Demme, l’autre Diego du Napoli

Par Florian Giunta publié le 22 Mar 2020

17 mars 2020, 13h00. Toute l’Italie se confine. Sur fond de batterie et de guitares saturées, ce jeune homme, sur sa terrasse, vêtu du short kaki des militaires américains n’est autre que Diego Demme. Le community manager du compte twitter du Napoli qui dévoile cette courte vidéo a même surnommé l’acteur principal « Van Demme » tant l’Allemand de 28 ans dégage de la testostérone. On ne s’étonne plus que ce milieu de terrain défensif plaise tant à Gattuso. Qu’est venu faire ce taulier du RB Leipzig en Campanie et que dire de ses premiers mois ?

Naples, le choix du coeur

C’était en février 1991 que Diego Maradona a inscrit son ultime but avec le Napoli. C’est le 3 février 2020 que Diego Demme a inscrit son premier but avec le Napoli. Clin d’oeil d’autant plus saisissant que marquer n’est pas son job (deux buts chez les pros). Après Bielfeld et Paderborn, ce milieu défensif s’est aguerri à Leipzig avec qui il a rudoyé nombre d’adversaires de la troisième division allemande à l’élite depuis 2016. Pourquoi quitter un club jeune, ambitieux car biberonné aux euros de la société Red Bull ? Pourquoi quitter l’Allemagne quand on n’a qu’une sélection, en 2017, contre Saint-Marin ? Pour papa. Papa, italien et tifoso du Napoli. Sa mère voulait l’appeler Fabio, comme Cannavaro. Mais ce sera Diego, comme… Diego débarque aussi au San Paolo pour Gattuso qu’il admire et dont il loue l’agressivité, l’esprit d’équipe. Diego vit son rêve bien éveillé mais reste les pieds sur terre : « Je ne veux être comparé à Maradona en aucune manière car il est le meilleur joueur du monde » dit-il à Sky Sport. A la mode napolitaine, Diego use du lexique des sentiments. S’il regrette d’être parti de Leipzig ? Il répond : « Ils m’ont tant donné » à la Gazzetta dello Sport. On ne sait pas jusqu’où iront les liens avec De Laurentiis mais ce dernier a dénoué ceux de son porte-monnaie pour lâcher 12 millions d’euros ce 11 janvier 2020.

Déjà indispensable pour Gattuso

Difficile de parler de bilan en deux mois de compétitions et dix matchs officiels (un de Champions League, deux de Coppa Italia et sept de Serie A). Est-il le joueur qui va équilibrer le 4-3-3 de Gattuso en ratissant tous les ballons possibles devant sa défense ? S’il est impossible de l’étalonner le 14 janvier pour ces 25 premières minutes en Coppa Italia, ses performances le révèlent d’ores et déjà indispensables. Déjà. Pour son premier gros match (comme titulaire) fin janvier contre la Lazio, il a étouffé les Romains en pressant constamment. Il a su accélérer et ralentir le jeu à propos et il parfaitement géré le changement tactique quand Gattuso est passé en 4-4-1. Quelques jours plus tard en championnat, il a été l’un des artisans de la victoire de son équipe face à la Juventus (2-1). Demme n’aura sans doute jamais la science du placement de Jorginho mais il a fait tourner Pjanic et Dybala en bourrique en étant toujours là où il fallait. Deux victoires napolitaines contre deux adversaires redoutables et Diego n’y est pas pour rien. Intégration rapide et réussie de ce petit modèle : 1,72 pour 70 kilos. Et que dire de cette entrée à moins d’une demi-heure du terme lors de Sampdoria-Napoli. Il a stabilisé son milieu de terrain et en marquant le troisième but de son équipe, il est le second Diego a marquer pour le Napoli. De plus, Demme a trois poumons (et deux pieds, d’ailleurs il sait se servir des deux). Il l’a montré contre Barcelone poursuivant sans relâche ses adversaires. Auteur d’une première mi-temps époustouflante, il a surtout impressionné durant les phases de non-possession du ballon.

A l’issue de son hospitalisation en psychiatrie en 2004, Diego Maradona disait « Certains se prenaient pour Napoléon mais personne ne m’a cru lorsque je disais que j’étais Diego Maradona ». Demme sait qui il est. Il veut devenir le Diego Demme de Napoli et avec de tels débuts, il n’y a pas que papa pour l’en croire capable.

Florian Giunta



Lire aussi