Clap de fin pour Montolivo

Par Tristan Pubert publié le 18 Nov 2019

Ce mercredi 13 novembre dans un entretien accordé au Corriere dello Sport, Riccardo Montolivo a annoncé sa retraite sportive. Une décision prévisible puisque l’international italien était sans club depuis juillet. Certes le lombard de naissance n’aura pas marqué l’histoire du football italien, mais ce sont tout de même 18 années de carrière professionnelle qu’il laisse derrière lui. Et cela à (seulement) 34 ans.

Divorce épineux avec le Milan

Montolivo n’aura pas laissé une fabuleuse image dans la capitale lombarde. En accordant cet entretien au Corriere dello Sport, l’ancien rossonero en a profité pour donner ses explications. Il explique tout d’abord qu’ils l’ont «condamné à partir», et le vit comme un manque de respect. Le joueur formé à l’Atalanta s’était plutôt montré silencieux sur sa situation jusqu’à présent. Montolivo en veut au Milan mais aussi à Gattuso en expliquant «n’avoir jamais eu d’explications» sur sa situation. Une carrière qui se termine de manière morose pour le milieu italien. Il explique «ne plus avoir la force pour rebondir».

En arrivant au Milan lors de l’été 2012, Montolivo était au sommet de sa carrière. Âgé alors de 27 ans, l’ancien de la Fiorentina ne s’attendait surement pas à vivre une aventure de sept saisons aussi difficile. A cette époque, les grandes heures du Milan sont derrière et le club va s’enfoncer petit à petit dans une crise sportive et financière. Les entraîneurs s’enchaînent (il en connaîtra sept) et les résultats dégringolent au fur et à mesure des saisons.

Le numéro 18 rossonero va être un des joueurs symbole de ce naufrage. De part son statut de titulaire presque indiscutable et par son rôle de capitaine. Le Milan n’a jamais retrouvé le Montolivo post 2012 et il est clair que son rendement fut discutable. Souvent blessé au cours de sa carrière (21 blessures en 9 ans et 103 matchs manqués), le milieu italien n’a jamais pu enchaîner une saison complète.

La saison dernière fut celle de la saturation pour Montolivo. Sous la houlette de Gattuso, l’ancien milieu de la Fiorentina ne disputera pas la moindre minute. Mais le milieu italien aurait clairement mérité un meilleur traitement d’autant plus que la concurrence n’était pas véritablement supérieure en terme de qualité.

Une carrière respectable

Joueur de la génération 85, Montolivo va impressionner dès ses débuts avec les jeunes de l’Atalanta par sa facilité technique, une qualité qui va le suivre toute sa carrière. Un joueur élégant capable d’évoluer dans un rôle de regista mais aussi de trequartista que beaucoup annonçaient comme le futur talent du football italien. Cependant, un défaut lui a fait tache c’est le manque d’intensité dans son jeu. Au fil des saisons, avec un football qui se veut beaucoup plus rapide, ce défaut est devenu plus criant.

Au total, l’ancien milaniste ne remportera qu’une Supercoppa avec le Milan en 2016 mais disputera 380 matchs de Serie A dont 259 avec la Fiorentina. C’est justement en Toscane que les Italiens vont connaitre le grand Montolivo. Une période (2005 à 2012) durant laquelle le natif de Caravaggio va exploser notamment sous les ordres de Prandelli en goûtant même à la Champions League durant les saisons 2008-2009 et 2009-2010.

Montolivo aura connu un total de 66 sélections pour deux buts. Beaucoup se souviendront de lui lors de l’Euro 2012 où il réalise une compétition parfaite avec en prime la passe décisive pour Balotelli lors de la fameuse demi-finale contre l’Allemagne (2-1). Une compétition marquant l’apogée de sa carrière. En prenant du recul, la carrière de Montolivo reste remarquable. Un joueur dont la mentalité reste exemplaire et qui s’est toujours donné à 100% peu importe le maillot. Si pour le moment, il est trop tôt pour évoquer son futur, le jeune retraité restera très certainement dans le milieu du football. Il a toutes les qualités pour devenir un bon entraîneur de par son sens tactique et sa mentalité. Alors in bocca al lupo Riccardo!

Tristan Pubert

Rédacteur



Lire aussi