DOSSIER : Bonucci/Caldara/Higuain, au vu du contexte actuel des clubs, qui est gagnant ?

Par François Lerose publié le 04 Août 2018

Petit rappel du contexte. Bonucci quitte la Juventus lors de l’été 2017. Un conflit en interne et une volonté de découvrir d’autres cieux. Direction le Milan AC pour un projet alléchant mené brièvement par Fassone et Mirabelli. Tué dans l’oeuf dès la phase aller de championnat et suite aux sanctions de l’UEFA (déjugées par le TAS, en attente de nouvelles sanctions, mais qui ont eu pour conséquence de sortir Li de l’organigramme au profit d’Elliott), Bonucci veut faire marche arrière. Le projet n’ayant pas abouti, le joueur souhaite retourner à la Juventus qui vient de se renforcer avec Cristiano Ronaldo pour arracher une C1. Le Milan AC quant à lui voit l’arrivée de Leonardo à la direction technique et a pour projet de récupérer Caldara dans les bagages ainsi qu’Higuain (en prêt de 18 millions avec une option à 36 millions) afin d’offrir à Gattuso le grand attaquant promis pour enfin percer en championnat.

Afin d’analyser la pertinence de cet échange, il faut prendre quatre points : le contexte actuel et les objectifs des clubs, le côté purement sportif, le financier, le long terme. Ce premier papier traitera du contexte actuel des clubs.

Une Juventus taillée pour la C1…

La saison précédente, la Juventus avait un souci en défense non négligeable. Höwedes, n’a jamais été en mesure de s’exprimer pleinement la faute à des blessures récurrentes, ce qui a poussé la Vieille Dame à le rendre à Schalke 04 à la fin de son prêt. Autre souci, le cas Benatia. Le Marocain, impulsif et irrégulier a pourtant montré de belles choses en Serie A pendant un temps. Malheureusement sa faute sur Vasquez dans les dernières minutes du quart de Champions League face au Real Madrid et son côté imprévisible lors de ses montées non contrôlées parfois jouent contre lui. Chiellini tient son poste, mais Barzagli vieillissant et Rugani toujours pas affuté ne peuvent lui tenir compagnie régulièrement. Au final, Allegri n’a que deux défenseurs de haut niveau pour une saison intense au cours de laquelle il souhaiterait passer de la défense à quatre, à celle à trois avec un socle solide.

Et malgré les réticences des tifosi de la Vieille Dame (compréhensibles), qui mieux que Bonucci pour compléter une association qui avait tant fonctionné auparavant même si du côté des rossoneri les performances du joueur ont été parfois en dents de scies ? En se séparant de Caldara pour récupérer Leo Bonucci, la Juve choisit le confirmé et le connu à l’inconnu et le pari. Dans un contexte actuel où la Juventus est encore sans rival pour le titre, ce choix paraît donc logique. Le prêt d’Higuain s’inscrit aussi dans cette dynamique. CR7 est arrivé pour prendre la place de 9, Mandzukic est également là et a montré de très belles choses la saison dernière ainsi qu’au mondial russe. Higuain était clairement poussé vers la sortie malgré les services rendus au club (les raisons financières seront évoquées plus tard). En baisse de rythme (36-24 puis 16 buts en Serie A ces trois dernières saisons), la Juventus a décidé de ne plus tabler sur l’Argentin. Et dans un objectif de victoire européenne, on ne peut que les comprendre.

…Le Milan AC veut y revenir

Pour Milan, le constat est simple. Le nouvel échec de la saison précédente et la restructuration du club  a mis en danger le mercato des rossoneri. Après un mois de recrutement, le Milan AC était avec le Chievo le seul club à ne pas présenter de recrue dans son onze type selon la Gazzetta (Halilovic, Strinic étant considérés par le journal comme des remplaçants). Alors que les autres équipes se renforcent à coups impréssionant, Milan reste sur la touche et ne peut plus se permettre de trainer, surtout avec un marché estival qui se termine le 18 août cette saison pour les arrivées. La présence actée de Leonardo et la clarification financière et de l’organisation du club via Elliott a permis de démarrer tardivement la campagne. Mais mieux vaut tard que jamais.

Pour le Milan AC, le cas Bonucci n’avait pas mille issues. Le joueur a fait clairement savoir à ses dirigeants sa volonté de partir. Malgré les déclarations de Leonardo et Gattuso à la presse pour tenter de le retenir, le choix du joueur a bien été pris en compte, comme l’indiquait le coach natif de Corigliano. Sans rentrer là aussi dans des éléments financiers qui seront évoqués plus tard dans ce dossier, l’échange avec Caldara semblait satisfaire les deux parties. Pour le Milan, c’est l’assurance de remplacer numériquement Bonucci, qui plus est par un défenseur à fort potentiel du haut de ses 24 ans. Cela va de paire avec une volonté de rajeunir l’effectif et de repartir avec des talents italiens : Conti, Cutrone, Borini, Locatelli, Romagnoli, Donnarumma … Pour le cas Higuain, le Milan ne pouvait décemment pas continuer avec André Silva ou Kalinic, fantomatiques toute la saison dernière et sans impacts réels sur le jeu de leur équipe. Il leur fallait un neuf talentueux et capable d’inscrire 20 buts en championnat. Si l’Argentin ne les a pas totalisé la saison dernière, il a le potentiel pour le faire, pour un Milan qui ne dispute que l’Europa League, l’aubaine était belle également.

Résultat : match nul

Au vu du contexte actuel et des objectifs des deux clubs, tout le monde est gagnant et personne n’y perd. La Juventus récupère Bonucci, un défenseur qu’elle connaît et qui a déjà tout prouvé avec elle. Il a encore de belles années devant lui et pourrait grandement aider dans la quête de la C1. Pour le Milan AC, Caldara est potentiellement très fort et pourrait développer de nombreux automatismes avec Romagnoli et Higuain est la valeur sure pour envisager se réveiller en championnat avec cinq ans de disette au poste de numéro 9.

A venir

DOSSIER : Bonucci/Caldara/Higuain, d’un point de vue purement sportif, qui est gagnant ?

DOSSIER : Bonucci/Caldara/Higuain, financièrement parlant, qui est gagnant ?

DOSSIER : DOSSIER : Bonucci/Caldara/Higuain, à long terme, qui est gagnant ?

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi