Cout d’arrêt pour Alexis Sanchez

Par Cesco publié le 15 Oct 2019

Sorti de l’enfer de Manchester United, Alexis Sanchez arrivait en prêt à l’Inter pour montrer qu’il n’avait rien perdu de son talent, lui qui a explosé du temps de l’Udinese de Toto Di Natale. Manque de chance, la trêve internationale est passée par la pour lui rappeler que le chemin ne sera pas si simple.

Une arrivée prudente

Quand il arrive à l’Inter, son duo retrouvé avec Lukaku fait saliver les observateurs. Pourtant, il n’en est rien puisque Lautaro Martinez, en avance dans les automatismes et dans la condition physique truste la place de numéro 2 aux côtés du géant belge. Pourtant, Antonio Conte se montre patient bien qu’il compte sur son attaquant chilien. En effet, le début de saison n’est pas si reluisant, puisqu’Alexis ne se fait voir que par intermittences. Sa première entrée convaincante face à Udinese lui vaut presque un but, mais il faut attendre le match face à la Sampdoria fin septembre dernier pour le voir titulaire avec Lautaro.

Lukaku amoindri, le Chilien voit sa chance à portée de main. Il la saisit d’abord en détournant une frappe de Sensi du dos dans les buts d’Audero, puis en inscrivant un véritable but de renard à la réception d’une frappe manquée, toujours de Sensi. La suite est cocasse, une simulation en début de seconde période et une suspension pour le match contre la Juventus qui force Antonio Conte à revoir ses plans pour les matchs décisifs arrivant. Une fois sa sanction purgée, Alexis Sanchez se devait d’être titulaire face à Sassuolo. Manque de pot la encore.

La blessure et les doutes

Pendant la trêve, le Chili affrontait la Colombie. Alexis Sanchez part dans ses dribbles et passe Cuadrado qui en tendant la jambe lui accroche la cheville qui semble prendre une mauvaise direction. Le constat est sans appel : luxation de la cheville gauche avec ligaments touchés. Une opération pourrait être nécessaire et l’on parle déjà de 3 mois d’arrêt et d’une reprise du jeu en 2020. Si financièrement, l’Inter n’est pas pris à contre courant en raison du prêt gratuit du joueur par Manchester et du salaire payé à plus de 50% par le club anglais, c’est dans la profondeur de banc que celle ci est prise à défaut.

Alors que Dzeko n’est pas venu, Conte tablait sur Lukaku, Martinez, Sanchez et Politano pour constituer son quatuor offensif. Si Politano peut s’avérer utile en joker, l’absence de Sanchez risque de peser au moment d’aborder un calendrier crucial, notamment en Europe avec une double confrontation face à Dortmund décisive pour l’avenir du club en Champions League. Si au premier abord, la sonnette d’alarme ne semble pas être de mise, Conte devra bien jongler avec son effectif qui bien que renforcé, comporte quelques lacunes encore. Et si Esposito pointait à nouveau le bout de son nez pour remplacer le Chilien ? Rien n’est moins sûr. Quant à Alexis, son retour attendra 2020 en espérant qu’El Nino Maravilla puisse revenir à 100% pour prouver aux nerazzurri qu’il vaut la peine d’être recruté l’été prochain.

 

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi