D’Ambrosio, l’impromptu

Par Giuliano Depasquale publié le 13 Mai 2016

D'Ambrosio

Chouchou de Mazzarri dans son 3-5-2 les saisons dernières, puis conservé par Mancini le reste de l’exercice précédent, D’Ambrosio avait étrangement disparu des radars les premiers mois du championnat 2015/2016. Sur le banc aux profits de Telles, Santon, ou même Montoya, il n’est lancé sur le terrain qu’à de rares occasions et ne parvient pas à donner à tort à Mancini, qui décide de le laisser de côté jusqu’à la trêve hivernale. À vrai dire, il faut attendre le 14 février pour voir D’Ambrosio tenter de reconquérir le cœur de son cher coach. Mais il n’entre en jeu qu’à la fin et ne parvient pas à empêcher le but fatal de Babacar (2-1). Heureusement pour lui, le Mancio semble enfin reconnaître qu’il est temps de lui redonner du temps de jeu et lui offre une titularisation lors des journées suivantes. Le plus souvent utilisé à droite il prouve qu’il est capable d’apporter la même présence offensive que Telles lorsque celui-ci est absent, et se concentre davantage sur la défense lorsqu’il est aligné sur le côté opposé du Brésilien. Ses nombreuses montées lui valent d’ailleurs un but contre la Sampdoria (3-1) et un autre, en plus d’une passe décisive, face à Bologne (2-1). Mancini cherchait donc son défenseur latéral de référence en de nouvelles recrues, alors qu’il se trouvait déjà dans l’effectif. On pourrait imaginer qu’il a considéré l’ancien joueur du Torino comme un résidu de la tactique employée par Mazzarri, pour laquelle il avait besoin d’un terzino de qualité. C’est donc une belle surprise de voir D’Ambrosio s’imposer à un poste plus reculé, et surtout plus classique, même s’il a les capacités pour venir en aide au secteur offensif.

Allô M. Conte ? C’est Danilo…

« La Nazionale ? J’y crois », avait avoué l’interiste en mars passé au micro d’Inter Channel. Et il a bien raison d’y croire le D’Ambrosio, vu les circonstances actuelles. Dans un système en 3-5-2 ou en 3-4-3, il aurait tout à fait sa place, étant, à la base, un terzino. Il ne faut pas non plus oublier qu’il s’est fait remarquer auprès des grands clubs de Serie A alors qu’il évoluait dans le couloir gauche du 3-5-2 de Giampiero Ventura. Sa polyvalence n’est certainement pas à négliger, puisqu’il est aussi bien capable d’occuper le côté droit comme le gauche, et même dépanner au centre si la situation le requiert vraiment. Alors que Darmian s’est blessé à la cheville le week-end passé avec Manchester United, il est probable qu’Antonio Conte fasse appel au nerazzurro au cas où l’ancien granata devait déclarer forfait pour l’Euro. Mais les possibilités sur les côtés sont nombreuses, avec De Sciglio, Candreva, Florenzi ou encore Antonelli et Bernardeschi. Tout dépendra donc de la manière dont Antonio Conte va analyser les prétendants, sachant que, en dehors de Florenzi sur le côté droit, D’Ambrosio serait le plus utile sur la gauche, vu son rendement actuel avec l’Inter et son expérience à ce poste. Une tactique plus offensive pourrait bien être envisagée, Bernardeschi, Bonaventura et Candreva étant dès lors les favoris, mais, encore une fois, le Napolitain de 27 ans possède un bagage offensif intéressant qui pourrait finalement faire pencher la balance en sa faveur. Puis, un Euro, ce serait sympa comme première sélection avec l’équipe première de l’Italie.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi