EDITO : L’Europe de retour, le juge de paix se fait attendre

Par François Lerose publié le 12 Fév 2019

Cette semaine, c’est le retour de l’Europe. La C1 comme la C3 revêtent des enjeux énormes dans le parcours annuel des équipes engagées. Au moment des phases finales, les enjeux financiers comptent relativement peu. Nous parlons la de prestige, de niveau et d’une confiance à engranger en vue d’une fin de saison qui s’annonce explosive.

Si la Juventus a relevé la tête, beaucoup de doutes persistent sur sa défense. Chiellini et Bonucci devraient être de retour mais malgré la tension, l’Atletico aurait plus à craindre des hommes d’Allegri que l’inverse. La Vieille Dame fait office de favorite face à un Atletico qui reste sur deux défaites consécutives en autant de matchs. Idem pour l’AS Roma, de retour en forme en championnat au meilleur moment avant d’affonter un FC Porto qui lui a joué des tours par le passé. Il ne faudra en aucun cas prendre ces matchs à la légère car les adversaires seront à 110%. Et c’est bien la le problème de la Juventus et l’AS Roma. Nous ne les avons pas vu jouer à 110% cette saison. Alors cette semaine c’est la révélation ou la déception.

Côté Europa League l’Inter aura des choses à démontrer. Les Nerazzurri sortent à peine la tête de l’eau d’une petite crise sportive qu’il leur faudra passer le Rapid Vienne sans contrariété. Même chose pour le Napoli face à Zurich. Les deux clubs n’ont plus que cette compétition pour sauver une saison qui risque de s’achever sans trophée. Enfin, la Lazio, en constante recherche de son niveau de jeu devra faire sans Immobile et Milinkovic face à Séville à priori. Difficile d’imaginer une issue positive mais la bande à Inzaghi sait y faire dans ces matchs à confrontation directe. A condition de ne pas répéter la performance de Salzbourg une nouvelle fois…

Quoi qu’il en soit, ces matchs seront les juges de paix de la suite de la saison pour les clubs engagés.

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi