Conte à l’Inter, nouveau coup de Marotta ?

Par Fabio Pendolino publié le 19 Mai 2019

Alors que la séparation en fin de saison entre Massimiliano Allegri et la Juventus a été officialisée, Antonio Conte ne semblerait toujours pas se rapprocher des Bianconeri. Les dernières rumeurs le donneraient en effet proche de signer avec l’Inter, rejoignant ainsi son ancien directeur général Beppe Marotta.  L’ex-coach de Chelsea et de la Nazionale viendrait ainsi sceller la fin du projet Spalletti. Avec la sortie du club du settlement agreement, serait-ce suffisant pour porter l’Inter au niveau supérieur ?

« Les rumeurs sur Conte ? Elles viennent du fait qu’il soit libre et qu’il ait le profil d’un entraîneur qui gagne. Il représente le type de coach impliqué fortement dans son club. Il est normal qu’il soir approché par différents clubs. Je dois toutefois insister sur le fait que Spalletti ait créé une structure qui a constamment grandi : il est le coach de l’Inter et en mérite le crédit ». Les paroles du directeur nerazzurro sont claires quant au pourquoi le club pourrait choisir de se séparer de Spalletti et aller vers Conte. Si Spalletti  a « fait du bon travail » (Marotta), le fait est que des limites commencent à se voir. Malgré certains arguments contre Conte, il ne faut pas oublier qu’à son arrivée la Juventus était septième avant de gagner trois Scudetti sous sa houlette. Il est sorti aux penalties contre l’Allemagne en quart de finale de l’Euro avec l’une des pires équipes nationales italiennes des dernières années. Il est devenu coach de Chelsea, dixième de Premier League, pour gagner le championnat l’année suivante. Si ces expériences sont loin de s’être déroulées de façon optimale, bafouer les qualités de Conte pour des campagnes européennes ratées semble tout autant abusif.

ADN Juve ?

« Une structure qui a constamment grandi« . Une volonté de continuer à grandir, et plus rapidement, semble être l’explication la plus plausible à une séparation entre Spalletti et l’Inter. L’ancien coach de l’AS Roma a atteint l’objectif des Nerazzurri avec une qualification en Champions League qui manquait au club depuis (trop) longtemps. L’équipe semble toutefois ne plus progresser assez pour suivre l’évolution du projet; si l’équipe n’a sensiblement pas été améliorée, et a même été privée de deux de ses meilleurs éléments de la saison passée (Rafinha et Cancelo), la course à la Champions League aurait tout de même pu être bouclée avec moins de problèmes, dans un championnat où les concurrents n’ont pas avancé à une vitesse folle.

Conte pourrait alors représenter ce pari de la gagne – tout en restant un pari raisonnable – en essayant de se rapprocher des champions en titre bianconeri tout en voulant faire mieux en Europe. Le journaliste Gianluca Di Marzio expliquait ainsi que l’Inter est loin d’être un deuxième choix pour Conte, qui a voulu comprendre la volonté des dirigeants et le projet concernant l’équipe. Sa signature avec l’Inter est après tout une rumeur persistant depuis plusieurs années désormais, le coach semblait voué à s’asseoir sur un des bancs des clubs milanais un jour ou l’autre « malgré » son passé juventino. L’ancien milieu de terrain reste en effet pour beaucoup de Bianconeri une légende et fervent représentant des années les plus fastes du club.
Faire signer Conte serait alors un grand message du board nerazzurro qui montre qu’une qualification en Champions League ne suffit plus et qu’il faut maintenant passer au niveau supérieur.

Une question reste toutefois en suspens; le coach était-il réellement la pièce du puzzle la plus importante à changer ? Spalletti, malgré ses défauts, a obtenu de bons résultats et bien mené son équipe lors de la plupart des confrontations directes contre les gros du championnat. Certains joueurs arrivent en fin de cycle à l’Inter et les remplacer en contentant les demandes du Toscan lors du prochain mercato pourrait s’avérer être une autre stratégie pour amener des résultats et enfin se mêler à la lutte pour les deux premières places de Serie A. Encore deux journées de championnat avant de voir plus clair dans les plans de la Beneamata.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi