Castillejo, l’anti-Suso

Par Bruno Ianigro publié le 29 Jan 2020

Alors que tout semblait acté pour un départ lors de ce mercato hivernal, Samu Castillejo, l’ailier espagnol du Milan AC, se fait tout doucement une place dans le onze de départ milanais. Grand gagnant, de l’évaluation globale menée par Pioli mais également de la méforme de Suso, le numéro 7 rossonero se démarque enfin.

Du banc au terrain

Utilisé avec parcimonie par Gennaro Gattuso la saison passée, l’Espagnol a vécu une première partie d’exercice difficile sous les ordres d’abord de Giampaolo et désormais Pioli. Auteur d’une préparation intéressante qui a vu Marco Giampaolo le positionner en soutien de Piatek, Samu a vécu les deux premières rencontres de Serie A titulaire avant de connaitre le néant pendant une longue période. Dans le marasme du début de saison du Milan AC, Castillejo prend place sur le banc. Si son nom est évoqué dans chacune des périodes de transfert, Samu fait preuve d’un comportement exemplaire et continue de rêver à un avenir en rouge et noir.

Plongé dans l’anonymat, le salut de l’Espagnol se nomme Ibrahimovic. Le recrutement du Suédois déclenche un véritable chamboulement. Lancé dans une véritable revue d’effectif, après l’annonce de la quasi-totalité des joueurs comme transférable, Stefano Pioli décidait de relancer de nombreux joueurs pourtant annoncé partant. C’est donc le 11 janvier dernier que le numéro 7 milanais prenait part à la victoire face à Cagliari. Avec une prestation remarquée, Castillejo lançait donc un message clair à ses dirigeants et détracteurs.

La détermination récompensée

L’une des plus grandes forces de Samu Castillejo réside dans son caractère. Toujours déterminé, Samu fait preuve d’envie et le démontre lors de ces dernières prestations. Exalté d’autant plus par l’arrivée d’un champion tel qu’Ibrahimovic, l’ex-joueur de Villarreal profite de chaque instant passé sur le terrain pour semer le doute chez Pioli. Très généreux dans l’effort et pas avare en nombre de courses effectuées, Samu réussi lors des dernières rencontres à faire preuve de réalisme et clairvoyance malgré des efforts répétés.

Jusqu’ici brouillon, l’ailier est désormais en pleine possession de ses moyens après deux mois passés à cirer le banc milanais. Apprécié par Pioli,  l’entraineur rossonero déclarait à son sujet : « Samu doit trouver de la continuité, il a bien commencé avec moi puis s’est blessé. Maintenant il retrouve la bonne condition et chaque opportunité qu’il a de jouer, doit être fructifiée. ». Objectif accompli pour le gringalet espagnol qui sort d’un mois de janvier idéal pour lui et qui offre une alternative intéressante au staff milanais. Lancé depuis la reprise dans un nouveau schéma, permettant notamment d’exploiter les qualités du géant Suédois, Stefano Pioli fait donc désormais confiance à Castillejo pour occuper l’aile droite jusqu’ici squattée par Suso.

Samu en pompier de service

Justement, son compère Espagnol est, comme souvent depuis son arrivée en Lombardie, auteur de prestations irrégulières. Une aubaine pour Samu qui offre un profil différent de son coéquipier. Incapable de faire de différence sur son côté droit, Suso n’est plus en sainteté à Milan. Castillejo, pendant ce temps, en profite pour offrir au public de San Siro des sorties de grande classe. L’ailier espagnol se montre très disponible pour ses coéquipiers et effectue d’incessantes courses défensives et offensives. Son soutien défensif justement, permet à ses coéquipiers de souffler.

Le coté droit, longtemps point faible de la défense rossonera, est en progression. L’aide apportée par Castillejo permet à Conti et Calabria de ne plus systématiquement voire les adversaires les surpasser en nombre. De par son aide, il permet également à ses coéquipiers de prendre part aux animations offensives. Andrea Conti est d’ailleurs l’auteur de performances en nette progression depuis le positionnement de Castillejo devant lui. Si la nouvelle paire à droite n’est pas la plus talentueuse du championnat, elle est en tout cas la plus efficace mise en place depuis ce début de saison côté milanais.

Bruno Ianigro



Lire aussi