EDITO : Le football italien sort encore perdant, « come sempre »

Par Cesco publié le 05 Oct 2020
Crédits

C’est une situation ubuesque qui s’est offerte aux observateurs du football italien ce week-end. Juventus-Napoli, le choc de cette 3ème journée de Serie A ne s’est pas joué. En cause, le Napoli qui ne voyage pas vers Turin en raison d’une interdiction des autorités sanitaires locales et une Juventus qui a matraqué son respect du règlement. Un scénario encore une fois explosif dans lequel ni l’Italie, ni le football ne sort gagnant.

La semaine dernière, le Napoli affrontait le Genoa qui présentait 2 cas positifs à la COVID-19 dans ses rangs. Une situation sous contrôle qui incluait toutefois un risque, comme à chaque rencontre disputée depuis la reprise des championnats, que ce soit en Italie ou ailleurs. Le risque 0 n’existe pas, c’est un fait, mais quand celui-ci demeure inconnu et qu’il est pris, c’est acceptable. En revanche, quand on est face à un cluster et un début de risque de propagation intensive du virus dans notre championnat, il n’y a plus de règles qui tiennent. Et pourtant c’est ce règlement, bancal, que la Lega a voulu brandir. Pourtant le Genoa est passé de 2 à 12, à 19 et désormais 22 cas positifs au coronavirus. Pendant ce temps, en début de week-end on apprend les tests positifs pour Zielinski, puis Elmas. Une situation similaire aux griffons qui peut devenir bien pire. C’est en ce sens que les autorités sanitaires ont interdit au Napoli de se rendre à Turin. Ces dernières affirment même par la voix de leur porte parole qu’ils n’ont pas à se plier aux règles d’autres pour ces interdictions.

Ni une ni deux, la Lega s’empresse de réagir prônant le maintien du match, tandis que les ministères ne sont pas d’accord. Renvoi du match, tenue de la rencontre ou défaite sur tapis vert. Comme pour se saisir d’une faille, la Juventus saute sur l’occasion et matraque une communication malvenue à un moment crucial. Affirmation de présence sur les réseaux sociaux pour la rencontre, annonce des titulaires. Dans la même veine, la Lega Serie A publie un post avant-match sur son compte twitter alors que tout le monde sait à ce moment là que le match ne se tiendra pas. Pitoyable à nouveau.

Parmi ces faits, des rumeurs. Des pressions de De Laurentiis vers l’ASL ? Démenties par ces derniers. Des pressions d’Agnelli sur la Lega ? Aucune information non plus. Des joueurs renvoyés à la maison côté Napoli quand ceux-ci auraient été diagnostiqué positifs ? La aussi aucune source ne confirme. Des photos montrant Mertens au restaurant le 2 octobre, soit avant les tests circulent pour laisser penser que le Napoli n’a pas suivi le protocole d’isolement. Ce même isolement qu’Agnelli a respecté « à la lettre« . Car la Juventus respecte les règles, « comme toujours » selon son président. Une déclaration qui témoigne d’une ironie déplacée, que chacun jugera vraie ou non, dans un contexte sanitaire difficile. Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres entre communautés.

Quoi qu’il en soit, l’Italie passe pour une idiote, la Lega Calcio témoigne encore de sa grande incompétence à prendre des décisions sensées dans l’intérêt du plus grand nombre. La situation ici n’est pas comparable avec un Milan AC ou un PSG qui jouent en ayant eu des cas positifs. Ici nous sommes les témoins d’un début de cluster en Serie A avec un Genoa qui a 22 cas. Doit-on fermer les yeux au moment ou tous prônent la prudence et le retour des restrictions ? Dans le même temps, la Juventus et Agnelli, se cachant derrière le prétexte du règlement, se sont servis de cette situation pour obtenir ce qu’ils veulent (en attendant les recours possibles) sans qu’ils soient attaquables sur le fond : trois points sur tapis vert et une semaine de repos pour les joueurs.

Mais sur la forme, que cela apparait mesquin et déplorable. Aurait-ce été si difficile de s’entendre avec De Laurentiis sur le report du match ? Ce même De Laurentiis qu’Agnelli confirme avoir envoyé balader par sms. Ce même De Laurentiis qui aujourd’hui paye son image de grande gueule, qui s’est présentée sans masque à l’assemblée de la Lega alors qu’il était lui même positif au coronavirus. Qui aurait reproché quelque chose à la Juve dans ce cas ? Personne et la Vieille Dame aurait alors étalé sa classe. En tout cas il faut croire que c’est plus compliqué de reporter un match qu’une compétition européenne. Bravo, messieurs, pour avoir rendu le foot italien toujours plus ridicule : « come sempre« .



Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.