 21 Mai 2018
Crédits

Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus vécu une saison de Serie A aussi intense en émotions. Tellement d’événements, tellement de rebondissements et des dénouements aussi fous qu’insoutenables pour de nombreux tifosi.

Les adieux et pas n’importe lesquels

Concrètement cette saison m’aura laissé un souvenir particulier quant aux adieux qui ont eu lieu. Il y avait eu Totti l’année dernière, mais cette saison, deux moments forts en milieu et en fin de saison. D’abord Paolo Cannavaro, qui quitte Sassuolo pour rejoindre son frère en Chine. Un soldat de l’ombre qui aura tout donné pour un club en difficulté, porté sur ses épaules parfois. A celui ci s’en est suiv celui de Gianluigi Buffon. S’il ne dépassera pas Maldini en terme de record de présence en Serie A, le gardien arrivé en 2001 à la Juventus est parti sur d’émouvants adieux avec les tifosi, un septième titre consécutif en poche. L’occasion d’enfin sortir par la grande porte et de clôturer une histoire qui n’arrivait pas à une fin heureuse. Maintenant à voir si le challenge d’un club étranger pourrait lui offrir le dernier trophée qu’il recherche ou si rassasié, il raccrochera les crampons. Un moment fort de la saison.

Enfin, l’adieu le plus compliqué aura été celui de Davide Astori, qui à 31 ans s’est éteint une nuit de mars 2018. Un décès qui me laisse encore sans voix, tant la vie paraît si fragile par moments. On retiendra les hommages, la solidarité de la Fiorentina et surtout le joueur et l’homme.

Du suspens à tous les étages

Ce que je retiendrai de cette saison de Serie A, c’est le mano à mano entre la Juventus et le Napoli, plus explosif que jamais. Après le coup de tête de Koulibaly les Napolitains reviennent même à -1 mais c’est sans compter les ressources mentales d’une vieille dame qui répond toujours présente quand il le faut. Un septième titre, sûrement le plus difficile. Des batailles il y en a eu aussi pour la Champions League. Cette réforme autorisant désormais les quatre premiers du championnat à aller directement en Champions League redistribuait grandement les cartes. Cette 4ème place s’est décidée au dernier moment entre la Lazio et l’Inter, dans un match qui restera sûrement historique. Menés 2-1, les nerazzurri ont puisé dans leurs ressources mentales pour s’imposer au terme d’un scénario rocambolesque, comme celui qui leur avait été imposé quelques semaines auparavant face à la Juventus.

Pour le maintien la bataille fut épique mais Crotone retourne finalement en Serie B. C’est la SPAL qui s’en sort. Sorti des abimes en 2013, le club obtient un maintien superbe qui sera sans aucun doute une des belles histoires de la saison.

Des chiffres clés et des moments importants

Je retiens côté statistiques le record d’Hamsik qui dépasse Maradona dans le cœur des tifosi. Je retiens le 100ème but en Serie A de Mauro Icardi et sa meilleure saison avec l’Inter (29 réalisations). Je retiens la saison aboutie de Giovanni Simeone qui a porté la Fiorentina avec ses 14 buts et 5 passes décisives malgré une maladresse folle. Je retiens aussi la 100ème de Gigio Donnarumma avec le Milan AC en Serie A et les déboires qu’il a connu. Je retiens les 7 Scudetti consécutifs de Chiellini, Barzagli, Buffon, Lichtsteiner, Marchisio. Comment ne pas retenir les performances de Diabaté et son ratio but par minute ? 1 but toutes les 71 minutes avant la 38ème journée. Je retiens la règle de la confrontation directe qui permet d’avoir du suspens à tous les étages en Serie A et qui permet d’avoir des matchs lourds d’enjeux. Je retiens la VAR. Oui le système de vidéo qui a accompli sa mission avec succès malgré les critiques et les polémiques. Beaucoup d’erreurs évitées par les arbitres en utilisant cette technologie qui montre bien qu’elle est indispensable au football moderne. Je retiens Patrick Cutrone, la renaissance de Florenzi, la victoire du Napoli face à la Juventus, le triplé d’Icardi contre le Milan AC. Bref je retiens une saison magnifique.

Des matchs incroyables

Je ne les compte plus. Du Derby de Milan à l’aller (3-2), les matchs incroyables se sont succédés. On se souvient sûrement tous du 4-3 de la Lazio face à la Fiorentina, de la victoire de la Juventus à la dernière seconde face à cette même Lazio. On se rappèlera aussi le but de Brignoli dans les dernières secondes de Benevento-Milan AC, un moment incroyable pour le premier point du promu en Serie A. On n’oubliera pas la belle saison de Quagliarella, des superbes prestations de l’Atalanta et de quelques batailles tactiques folles entre le Napoli et l’Inter. Enfin, Lazio-Inter en apothéose, un match qui résume toute une saison d’un championnat passionnant, parfois émouvant, au scénario hollywoodien mais qui au final nous aura fait vivre une année incroyable. On en aurait presque oublié que l’Italie ne va pas en Russie. Quoi que … mais ça c’est une autre histoire. Il faudra désormais tourner les pages d’une Serie A référence, qui revient à son meilleur niveau. Vivement le mois d’aout !



Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.