Eder, l’Inter n’aurait peut-être pas du !

Par Herman Ahouande publié le 30 Mar 2016
Crédits

eder

On attendait de voir un éléphant mais il est venu avec un seul pied ; oui, un pied bien enflé ! L’espoir était ainsi grand au moment où débarquait Eder. Son aventure avec les nerazzurri, on la connait maintenant. 90 minutes de jeu dans le très chaud derby de la Madonnina 48 heures après son arrivée et depuis, les matches s’enchainent et se ressemblent pour lui. Cette première rencontre résume, à elle seule, sa situation à Appiano Gentile : une arrivée en grande pompe, la confiance de Mancini pour sa nouvelle recrue mais au bout, des résultats loin de ce qu’on pouvait espérer d’un tel transfert. Pourtant, l’Italien d’origine brésilienne avait tous les arguments pour justifier le choix de Mancini.

Un buffle dépourvu de ses cornes ?

Fort de ses 12 buts en 19 rencontres sous les couleurs de la Samp, Eder était suivi par plus d’un club. Sa signature à l’Inter était alors perçue comme le mariage parfait, unissant deux nobles projets : d’un côté, celui d’un joueur en quête d’une plus grande visibilité en vue de l’Euro et de l’autre, celui d’un club soucieux de pallier son manque d’efficacité offensive. Mais la situation a vite tourné au vinaigre et la montagne n’a finalement accouché que d’une petite souris. En neuf rencontres sous le maillot noir et bleu, l’ancien buteur doriano court toujours après son premier but. Pire, c’est son impact dans le jeu et sa capacité à faire la différence qui sont remis en cause. Mis à part son sens du but, ce sont surtout sa technique et sa polyvalence qui ont fertilisé l’engouement des dirigeants intéristes. Ces qualités semblent lui avoir échappé puisqu’il n’a plus de quoi inquiéter les défenseurs adverses et au lieu d’être une solution à l’équation offensive de Mancini, Eder est plutôt devenu une énigme de plus.

Et pourtant, ils marquent !

Dans une tentative d’explication du cas Eder, on peut évoquer le changement de club et la période d’acclimatation dont un nouveau joueur peut avoir besoin. Seulement, on se rend compte que le temps qui passe ne change rien et n’augure pas, au vue de la courbe de son parcours, un changement décisif. De plus, Eder n’est pas le seul joueur à avoir rejoint un nouveau club. Et à y voir de plus près, c’est visiblement le seul international dont le transfert est préjudiciable. La plupart des joueurs transférés à l’intersaison se sont refait une santé et certains d’entre eux ont même réussi à se mettre les supporters dans la poche. El Shaarawy, Immobile, Quagliarella sont des exemples dans ce registre et arrivent tant bien que mal à tirer leurs épingles du jeu. Même si comparaison n’est pas forcément raison, la déception des tifosi est à la taille de leurs attentes. Pendant ce temps, la Beneamata doit continuer sa lutte pour la troisième place et Eder, son combat pour retrouver ses armes avant que la poussière ne sorte de la boue !




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Herman Ahouande

Rédacteur



Derniers articles