Coupe du Monde 2019 : l’Italie à la dernière minute !

Par Aurélien Bayard publié le 09 Juin 2019

C’est le jour J pour les Azzurre ! Dans un groupe relevé en présence de l’Australie, du Brésil et de la Jamaïque, nous espérons voir nos italiennes passer ce premier tour. Elles avaient donc fort à faire face aux Maltidas, 6ème nation mondiale.

5ème au premier ballon d’or féminin, Samantha Kerr devait être surveillée comme le lait sur le feu. Naturellement, c’est elle qui offre la première frayeur sur les buts de Giuliani mais sa tête ne trouve pas le cadre.  Les Australiennes sont bien rentrés dans la partie mais l’Italie n’est pas en reste. Les Azzurre pensent même ouvrir le score six minutes plus tard. Suite à un contre parfaitement négocié, Girelli est trouvée dans le dos de la défense et trompe Williams. Mais comme pour la France, la VAR intervient et annule ce but pour un hors-jeu pas flagrant. L’Australie décide d’accélérer, surtout sur le côté droit grâce à Carpenter. A la 22ème, elle centre vers Kerr, Sara Gama retient par le maillot l’attaquante des Maltidas et provoque un penalty. Kerr se fait justice elle-même mais elle doit s’y reprendre à 2 fois. Giuliani était partie du bon côté mais elle repousse directement sur Kerr.  Les italiennes n’abdiquent pas pour autant et se lancent dans la quête de l’égalisation. Mauro obtient une belle occasion mais Williams se jette bien et l’attaquante italienne était signalée hors-jeu. La connexion Carpenter-Raso continue de fonctionner et une belle combinaison entre les deux permet un centre vers la tête de Logarzo encore bien repoussée en corner par Giuliani. Le corner ne donne rien. La mi-temps est sifflé et les vingt-deux actrices rentrent au vestiaire

Les Maltidas repartent avec de belles intentions et Samantha Kerr pense même doubler la mise à la 55ème mais elle aussi était hors-jeu. 1 minute plus tard, l’expérimenté Polkinghorme se fait subtiliser la balle par Bonansea devant sa surface . L’attaquante italienne fonce vers le but de Williams, efface d’un crochet Kennedy et frappe en glissant. Par chance, la balle passe entre les jambe de Van Egmond et franchit la ligne. Revigorée par ce but, l’Italie commence fortement à croire en ses chances. Malheureusement le jeu se hache à cause des fautes de plus en plus nombreuses et au hors-jeu des attaquantes italiennes. Il faut vraiment attendre la 80ème minute pour revoir une occasion de but. Sabatino reprend un centre du pied droit, Williams s’interpose mais repousse dans les pieds de l’attaquante italienne. D’un dribble elle se débarrasse de son vis à vis et décoche une frappe dans les filets. La joie des italiennes est immense mais pas autant que la déception immédiate : il y a de nouveau hors-jeu. Les australiennes commencent à comprendre qu’elles jouent surtout à se faire peur et tentent de remporter cette partie durant les arrêts de jeu. A la 91ème, Kerr se faufile dans la surface transalpine mais son centre est détourné par Gama. 1 minute plus tard, la défenseure concède un coup-franc dangereux que Van Egmond s’en va botter. Encore une fois Giuliani s’interpose alors que De Vanna était juste derrière. La fin du temps additionnel approche et les Azzurre obtiennent un dernier bon coup-franc. Cernoia le tape vers le second poteau, Williams se troue et Bonansea pousse la balle dans les buts australien ! C’est le but de la délivrance et de la victoire pour les italiennes. Les Maltidas tentent tout de même d’arracher le match nul mais après un corner mal géré, le coup de sifflet final retentit.

A l’instar des hommes en 2006, l’équipe d’Italie s’impose à la toute fin de match contre l’Australie. Cela faisait vingt ans que l’équipe féminine n’avait pas remporté une victoire en Coupe du Monde, fait réparé de fort belle manière. Bonansea a fait un bon match en marquant un doublé mais si les espoirs italiens ont été présents tout au long de la partie, c’est grâce à Laura Giuliani. Maintenant il faudra assurer contre la Jamaïque pour passer au tour suivant.

Australie 1-2 Italie : Kerr 22′ pour l’Australie, Bonansea 56′ et 90+5′ pour l’Italie

Aurélien Bayard



Lire aussi