Daniele Rugani, l’heure du déclic sous Sarri ?

Par Louis Megel publié le 09 Juil 2019

Il fait partie de ces nombreux joueurs formés en co-propriété entre deux clubs. Daniele Rugani appartient à la Juventus mais poursuit sa formation en Toscane, du côté de Empoli. C’est là que ce défenseur à l’allure de premier de la classe découvre le monde professionnel. Notamment grâce à une personne, son coach à l’époque, qui n’est autre que Maurizio Sarri, c’est sous sa coupe que Rugani va nourrir les espoirs du Calcio et attirer la convoitise de la Juve.

La révélation

Premier match de la saison 2013-2014, 11 aout, Empoli affronte Sudtirol au 2ème tour de la Coppa. À peine âge de 19 ans Daniele Rugani est aligné en défense central par Maurizio Sarri, les toscans s’imposent 5-1 et vont lancer une magnifique saison de Serie B. En effet, les Azzurri vont parvenir à la seconde place du championnat synonyme d’accession directe à l’élite du Calcio. Durant cet exercice notre tout jeune Daniele va crever l’écran en étant titulaire dans 40 des 42 rencontre récoltant un seul carton jaune et se permettant le luxe d’inscrire son premier but chez les pros. La cause de ses absences ? Deux sélections en Italie U21. Avec la montée en Serie A, on peut s’attendre à ce qu’Empoli s’appuie sur des joueurs expérimentés, notamment en défense, afin d’acquérir le précieux maintien le plus tranquillement possible. Mais le scénario sera tout autre, Sarri va placer son entière confiance en son jeune défenseur. Pour preuve, Rugani jouera les 38 matchs dans leur intégralité pour sa première saison dans l’élite ! Confiance rendue ? On peut dire que oui car avec le maintien en poche, sur le plan individuel Daniele aura inscrit 3 pions sans prendre un seul carton. C’est après ça que les dirigeants de la Juve vont se décider à rapatrier le jeune défenseur pour en faire un héritier de la BBC (Barzagli, Bonucci, Chiellini).

Ne pas bruler les étapes

Rugani revient en terre turinoise à l’été 2015, après la splendide saison de la Juve, remportant le Scudetto et finaliste de Champions League. Malgré ça, la direction turinoise fait face à un gros ménage dans l’effectif et démarre très mal la saison. Max Allegri préfère donc s’appuyer sur les fondamentaux afin de redresser la barre. Les fondamentaux à cette période ne sont autre que l’indétronable BBC. 35 maigres minutes en 2015 avant d’enchainer 9 titularisations de suite en fin de saison. Sur les 4 saisons suivantes l’éternel espoir n’arrive pas à s’imposer comme un titulaire. S’il est capable de très bonnes périodes et de matchs intéressants, Rugani s’est aussi fait remarquer pour sa timidité et son manque de caractère. Ses 87 matchs en 4 saisons, soit un peu plus de 21 matchs par an, laissent un gout d’inachevé. Un jeune si précoce et plein d’assurance comme il l’était à Empoli éprouvant une sorte de pression qui l’empêche de développer ses qualités, est assez frustrant pour les observateurs de la Juve et du Calcio. Malgré les balbutiements du juventino, un homme n’a cessé de tenter de l’enrôler dans ses clubs. Maurizio Sarri a tenté à Naples puis à Chelsea de l’attirer, refus catégoriques de la Juve qui a d’ailleurs récemment prolongé son contrat jusqu’en 2023. Exit Benatia, Caceres et son mentor Barzagli ajoutées à l’avancée en âge de Chiellini et la saison moyenne de Bonucci. Rugani aura sans aucun doute une marge de manoeuvre intéressante pour se faire remarquer. Seule la probable arrivée de De Ligt est en apparence dangereuse pour lui. Mais la saison est longue, les matchs s’enchaineront et il parait fort logique que Sarri va tenter de relancer la dynamique de son numéro 24 avant l’Euro 2O2O où une place sera à gratter.

Louis Megel



Lire aussi