Coupe du Monde 2018 : le bilan des nigérians de Serie A

Par Sébastien Madau publié le 01 Juil 2018
Crédits

Le Nigéria a disputé 3 matchs (Croatie 0-2 / Islande 2-0 / Argentine 1-2) lors de la Coupe du Monde 2018 et s’est fait éliminer au 1er tour avec l’Islande dans le groupe D qui a vu la Croatie et l’Argentine se qualifier. Son bilan est de 1 victoire et 2 défaites; 3 buts marqués et 4 encaissés.

Il s’en est fallu de peu pour voir les Super Eagles éliminer les Argentins et se qualifier ainsi pour un huitième de finale face à la France. La faute à un but de l’argentin Marcos Rojo à la 86e minute (2-1) du troisième match de poule de ce groupe D. Si les hommes de Gernot Rohr avaient mal débuté la compétition face aux vaillants croates (0-2), ils s’étaient remis en selle face à l’Islande (2-0). Cela n’aura donc pas suffi et il est clair qu’on était en droit d’attendre mieux de cet effectif aux nombreuses individualités mais également à l’esprit collectif certain. Au rang des satisfactions, on notera la présence du capitaine John Obi Mikel et Ahmed Musa, auteur d’un doublé contre les Islandais

En revanche, au niveau des joueurs évoluant en Serie A, le bilan est bien plus maigre. Le milieu du Torino Joël Obi n’est jamais entré en jeu en 3 rencontres tandis que l’attaquant de Crotone Simeon Nwankwo compte certes deux présences mais pour seulement… 2 minutes de jeu.

Les Nigérians évoluant en Serie A

Simeon Nwankwo (Crotone) : 2 matchs, 0 but, 0 passe décisive. Quasiment pas de temps de jeu pour se mettre en valeur. Dommage, le Nigéria aurait pu avoir besoin de son style de jeu par moments.

Joël Obi (Torino) : 0 match. Sa belle saison au Torino n’a pourtant pas suffi pour qu’il puisse s’imposer dans l’entre-jeu de sa sélection. Il a regardé les trois matchs du banc, dommage.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Sébastien Madau



Derniers articles