Comment la Nazionale a géré ses succès européens et mondiaux

Par Sébastien Madau publié le 03 Août 2021
Crédits

En remportant l’Euro 2020 en juillet dernier, Roberto Mancini est entré dans le club fermé des sélectionneurs italiens ayant remporté un trophée avec la Nazionale. Il rejoint ainsi Vittorio Pozzo, Ferruccio Valcareggi, Enzo Bearzot et Marcello Lippi. Si pour l’Euro, la Squadra Azzurra nourrissait de belles ambitions, peu la voyaient sur la plus haute marche du podium. Car après le traumatisme de la non-qualification au Mondial 2018, la fédération italienne avait confié une mission de reconstruction de moyen terme au Mancio. Du coup, tout s’est accéléré pour une Italie qui devient, par la force des choses, favorite de la prochaine Coupe du Monde au Qatar. Trop tôt et de pression pour pouvoir confirmer ? D’ailleurs, comment se sont comportées les aînés de Mancini lors des compétitions ayant suivi un succès continental ou mondial ?

Après le Monde en 1934, l’Olympe en 1936

Le sélectionneur Vittorio Pozzo a véritablement marqué de son empreinte le football italien des années 1930, dans une Italie en plein fascisme et où le calcio est une vitrine pour le pouvoir. La Squadra Azzurra s’impose à domicile lors du Mondiale 1934 (2-1 a.p contre la Tchécoslovaquie). Bien que la Nazionale soit composée de joueurs au talent immense, on ne cesse d’invoquer des pressions du Duce auprès des instances internationales. La Squadra répondra de la meilleure des manières, sur le terrain, en allant remporter la compétition internationale suivante : les Jeux Olympiques de Berlin de 1936.

Une victoire en 1938 sans lendemain à cause de la guerre

La génération dorée emmenée par Vittorio Pozzo porte l’estocade lors de la Coupe du Monde en France de 1938 après une victoire (4-2) en finale contre la Hongrie. Malheureusement, la dynamique est coupée en plein vol par la guerre. Si le football continue dans les pays respectifs, les compétitions internationales sont, quant à elles, mises en sommeil. Difficile donc de trouver une quelconque filiation entre cette Nazionale magique de 1938 et celle de l’après-guerre. D’autant plus que l’effectif de l’équipe nationale italienne sera décimé suite à la catastrophe aérienne de Superga, en 1949, où ont péri les joueurs du Grand Torino, qui dominait alors le football transalpin.

Une championne d’Europe 1968 qui n’abdiquera que face au Roi Pelé en 1970

L’Italie remporte en 1968 ce qui était, jusqu’au mois dernier, le seul Championnat d’Europe des nations de son histoire. Comme Mancini, Ferruccio Valcareggi devait reconstruire un groupe suite à l’humiliante élimination face à la Corée du Nord à la Coupe du Monde en Angleterre de 1966. C’est donc auréolé de son titre européen et du costume de favori que la Nazionale débarque au Mexique pour le Mondial 1970. Du haut de son ossature majoritairement composée de joueurs de l’Inter et de Cagliari, la Squadra Azzurra est à la hauteur de l’événement, notamment lors qu’elle élimine au bout du suspense la RFA (4-3 a.p.) en demi-finale pour ce qui deviendra le « Match du Siècle ». Il faudra Pelé et sans doute le plus beau Brésil de l’histoire pour mettre fin à l’aventure azzurra en finale (4-1).

Des lendemains qui déchantent après le titre mondial de 1982

L’Italie sort grandie du Mundial espagnol de 1982. Enzo Bearzot réussit alors à façonner une génération montante, à forte influence juventina. Une dynamique rêvée alors que se profile l’Euro 1984 en France. Malheureusement, malgré un groupe de qualification plus qu’à leur portée (Roumanie, Suède, Tchécoslovaquie, Chypre), les Azzurri seront pitoyablement éliminés, en ne remportant qu’une seule rencontre sur huit. Ils regarderont l’Euro à la télé.

Un départ sur une victoire en 2006

Finalement, Marcello Lippi sera le seul sélectionneurs italien à avoir décidé de démissionner après avoir remporté un trophée. En remportant le Mondial 2006 en Allemagne, après un palmarès en club long comme le bras, Lippi estime certainement que la boucle est bouclée. Il laisse à ses joueurs la responsabilité d’écrire la suite de leur histoire, avec Roberto Donadoni pour les guider. L’échec à l’Euro 2008, accélèrera le retour de Lippi au chevet de la Nazionale. Mais difficile d’être après avoir été. Le Mondial 2010 est un échec cuisant avec une élimination dès le premier tour.

Recevez chaque jour les actus du foot italien dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter quotidienne (gratuite)

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Sébastien Madau



Derniers articles