La descente aux enfers de Juan Jesus

Par Louis De Brondeau publié le 02 Oct 2016
Crédits

Juan Jesus

Des débuts remarqués

Le moins que l’on puisse dire c’est que les débuts de Juan Jesus avec l’AS Roma ne sont pas passés inaperçus. Prêté par l’Inter en échange de 2 millions d’euros pour palier les départs de Zukanovic, Gyömbér et la blessure de Rüdiger, le défenseur brésilien ne donne pas du tout satisfaction. Trop lent et pas assez technique pour jouer arrière gauche, trop peu solide pour jouer en défense centrale, l’ancien nerazzurri est baladé entre ces deux postes en fonction des besoins. Malheureusement Luciano Spalletti ne croule pas sous les solutions et se voit donc obligé de titulariser Juan Jesus, surtout que son compatriote et concurrent Emerson Palmieri a réussi l’exploit de faire pire que lui.

En moyenne, Juan est le 2ème joueur le moins bien noté par la presse italienne. Résultat, la défense de la Roma parait totalement fébrile avec déjà 13 buts encaissés toutes compétitions confondues et une 10ème place au classement des défenses de Serie A. Il n’est cependant pas le seul responsable de cette faillite défensive, en effet les trois matchs que la Roma a joué sans lui se sont soldés par deux défaites (contre le Torino et la Fiorentina) et un nul concédé contre Cagliari alors que la Louve menait 2-0. Quoi qu’il en soit, le recrutement de Juan Jesus s’apparente donc de plus en plus à une énième erreur de casting défensif pour la Roma. Seul point positif, l’attitude du joueur qui malgré ses énormes lacunes dégage beaucoup d’envie et ne se plaint jamais. Nul doute qu’avec les retours d’Antonio Rüdiger et Thomas Vermaelen tout deux prévus pour fin octobre, le temps de jeu du numéro 3 de la Roma va considérablement se réduire. Si ses performances ne s’améliorent pas, il devrait même s’enfoncer un peu plus profondément sur le banc avec le retour de blessure de Mario Rui prévu pour décembre.

Une saison décisive ? 

Ce qui est d’autant plus inquiétant c’est que depuis plusieurs saisons, le Brésilien ne semble plus progresser. Après des débuts prometteurs avec l’Inter, qui l’avait acheté 3,8 millions d’euros à l’Internacional Porto Alegre, il a commencé à stagner et même pire : à régresser. Largué par l’Inter où il avait perdu sa place de titulaire, le défenseur pensait se relancer du coté de la capitale. De plus Jesus n’est plus un jeune espoir, à 25 ans il a atteint l’âge de la confirmation, un statut qu’il ne semble pas pouvoir assumer. Il n’a toujours pas été convoqué pour une compétition officielle avec le Brésil, et il s’en éloigne de plus en plus. En Juin dernier il déclarait qu’il pourrait aussi jouer pour l’Italie en cas de convocation en Nazionale, une déclaration qui doit faire sourire Giampiero Ventura, à la vue des performances du défenseur giallorosso. Jesus est désormais à un moment charnière de sa carrière, la saison qui décidera s’il devient un bon défenseur de Serie A, digne d’un grand club, ou simplement un espoir déchu seulement apte à jouer les seconds couteaux. C’est mal parti pour le moment mais après tout on ne sait jamais, Jesus peut toujours ressusciter, sans mauvais jeu de mots. 




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Louis De Brondeau

Rédacteur



Derniers articles