De San Siro au toit de l’Europe : les rescapés du désastre de 2017

Par Ben Soffietti publié le 14 Juil 2021
Crédits

Dimanche soir, en finale de l’Euro, la Nazionale a battu l’Angleterre au terme d’une séance de tirs aux buts insoutenables. Un vainqueur surprise, puisqu’il y a trois ans, Mancini a récupéré une équipe en ruines, suite à sa non-qualification pour la Coupe du Monde 2018. Petit à petit, il a construit un groupe complet et soudé. Pour son chantier, il Mancio n’est pas totalement reparti de zéro, puisque dix des 26 joueurs champions d’Europe ont pris part au désastre de San Siro, une funeste nuit de novembre 2017. Et dimanche, ces dix joueurs ont éprouvé un grand bonheur de soulever le trophée Henri Delauney, quatre ans après ce grand traumatisme.

Bonucci et Chiellini, déjà incontournables

Lors du double affrontement contre les Suédois, ils étaient cinq de l’effectif actuel à démarrer le match: parmi eux, Bonucci et Chiellini. Ventura s’appuie alors encore sur le 3-5-2 qui a permis un an plus tôt à Conte de hisser la Nazionale en quart de finale de l’Euro 2016. La BBC demeure une défense expérimentée, mais il semble évident qu’elle est proche du déclin, ce sera même la dernière apparition de Barzagli, l’avant-dernière de Buffon. Même Chiellini montrait de signes de fatigue. Or, en 2021, tout au long de l’Euro, King Kong a été au sommet de son art, mêlant puissance et roublardise, passion et leadership. À ses côtés, Bonucci, à la peine en club depuis deux saisons, retrouve toutes ses qualités, précieux défensivement, précis dans la relance. Presqu’une évidence que ce soit lui qui égalise en finale.

Florenzi avait pris part au match retour comme piston. Très apprécié pour sa capacité à multiplier les efforts, il est régulièrement convoqué et a porté 20 fois le maillot azzurro depuis la prise de fonction de Mancini, étant même titulaire pour le match d’ouverture.

Jorginho faisait ses premiers pas

Si Verratti était déjà présent lors de la Coupe du Monde au Brésil et fêtait sa 24ème sélection contre la Suède, Jorginho était, à cette époque-là, un nouveau visage de la Nazionale. Il vit même sa première titularisation au match retour contre les Scandinaves. Pour sa troisième sélection, le joueur du Napoli remplace De Rossi en regista et compose le milieu avec Candreva et Parolo, Verratti étant suspendu après avoir été averti au match aller.

Après le désastre, Mancini choisit l’Italo-brésilien pour en faire un élément clé de son 4-3-3. Pour preuve, il a disputé tous les matchs de l’Euro et n’est sorti qu’en fin de match contre le Pays de Galles. Jorginho et Verratti ont disputé 17 matchs ensemble et forment avec Barella, un milieu tout-terrain.

Immobile-Belotti, déjà les mêmes maux

Dans les 26 de Mancini, quatre offensifs étaient présents lors du match de 2017. Les deux bomber, Immobile et Belotti, sont titularisés ensemble au match aller, dans le 3-5-2. Inoffensif, Belotti est remplacé par Gabbiani au match retour pour un résultat similaire : zéro but. Pour Immobile, présent au Mondial 2014 et à l’Euro 2016, il s’agit d’une 30ème sélection, mais déjà, son inefficacité pesait sur le destin de l’Italie. Auteur de quinze buts avec le maillot azzurro, il continue pourtant de porter l’attaque de la Nazionale, Mancini n’ayant pas forcement de nombreuses autres options.

Dans ce schéma choisit par Ventura, il était difficile pour les ailiers de s’exprimer. Ainsi, Insigne et Bernardeschi se sont contentés chacun d’une entrée en jeu. Désormais, le Napolitain de poche est un leader de la Squadra Azzurra. De son côté, le Bianconero parvient toujours à se montrer incisif en sélection malgré des prestations inquiétantes en club. Il a même été utilisé 21 fois par Mancini, dont quatre fois durant l’Euro, ne tremblant pas un instant au moment de transformer ses tirs aux buts contre l’Espagne et l’Angleterre.

Enfin, le dixième joueur présent en 2017 est Donnarumma. Doublure de Buffon, il n’avait logiquement pas joué mais il est actuellement le rempart numéro 1 de la Nazionale. Pour terminer, Calciomio a une petite pensée pour le regretté Davide Astori, présent contre la Suède, qui a dû savourer de là-haut, ce titre azzurro.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.