Eder, soldat avant tout

Par Cesco publié le 19 Fév 2017

Si son but face à la Suède a été salué, Eder a surtout du faire face aux critiques depuis son arrivée à l’Inter lors de l’hiver 2016. Avec 1 but face à Udinese, il a terminé sur les rotules, comme tous ses coéquipiers, dans l’ombre d’un Icardi omniprésent, dans un dispositif qui ne lui sied guère.

Seconde pointe, ailier, peu importe

Si Eder et sa patte droite ont fait des ravages à la Sampdoria légèrement sur la gauche, en soutien de l’attaquant, à l’Inter, ni Mancini, ni De Boer n’ont su comment l’utiliser. Les stats affichées avec le club de Gênes ont aussi donné une fausse image du joueur. Non Eder n’est pas un buteur né. C’est un laborieux, un soldat dont beaucoup devraient s’inspirer. Pas ou peu adapté au 4-3-3 où Candreva et Perisic tiennent les postes de titulaires, il n’est pas non plus assez physique et grand pour jouer seul en pointe. Si l’on vous demande son poste, vous seriez bien incapable de répondre. Eder est attaquant, mais c’est avant tout un soldat. Et ça, Pioli l’a bien compris. A gauche, derrière l’attaquant, en milieu gauche et même à droite lorsqu’il coulisse avec Perisic, l’international italien à 6 postes différents sur les 34 matchs qu’il a disputé. Face à Empoli, sa polyvalence explose au grand jour. Buteur malin sur le 1-0, il déborde côté gauche pour offrir un amour de centre extérieur du pied à Candreva pour le 2-0. Travailleur, bon défenseur, Eder utilise tous ses atouts pour se rendre indispensable, et ça marche.

L’avenir ?

Courtisé un temps par la Chine, Eder a préféré rester. Le départ de Palacio quasi acté cet été devrait lui permettre de conserver aisément ce rôle de joker caméléon qui lui va à merveille. Poli semble également se diriger vers des formations modulables avec une défense à 3, qui passe à 4 sur certaines phases, tandis que devant, c’est un système à deux pointes qui peut passer à 3 ou bien 4 selon les situations. Et qui de mieux qu’Eder pour s’adapter à un schéma aussi malléable ? Perisic est ailier gauche, Candreva est à droite, Icardi est uniquement buteur, Gabigol n’est pas encore prêt, Eder est l’homme à tout faire de l’Inter et ça, Pioli l’a bien compris. Face à Bologna il sera titulaire et mettra à profit ses capacités pour à nouveau briller et faire taire des critiques parfois injustifiées sur son niveau de jeu. Cette saison, il en est à 7 buts et 5 passes décisives, preuve en est qu’il n’a pas perdu son instinct.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi