Retour sur l’aventure de De Sciglio avec le Milan AC : de Maldini à banni !

Von Matthieu Pianezze veröffentlicht am 24 Jul 2017
Kredite

Des débuts idylliques et un horizon doré

Après des saisons pleines dans les catégories de jeune, Mattia De Sciglio va débuter en Champions League en 2011 à 19 ans seulement dans un match de poule face à Plzen. L’entraineur de l’époque Max Allegri voit en lui un futur grand capable de jouer à droite à gauche et dans l’axe de la défense. Dès la saison suivante il va s’appuyer sur Mattia pour en faire un titulaire indiscutable au plus grand bonheur des tifosi et des journalistes qui lui affublent le terrible sobriquet de « Nouveau Maldini ». Pas impressionné du haut de ses 20 ans, il enchaine les prestations de qualité dans une équipe qui visera jusqu’au bout le Scudetto. Sa maturité épate. Sans être flamboyant il est régulier et dompte la petite concurrence dans le couloir gauche (Antonini, Mesbah, Constant). L’immense Paolo Maldini lui même se montre surpris par les qualités du gamin rossonero « J’aime beaucoup voir jouer De Sciglio, et notamment la façon qu’il a de se rendre disponible sur son aile et de prendre ses responsabilités. Il a en plus l’avantage, de pouvoir évoluer avec un entraineur qui lui fait confiance et le fait progresser ». Après un Euro 2012 réussi, le sélectionneur de la Nazionale lui offre même une première convocation en aout avant une première sélection en mars 2013. Il sera nommé dans l’équipe type de l’année de Serie A pour l’année 2013 et son avenir en Lombardie semble radieux.

Les blessures, les déceptions et la fin de l’histoire

La belle machine va malheureusement s’enrayer tout doucement. A partir de la saison 2014/2015 les pépins physiques vont s’accumuler en même temps que des résultats de plus en plus indignes pour le AC Mailand qui n’arrive plus à jouer les premiers rôles en Serie A. Son expulsion au bout de 43 secondes face au Napoli en mai 2015 semble faire extrêmement de mal à De Sciglio qui verra poindre des critiques de plus en plus acerbes de la part des tifosi. Le brassard de capitaine donné par Mihajlovic quand Abate et Montolivo ne jouent pas lui n’arrange rien et ajoute une pression difficile à supporter. Inconsistant défensivement et n’apportant quasiment plus rien offensivement ses prestations quelconques s’enchainent de manière inquiétante.

En mars 2016, il affiche le nombre de 100 matchs joués avec son club de coeur et malgré cela les premières esquisses d’un Weiterleitung vers la Juventus et Max Allegri pointent le bout de leurs nez. De Sciglio s’offre une bouffée d’oxygène à l’Euro 2016 où Conte semble tirer la quintessence de son latéral gauche. Revenu gonflé à bloc pour attaquer la saison 2016/2017 sous la houlette de Montella, les belles prestations de l’Euro vont vite faire place à des rencontres décevantes ou Mattia semble incapable de monter en régime hormis une bonne finale de Supercoppa. La fin de saison sera un long chemin de croix entre banc de touche et perte de confiance. L’agression verbale de ses parents à la sortie de San Siro, après une horrible défaite face à Empoli, apparait comme le coup de grâce pour un joueur qui ce compte pas prolonger son contrat se terminant en 2018. Dès lors, son départ cet été semblait tout proche, et le transfert de Bonucci vers le Milan AC a activé son départ vers la Juventus où il retrouvera un coach qui l’adore. Il parait que les histoires d’amour finissent mal … en général.





Avatar

Matthieu Pianezze

Redakteur



Neueste Artikel

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.