Daniele De Rossi, le centurion

Par Théo Rizzo publié le 14 Mai 2019

C’est arrivé comme ça, sans vraiment prévenir. À l’image de la faucheuse qui vient prendre un être cher, le poids des années et les blessures à répétition auront eu raison de la permanence de Daniele De Rossi à Rome. Beaucoup de tifosi chuchotaient son départ, mais aucun de ceux-ci ne souhaitaient vraiment y penser. Tout le monde s’attendait à une autre saison. En vain. Aujourd’hui, la confirmation vient de tomber. Il « nuovo » Capitano s’en ira à l’issue du match face à Parma. Après Totti il y a deux ans, la louve perd un nouveau pilier. Un immense capitaine.

Une véritable bandiera

Le 30 octobre 2001. Une date qui a vu naître Daniele De Rossi dans le monde professionnel. Une entrée en Champions League face à Anderlecht avec l’AS Roma, sa Roma. Parce qu’au fil du temps, le milieu de terrain romain ne va cesser de dévoiler son amour pour son club de cœur. Par l’intermédiaire de ses prestations de haute voltige, sa régularité et sa grinta démesuré, le numéro 16 italien a mis à genoux tous les amoureux du foot. Des performances qui lui ont ouvertes de nombreuses portes. Toutefois, malgré un manque de titres flagrant en club, le natif d’Ostia va à chaque fois refuser les avances des plus grandes équipes d’Europe. Quelque chose de notable et d’exemplaire, à une époque où le terme « mercenaire » prenait tout son sens. Finalement, deux ans après avoir repris le flambeau d’une autre légende romaine, le nouveau capitaine décide d’un commun accord avec la louve de mettre un terme à sa fabuleuse épopée. Parce qu’au delà des titres manqués (9 fois vice-champion de Serie A) tantôt dans les derniers instants de la saison, tantôt dans des grands rendez-vous, Danièle De Rossi laissera quelque chose de plus grand derrière lui. Des valeurs, des batailles, un amour impérissable. Comme il a pu le déclarer dans une interview : « J’ai un seul regret, celui de ne pouvoir donner à la Roma qu’une seule carrière. »

Ciao gladiatore !

615. C’est le nombre de fois que le milieu relayeur a endossé le maillot de la Roma. Finalement, au bout de 18 saisons, il est temps de dire « au revoir » au gladiateur romain. Pallotta a annoncé ce matin que les portes du club lui seront toujours ouvertes, mais le joueur aurait d’autres projets. Celui de partir jouer en dehors de l’Europe, comme il avait pu le déclarer à plusieurs reprises. Peut-être en MLS, peut-être ailleurs, il n’est pas encore temps de se poser la question. Parce qu’il reste encore deux matches à De Rossi pour démontrer qu’il est un joueur exceptionnel, parce qu’il reste deux matches à son équipe de cœur pour aller accrocher une quatrième place inespérée. Ensuite, l’Italie pleurera le départ d’un joueur comme il n’en existera certainement plus. Un joueur qui exulte à chaque victoire comme si celle-ci était la dernière. Un homme qui va mal quand son équipe va mal, un homme qui a vécu 18 ans à travers une équipe ancrée dans ses tripes. Dans tous les cas, une chose est certaine : la légende romaine restera à jamais dans les mémoires de tous les tifosi romains.

Théo Rizzo

Rédacteur



Lire aussi