Coupe du Monde 2018 : le bilan des uruguayens de Serie A

L'Uruguay a disputé 5 matchs lors de la Coupe du Monde 2018 et s'est faite éliminer par l'équipe de France en quarts de finale. Son bilan est de 4 victoires et une défaite.

Par Rémi Falvo publié le 10 Juil 2018

Lucas Torreira – Sampdoria (5 matchs) : Remplaçant, il entre en cours de partie pour les deux premières rencontres, face à l’Egypte puis face à l’Arabie Saoudite. Dès lors, il disputera tous les matchs qui suivent et ce dès le coup d’envoi. Il a convaincu Oscar Tabarez de lui accorder sa confiance, ce qui n’était pas gagné d’avance pour ce joueur de 22 ans en concurrence directe avec des joueurs plus expérimentés, dont la condition physique a pu faire défaut sur le long terme, comme Cristian Rodriguez. Bilan positif pour le milieu de terrain, il a su saisir sa chance et apporter tout ce qu’il pouvait à son équipe.

Diego Laxalt – Genoa (4 matchs, 1 but) : L’ailier du Genoa est sans nul doute l’Uruguayen qui a su le mieux saisir l’opportunité de la Coupe du Monde pour se faire connaître du grand public. Et pas seulement grâce à ses tresses, mais plutôt à sa vivacité, et son aisance à éliminer ses vis à vis. Il ne dispute pas le premier match, mais à partir du moment où il entre en jeu face à l’Arabie Saoudite lors de la deuxième rencontre de son équipe, il jouera tous les matchs. Il s’offre même un but face à la Russie sur une frappe contrée, qui, bien que chanceuse de terminer au fond, témoigne de la volonté du Génois de prendre ses responsabilités au sein de sa sélection nationale. Malheureusement, la belle histoire s’arrête face à la France, où il est totalement englouti par le collectif français.

Matias Vecino – Inter (5 matchs) : Sa coupe du monde est à l’image de sa saison à l’Inter, Vecino abat un ravail très ombragé. Ce n’est pas le type de joueur que l’on retrouve dans les « highlights » sur YouTube après les matchs, ce qu’il fait c’est réguler le tempo, en bon relayeur. D’ailleur, Tabarez en fait un titulaire indiscutable puisque Vecino joue chaque minute de la compétition.

Martin Caceres – Lazio (5 matchs) : L’ancien joueur de la Juventus a lui aussi pu jouir dune confiance totale de son sélectionneur, lui permettant de disputer tous les matchs dans leur intégralité. Le latéral droit de 31 ans a eu dans cette compétition un rôle de leader à assumer, faisant partie de ceux qu’on connaît depuis maintenant un moment. C’est la raison pour laquelle Tabarez n’a pas prêté attention au fait que le joueur n’avait disputé que 25 matchs de toute la saison dans ses deux clubs de l’Hellas puis de la Lazio. L’ailier a prouvé qu’il tenait encore la route, et a disputé une coupe du monde plus que correcte, entre débordements et interventions rugueuses, comme on les aime.

Rodrigo Bentancur – Juventus (5 matchs) : Bien qu’il n’ait pas été l’auteur d’une Coupe du Monde inoubliable pour le public, lui n’oubliera rien, et gardera de cette expérience un bagage qui ne pourra qu’être profitable à son club, la Juventus. A 20 ans, il dispute sa première compétition internationale, et de fait il passe de la catégorie « jeune prometteur » à « jeune qui doit passer un cap », ce qu’il pourra tenter de faire la saison prochaine. Tabarez l’a fait jouer tous les matchs, de manière à le responsabiliser un peu plus que ce à quoi il avait été habitué à la Juve. Malheureusement pour lui, la marche était un peu trop haute. Dans quatre ans, on en reparlera.

 

Rémi Falvo

Rédacteur



Commentaires




Lire aussi

Calciomio est le premier site d'information sur le calcio et le foot italien.