Destro renait de ses cendres

Par Cesco publié le 10 Déc 2015
Crédits

destro bolognaIl est de ces joueurs qui n’ont jamais eu la carrière qu’ils méritaient. Oui Mattia Destro est de cette catégorie. Ce qui est fou, c’est qu’en lisant ces premières lignes, le lecteur peu averti peu penser qu’il s’agit d’un joueur de 30 ans. Pourtant, l’attaquant italien n’a même pas le quart de siècle, 24 ans pour être plus précis mais a déjà connu 5 clubs dans sa carrière sans jamais vraiment s’imposer. Itinéraire raté ? Au mauvais endroit au mauvais moment ? Non pas forcément. S’il n’a jamais trop fait exploser les tableaux statistiques lors de ses débuts au Genoa et du côté de Sienne, ses deux années et demies du côté de Rome auraient pu être un tournant dans sa carrière. Efficace et en progression constante (29 buts en 68 matchs avec la Louve), le natif de 1991 montre réellement son potentiel à Rudi Garcia lors de la saison 2013/2014. Alors que le coach français peine réellement à lui confier les clefs de l’attaque dans son 4-3-3, privilégiant un faux numéro 9 (Totti), Destro trouve le moyen de gratter des minutes. 1238 pour être exact. Ses statistiques sur cette fourchette de temps sont impressionnantes : 13 buts et 1 passe décisive, ce qui fait 1 but toutes les 95 minutes. Un des meilleurs ratios d’Europe avec Morata à l’époque (qui évolue alors au Real Madrid). Seulement voilà, tout n’allait pas être si simple.

Bologna comme sauveur, Handanovic son malheur

Débuter en Serie A au début de la vingtaine, c’est un gros challenge. D’autres le diront. Et malgré ces bonnes statistiques, Destro n’arrive pas à s’imposer la saison d’après à la Roma. Alors que Rudi Garcia l’écarte petit à petit de ses plans sans réelles explications plausibles, le joueur formé à l’Inter termine chez le rival milanais pour un prêt qui malheureusement ne donnera pas grand chose (3 buts en 15 matchs). Alors que les grands d’Italie n’ont jamais réussi à lui accorder leur confiance sur le long terme (à tord ?), c’est à Bologna que l’international italien décide de rebondir, dans un club qui vient d’arriver en Serie A cette saison. Après un début de saison difficile qui le voit cristalliser les critiques, Destro passe près du cauchemar face à l’Inter, son club formateur. Alors que Delio Rossi, agacé par son manque d’efficacité (0 buts sur les 5 premières titularisations) décide de le mettre sur le banc, il rentre à 5 minutes de la fin et manque un face à face crucial avec Handanovic (qui sort aussi un bel arrêt) à bout portant dans les arrêts de jeu.

La relance Donadoni

Ce match aurait pu être celui qui scellerait le sort d’une nouvelle saison loupée pour l’attaquant italien, mais les dieux du Calcio en décident autrement. Delio Rossi limogé, c’est Roberto Donadoni qui arrive sur le banc des rossoblù. Une question de karma ? Qu’importe puisque l’arrivée de l’ancien sélectionneur de la Nazionale transforme le club qui retrouve des couleurs. Destro récupère illico son poste de titulaire et retrouve comme par magie la qualité que l’on avait entrevu à la Roma il y a quelques saisons. Sur les 4 derniers matchs, Bologna a obtenu 3 victoires et 1 nul. Sur ces bons résultats, Mattia Destro n’est pas innocent puisqu’il marque 4 buts et délivre une passe décisive. À 24 ans seulement, celui qui pourrait retrouver l’équipe d’Italie avec de telles performances s’offre une seconde chance, avec un entraineur qui contrairement aux autres, lui a accordé une confiance de chaque instant. La clé du succès est peut être à chercher par là.




🔥 Les sujets chauds du jour :

L’Inter Miami fait une offre à la Juventus pour Weston McKennie

Le Milan AC pousse pour Strahinja Pavlovic

Nuno Tavares vers la Lazio ?

Leicester fait une offre alléchante à la Juventus pour Matias Soulé

Le Milan AC cible Strahinja Pavlovic

Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles