Chiesa, une occasion à ne pas louper ?

Par Teo Contu publié le 07 Sep 2019

Auteur d’une bonne saison avec la Fiorentina sur l’exercice précédent, Federico Chiesa est devenu un élément indispensable du onze de Montella. Mais la situation n’est pas la même partout pour l’enfant de la Toscane qui a tout le mal du monde à réussir sous le maillot aux 4 étoiles. Pour cette première trêve internationale, le numéro 25 a pourtant enfin une chance de montrer qu’il est indispensable pour la Nazionale.

Indispensable en club …

Si Federico Chiesa connaît la joie des rassemblements de Coverciano depuis maintenant 1 an et demi (mars 2018) c’est grâce à l’apport indéniable qu’il apporte à son club formateur. Élément fort du onze de Montella, le numéro 25 est partout sur le terrain. Du haut de son 1m80, il excelle dans son apport physique sur le front de l’attaque et ses débauches d’énergies. Il soigne aussi sa finition devant les buts avec le temps, marquant ainsi 12 buts la saison passée en 41 rencontres la saison passée. Utilisé sur les deux ailes, en numéro 9 ou même en soutien de l’attaquant, le fils d’Enrico Chiesa formera un trio d’attaque à suivre cette saison avec Ribéry et Kévin-Prince Boateng.

L’exemple parfait de l’apport de ce joueur sur le terrain ? Son triplé face à l’AS Roma en Coupe d’Italie en janvier dernier. Il s’est pourtant éteint progressivement en deuxième partie de saison, comme toute son équipe. Rappelons que la Fio s’est sauvé de la relégation à la dernière journée grâce à un triste match nul face au Genoa, 0-0. Di Biagio retient sa première partie de saison et décide de l’emmener à l’Euro U21 organisé en Italie. Le résultat ? Un Chiesa étincelant durant le tournoi. Un doublé face au favori de la compétition, l’Espagne et un but face à Pologne, 3 buts en 3 matchs au total. Une première compétition européenne réussie donc pour la pépite du club toscan mais la suite en Nazionale n’a pas été la même…

Mais remplaçable en Nazionale ?

Pourtant indispensable en club, la situation n’est pas la même en Nazionale. Titulaire il y a deux jours face à l’Arménie, l’ailier a tout fait de travers. Trop brouillon devant les cages, il a beaucoup vendangé dans les 25 derniers mètres. Lessivé physiquement, il a été remplacé à la 61ème minute par Lorenzo Pellegrini. Le romain a vite comblé ses lacunes dans le jeu, marquant même un quart d’heure après son entrée.Et pourtant, pour cette première trêve internationale, le numéro 25 de la Fiorentina a une occasion en or de prouver à Mancini qu’il est un joueur indispensable pour la Squadra Azzurra en vue de l’Euro 2020.

En effet, Lorenzo Insigne s’est blessé et Griffo est arrivé, Federico Bernasdeschi voit son statut à la Juve sous Sarri remis en question, Stephan El Shaarawy a choisi de s’exiler au sein de l’Empire du milieu, la Chine, et vit peut-être sa dernière convocation avec la Nazionale. Une absence de concurrence rarissime donc, que le joueur de 21 ans devrait plus considérer.Du haut de ses 14 apparitions avec la Squadra Azzurra, Federico Chiesa devra réellement saisir sa chance face à la Finlande samedi pour ce deuxième match des éliminatoires de l’Euro 2020, au risque de s’en mordre les doigts. Mais après tout, son problème d’efficacité en équipe nationale n’est peut-être que le reflet d’une attaque italienne qui tarde à se renouveler et à retrouver une seconde jeunesse depuis plusieurs années..

Teo Contu

Etudiant en L1 Info-Com. Passionné de foot depuis le berceau et supporter du Milan AC



Lire aussi